Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

Archive pour la catégorie 'Sur internet'


Le Matin : Les commentaires pourraient être utiles…

5 mai, 2009
Sur internet | 4 réponses »

Le Matin online, le 2 mai 2009 : La police humilie les Roms

http://www.lematin.ch/actu/suisse/police-humilie-roms-116439

topelement.jpg

.
Jour après jour, les pages du site du Matin se couvrent de commentaires en réaction à une partie des articles. Souvent, ceux-ci sont odieux et révèlent, au-delà d’un français calamiteux, des sentiments particulièrement agressifs vis-à-vis de certains groupes de la population. L’impression qui domine est que le journal en fait une stratégie marketing pour attirer plus de visiteurs sur son site pour rentabiliser son système publicitaire. Mais ces commentaires pourraient aussi se rendre plus utiles…

Prenons le cas de cet article paru le 2 mai à propos des remarques inscrites par des policiers genevois dans les passeports d’un certain nombre de mendiants Roms. L’article du Matin signale qu’il n’est pas permis d’inscrire de telles remarques dans un passeport , car il appartient à l’Etat qui l’a délivré. L’affaire est qualifiée de « dérapage » et une remarque frappe : « Il semble même qu’ils aient pensé que ce devait être autorisé car un policier a carrément inscrit son numéro de matricule« . Les policiers ignoraient apparemment cette interdiction. La réparation des torts est envisagée et mentionnée dans l’article. Puis, dans un encadré qui suit l’article, l’inscription de la lettre « J » dans les passeports de personnes juives par les autorités suisses est rappelée, ainsi que les excuses présentées par Kaspar Villiger au nom du Conseil fédéral en 1995 et les recherches de la commission Bergier.

Il vaut la peine de parcourir les commentaires qui suivent cet article (plus d’une centaine !). La démarche des policiers genevois est soutenue par de nombreux intervenants et on lit notamment : « quasi personne n’y voit de scandale, à part les journalo-gauchos« , « Je respecte la police, elle fait son travail« , « Quel scandale? Pourquoi on se prend la tête avec ces mendiants?« , « Si cette activité est interdite, l’inscription -contrôlé pour mendicité- dans le passeport d’une personne sans domicile qui l’a pratiquée n’a rien d’odieux« , « Maintenant Genève veut rembourser les frais d’un passeport marqué mendiant. Mendier est contre la loi à Genève!! Pourquoi alors il y en a toujours ??« , et encore « Merci aux Policiers et faite votre travail au plus près de votre conscience« .

Que révèlent ces commentaires ? Une haine particulièrement féroce à l’égard de ces mendiants Roms, mais aussi une incroyable ignorance des principes de l’Etat de droit !!! A l’instar des policiers concernés, une partie de la population suisse passe complètement à côté des notions de base de l’instruction civique et en vient à considérer normal de stigmatiser des personnes à l’intérieur même de leurs passeports. La comparaison avec les années trente est simplement repoussée d’un revers de manche sans autre forme de procès, comme si elle était incongrue.

Du côté des rédacteurs du Matin, on ne lit ces commentaires que dans la perspective de leur modération qui, comme on l’a déjà souvent remarqué, se transforme en censure pure et simple au détriment des opinions qui déplaisent au modérateur, mais sans approche systématique et rigoureuse. Ici, les remarques n’ont semble-t-il pas trop déplu.

Or, la lecture des commentaires par un journaliste devrait permettre de prendre conscience de cette ignorance crasse des principes de l’Etat de droit. Elle devrait inciter le journal à faire oeuvre utile et civique en se donnant la peine d’expliquer pourquoi on n’a pas le droit de faire ces inscriptions et quels sont les principes fondamentaux ou constitutionnels qui sont violés. Comment les gens réagiraient-ils si on inscrivait dans leurs papiers les infractions à la loi sur la circulation routière ? Comprendraient-ils mieux ce qui cloche ?

Le Matin souhaite favoriser les commentaires sur son site. Mais pourquoi ne les utilise-t-il jamais pour mieux ajuster son offre rédactionnelle aux besoins de son public. La lecture des commentaires permet assez aisément de se rendre compte des manques en matière de culture juridique d’une partie significative des lecteurs. Manifestement, le fait de simplement souligner que ce genre d’inscription est illégale et de tenter un parallèle avec les années trente ne suffit pas à créer les conditions d’une bonne compréhension de la situation.

Le rôle du 4ème pouvoir est aussi de rappeler les bases du droit au citoyen et non de se contenter de mettre de l’huile sur le feu en excitant les haines des ignorants et en laissant se multiplier sur son site des messages qui font froid dans le dos. Est-il si utopique d’imaginer qu’un quotidien populaire pourrait (aussi) faire oeuvre éducative ?

Daniel

D’autres infos que les médias classiques…

17 avril, 2009
Sur internet | 3 réponses »

Quelques sites d’informations autres que les grands médias déjà bien connus

 

En cette période post-pascale, je ne suis pas très à mon affaire de critique… Alors, je vous propose à la place un petit tour de quelques médias actifs sur l’internet romand. Certains de ces lieux méritent d’être visités de temps en temps : ils proposent une approche différente du flux dominant des médias plus classiques. On n’y rencontrera pas la même dépêche d’agence déjà vue 5 fois… on n’y trouvera pas non plus une course aux scoops, mais plutôt un angle d’attaque un peu différent ou des commentaires et des opinions.

Voici donc un truc un peu plus détendu que d’habitude…

D'autres infos que les médias classiques... dans Sur internet internet

Largeur.com

Voici un site pionnier qui propose des articles depuis plusieurs années qui sont d’ailleurs repris par des journaux classiques assez régulièrement. Il s’agit d’articles d’opinion, généralement fouillés et argumentés, mais les prises de position sont franches et les auteurs n’hésitent pas à se laisser entraîner par leurs plumes… Ce site est capable de passer des sujets les plus sérieux aux plus futiles.

Ils ont dit

Tout jeune site qui est apparu sur la Toile voici quelques semaines. Une façon inhabituelle de traiter l’actualité, en réagissant à « ce qui a été dit« . Ici, il s’agit plus de relever que de discuter, au lecteur de continuer ensuite la démarche de réflexion. Souvent très amusant.

Domaine public

A l’origine, c’était un hebdomadaire sur papier. Toujours rédigé par une équipe de bénévoles dont certains tiennent la plume depuis 40 ans. C’est l’endroit idéal pour se ressourcer en idées sur les sujets pas toujours très faciles d’accès qui font l’actualité de la politique suisse : fiscalité, assurances sociales, impôts, banques, etc. Mais on y trouve aussi beaucoup d’autres articles plus culturels ou généraux. Une lecture qui m’accompagne depuis presque 25 ans.

Quoique

Pas besoin d’écrire de longues lignes pour animer un site internet : en voici un qui fonctionne à l’oral. Une équipe de jeunes qui propose de brève « émissions » radiophoniques en ligne. L’humour est souvent au rendez-vous…

Lausanne bondy blog

Le « Bondy blog » (blog collectif) du magazine l’Hebdo avait fait pas mal de bruit en se lançant après les émeutes de 2005 en banlieue parisienne. Depuis, il apparaît des « Bondy blog » un peu partout : Marseille, Lyon, Neuilly, Dakar et même… Lausanne ! Un style vif et tranchant pour s’intéresser à des informations un peu passées inaperçues ailleurs. Une nouvelle forme de journal ?

Le radeau de la méduse

Un blog animé par le journaliste Christian Campiche, mais qui laisse également apparaître d’autres signatures. Les articles sont généralement courts, mais de qualité. L’intérêt est d’y trouver des commentaires intéressants sur l’actualité, dont certains paraissent dans des journaux, notamment « La Liberté ».

En fait et en droit

Au départ, j’avais exclu d’intégrer des blogs individuels à ma liste, mais je vais faire une exception. Ce blog n’est pas alimenté très souvent, mais lorsqu’il l’est cela vaut vraiment le « clic » : des articles fouillés qui clarifient énormément les débats sur les matières juridiques.

Swissinfo
Institutionnel, mais assez peu connu. Voici un site issu de « Radio suisse internationale » : il s’agit maintenant donc d’une plateforme multimédia de SSR SRG Idée suisse. En particulier tourné vers l’étranger pour y proposer des informations sur la Suisse, ce site a la particularité de les proposer en plusieurs langues : français, allemand, anglais, italien, espagnol, portugais, japonais, arabe, chinois et russe. Les nouvelles sont passablement différentes d’une langue à l’autre. Je dois avouer que je ne lis pas souvent les versions arabes ou russes, mais la version française contient des articles qui proposent une bonne synthèse sur les questions d’actualité.

Romanding

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un site d’informations, mais d’un système de sélection d’informations provenant d’autres sources. Tout un chacun peut y proposer des articles, de sa main ou venant d’ailleurs; ensuite, chacun peut aussi voter pour les articles qu’il estime pertinent ou intéressant. Ceux-ci doivent concerner la Suisse d’une manière ou d’une autre, et s’ils reçoivent suffisamment de voix, ils apparaissent alors sur la page d’accueil de Romanding. Venez voter pour mes articles ! ;-)

 

Bonnes découvertes !

Daniel

Biométrie : Effets littéraires sans arguments sur Largeur.com

3 avril, 2009
Sur internet | 2 réponses »

Largeur.com, le 31 mars 2009 : Les miracles de la petite puce

http://www.largeur.com/expArt.asp?artID=2826

passeportsuisse.jpg
.
Ce journal en ligne est souvent intéressant et pertinent. Au surplus, il est généralement fort bien rédigé et véritablement agréable à lire. Mais ses rédacteurs, à l’aise avec l’expression écrite, ont parfois tendance à se laisser entraîner par leurs plumes. Témoin cet article consacré à la prochaine votation sur les passeports biométriques.

Le rédacteur trouve manifestement absurde l’argumentation des opposants. Mais son article ne propose pas véritablement d’arguments forts pour étayer sa position. Il se complaît plus volontiers dans des effets de manche visant à ridiculiser ceux qui expriment des craintes. Voici quelques extraits :

« Quand la NZZ,l’UDC et la gauche entière – des intégristes Verts aux staliniens du POP en passant par les apparatchiks du PS ou les béni-oui-oui du parti chrétien-social – peignent le même diable sur la muraille (…)  »

Décidément, à en croire l’auteur, ces pauvres partis politiques de gauche sont uniquement composés de ringards complètement déphasés. On est ici beaucoup plus proche de l’attaque personnelle que de l’argumentation…

« Et pourtant la mayonnaise de l’angoisse, d’une teinte rouge-brun guère appétissante, a pris, inexorablement. »

Après les ringards, on passe au « rouge-brun »… Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage !

« Mais derrière la petite puce se dressent deux épouvantails colossaux bien identifiables, capables de faire ressurgir les postures figées de droite et de gauche: l’Union européenne et les Etats-Unis. Deux chiffons rouges à même de sécréter la pensée bovine d’une UDC europhobe jusqu’à la stupidité et les réflexes taurins d’une gauche dont l’increvable antiaméricanisme confine à l’autisme bouseux »

La distribution de baffes continue dans la prairie : les bovins à l’UDC et la bouse à gauche.

« Haro donc sur la petite puce, surtout qu’Eveline Widmer- Schlumpf, lors de sa présentation, a largement pédalé dans la semoule (…) »

Au passage, par souci d’équité, pourquoi ne pas aussi arroser la conseillère fédérale ?

« On a donc eu droit à un beau concert de pythies plus ou moins saoules annonçant l’avènement de Big Brother. «Projet digne d’un Etat policier», vocifère ainsi le Vert zurichois Daniel Vischer – par ailleurs grand copain des démocrates du Hamas »

Des pythies saoules… ? La plume s’échappe dans les airs, mais finit par déraper aux confins de la diffamation dans le cas de Daniel Vischer…

 

Avant la dernière partie de l’article, entre deux figures de style destinés à ridiculiser l’adversaire, l’argumentation reste excessivement sommaire : ces politiciens exagèrent les dangers d’une si petite puce ! Et ceci dure tout au long de sept premiers paragraphes avant d’enfin laisser place à une courte argumentation dans les deux derniers : « Pourtant, si l’on craint vraiment d’être surveillé dans ses déplacements, il faudrait commencer, en voyage, par renoncer à son téléphone portable et à ses cartes bancaires, moyens plus rapides et plus efficaces qu’un pauvre passeport biométrique pour pister quelqu’un jusqu’au bout du monde. »

Ce n’est peut-être pas faux, mais reste discutable. Le passeport biométrique constitue potentiellement une source bien plus systématisée de données que les cartes bancaires et les téléphones. A mon sens, la discussion sur les passeports biométriques se justifie pleinement et les arguments des deux bords méritent d’être sérieusement entendus et discutés. On a connu Largeur.com bien mieux inspiré : pourquoi déverser ici un tel flot de moqueries métaphoriques plutôt que de faire valoir de réels arguments en se penchant plus sérieusement sur les possibilités, les modalités ou les risques relatifs à l’introduction du passeport biométriques.

J’aime souvent les articles proposés sur ce journal en ligne qui fût un des premiers du Web, mais j’exprime dans le cas de cet article toute ma perplexité et ma déception.

Daniel

Le Matin – lettre ouverte (suite)

21 mars, 2009
Sur internet | 3 réponses »

Dans les blogs et sur les ondes de la RSR… en attente d’une véritable réponse.

http://www.rsr.ch/la-1ere/medialogues

Suite de l’épisode la la « Lettre ouverte à Luc Petitfrère, responsable du Matin online« .

Au moins, la lettre ouverte à Luc Petitfrère a été lue. Mais on ne peut pas dire qu’elle a suscité chez lui une véritable envie de répondre. Voici ce qu’il m’a répondu :

Cher Monsieur,

J'accuse réception de votre courrier et vous en remercie. Effectivement le
titrage, le choix des articles, l'utilisation des dépêches d'agences forment
le quotidien d'un rédacteur en chef print et/ou online. Nous sommes
parfaitement conscients des difficultés de l'exercice et nous nous efforçons
au travers d'une ligne éditoriale de respecter déontologie et intérêt de nos
lecteurs. 

Dans cet esprit je suis à votre disposition pour en parler par téléphone.

Cordialement

Luc Petitfrère

.

C’est bien peu. De plus, étant donnés les faits précédents, et en particulier la censure brutale de la moindre critique sur le site du Matin, je n’avais pas envie de simplement aborder la chose en catimini au téléphone et de me faire expliquer en long et en large que les tâches de courir le scoop et de censurer les lecteurs étaient si difficiles. J’aurais voulu une véritable réponse à mon interpellation. De plus, étant donné la volonté de dialogue affichée jusqu’ici, je pouvais presque imaginer que la communication téléphonique soit également coupée brutalement ;-)

J’ai donc répondu dans ces termes :

Monsieur,

Je vous remercie de votre courte réponse.

Les difficultés que vous mentionnez ne m’échappent pas. Le flux incessant de nouvelles qui vous tombe dessus à intervalles réguliers recèle des choix peu évidents qu’on peut tout à fait imaginer. Toutefois, ce n’est pas des difficultés de l’exercice que je vous entretenais dans ma lettre ouverte, mais bien de pratiques que j’estime hautement contestables, soit :

1) La publication de nouvelles sans précaution (utilisation du conditionnel, points d’interrogation, etc.), comme si les faits étaient d’ores et déjà avérés.

2) La censure systématique (ou presque) des commentaires sur votre site lorsqu’ils remettent en cause la véracité de vos « informations ».

Ces deux pratiques me semblent liées, et c’est bien à propos de ces deux points à la fois que je vous interpelle. J’ai tenté d’user du moyen que vous sembliez offrir de discuter en ligne, à savoir l’inscription de commentaires. De ce dialogue vous n’avez pas voulu et vous vous êtes contenté de brutalement censurer mes propos. Dans ces conditions, vous comprendrez qu’une discussion par téléphone ne répond manifestement pas à me demande de vous voir prendre clairement position sur les faits énoncés dans ma lettre ouverte.

Je n’exclus pas d’également dialoguer ensuite avec vous par téléphone, mais j’attends surtout de vous une prise de position écrite, ce qui semblerait la moindre des choses étant donné ce qui précède. J’ai une haute opinion du rôle des journalistes dans notre démocratie et vous comprendrez que je suis prêt à insister lourdement dans un cas comme celui-ci. En attendant votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Daniel Schöni Bartoli

PS : Je souhaite faire apparaître votre réponse sur mon blog. Si vous souhaitez que je ne le fasse pas, je vous serais reconnaissant de me le signaler.
.

On pourrait continuer à se poser les questions suivantes : Est-ce que publier des informations au plus vite sans aucune vérification, puis les corriger ensuite est normal ? Est-ce que faire disparaître du site des remarques critiques est admissible ? Après tout, le Matin est maître sur son site…

Oui, mais l’information peut avoir des effets. Imaginons un scénario : un groupe de Roms (au hasard !) campe à proximité d’une petite ville. Une jeune fille à problèmes explique qu’elle a été sauvagement violée par deux membres de ce groupe. L’information est publiée telle quelle sur le site du Matin, avec de grands titres et une photo explicite (trouvée quelque part dans les archives). Les réactions s’enflamment dans les commentaires et un groupe Facebook est créé dans la demi-heure. Une bande d’excités de la région se mobilise et va mettre le feu au campement. Bilan : 3 morts et 5 blessés. Deux jours plus tard, on apprend que la jeune fille a tout inventé. Pure fiction, bien sûr. Mais impossible ?

Au surplus, je remarque que ma lettre ouverte n’a pas été trop mal accueillie en dehors de son destinataire. Elle a été reprise sur les sites suivants :

Info en danger

Lausanne Bondy Blog

Gauchedbo

De plus, le médiateur d’Edipresse avait aussi écrit un texte très intéressant sur l’affaire de la jeune femme lacérée au couteau. J’y ai ajouté un petit commentaire :

Page du médiateur d’Edipresse

Entre temps, j’ai été invité à aller témoigner de la démarche sur RSR 1, lors de l’émission Médialogues, une demi-heure quotidienne consacrée à la critique des médias. L’attitude de l’animateur est toujours constructive, mais il donne volontiers la parole à différents intervenants, même si ceux-ci sont un peu plus virulents. Voici ce qui est ressorti de mon passage ce vendredi :

 

 

Au moins, tout cela rend plus visibles et criantes les pratiques discutables du Matin. Faut-il aller plus loin et déposer une plainte auprès du Conseil suisse de la presse ? Je ne sais pas, j’hésite… C’est du travail en plus pour des résultats qui ne me semblent ni assurés ni véritablement tangibles.

En tous les cas, si le phénomène devait se reproduire à l’avenir, je constituerai un dossier en béton à coups de copies d’écran (c’est un peu ce qui me manque dans le cas présent…). S’il n’y a que la plainte formelle pour faire réagir… c’est quand même triste.

Et maintenant, j’ai deux-trois choses à relever chez d’autres que le Matin… ;-)

Daniel

Nouvelle lettre au médiateur (commentaires sur le Matin.ch)

10 mars, 2009
Sur internet | 4 réponses »

Sur le site du Matin online, le 9 mars 2009 : Jeune fille tuée sur un parking: son petit ami avoue être le tueur

http://www.lematin.ch/actu/suisse/jeune-fille-tuee-parking-petit-ami-avoue-tueur-94404

volketswil.jpg

Hier, j’écrivais ce billet, critiquant la manière dont le Matin, une fois de plus, rapportait un événement comme un fait certain, alors qu’il ne s’agissait encore que d’une rumeur. Et effectivement, on apprend maintenant que les faits se sont déroulés tout à fait différemment du récit du journal. Le Matin racontait donc encore des histoires, soit pour la 3ème en peu de temps. Mais quant à accepter qu’on ose le critiquer à ce propos, en inscrivant un commentaire sur son site… !

J’ai envoyé la lettre qui suit au médiateur d’Edipresse, Daniel Cornu. La façon dont la modération des commentaires sur le site du Matin est effectuée est vraiment malhonnête, privilégiant les remarques qui vont dans le sens du journal et celles qui s’en prennent violemment à une partie de la population. Par contre, les avis critiques vis-à-vis du journal sont systématiquement éliminés. Cette drôle de conception du débat du Matin a déjà été relevée à plusieurs reprises par des internautes et je saisis donc une occasion me concernant pour soulever le lièvre !

J’attends donc maintenant des éclaircissements.. et je vous tiendrai au courant des réponses le cas échéant.

Daniel

Et voici donc le texte de la lettre :

Monsieur le médiateur,

Je souhaiterais à nouveau attirer votre attention sur la modération des commentaires sur le site du Matin.

Des promesses avaient été faites dans ce domaine, notamment par un rédacteur du Matin sur les ondes de la RSR, mais il s’avère que les critères de la modération restent particulièrement obscurs. Des commentaires qui émettent une critique à l’encontre d’un article sont rapidement supprimés, alors que d’autres commentaires sensiblement plus odieux restent en ligne.

Je vous donne un exemple :

Dimanche soir 8 mars, j’émettais quelques doutes à propos de l’article intitulé « Une jeune fille tuée par balle à Volketswil (ZH) » en ces termes : « C’est vrai cette fois ? Ou vous ne refaites le coup de la brésilienne lacérée et du gamin de 5 ans qui poignarde sa soeur ? A quand l’usage du conditionnel jusqu’à plus de certitudes ? ». Ce commentaire a été supprimé une première fois, puis je l’ai remis.

Ce lundi soir 9 mars, après avoir constaté que j’avais raison de me méfier de l’article paru dans le Matin, j’ai inscrit un nouveau commentaire :  » Et voilà…. c’était de nouveau faux : il n’y avait pas d’inconnu et le petit ami a avoué le meurtre. C’est la troisième fois en 3 week-ends que le Matin nous bourre le mou avec des bobards !!! » A nouveau le commentaire est supprimé. Je le réinscris alors à deux reprises, et il disparaît aussitôt. A partir de ce moment-là, il me devient impossible d’inscrire de nouveaux commentaires. Mon identifiant est désormais bloqué…

Vous admettrez que mes deux commentaires n’enfreignent en rien la charte des commentaires lisible sur le site du Matin. Mais je me permets de critiquer le fait que le Matin publie pour la troisième fois en 3 week-ends une nouvelle totalement fausse, et c’est ça qui est apparemment insupportable au modérateur.

Dans le même temps, des commentaires ouvertement racistes ou incitant à la haine contre les Kosovars, les Roms ou les musulmans restent sur le site. Certains frisent ou dépassent ce qu’admet le code pénal.

Je souhaiterais donc que vous permettiez une clarification de l’attitude des modérateurs du Matin quant à ces commentaires. Vous comprendrez que l’impression qui domine est qu’il s’agit ici de malhonnêteté intellectuelle. Il n’est absolument pas correct d’inviter au débat, puis d’effectuer ainsi, en dehors de tout critère rationnel et explicite, une sélection favorable aux commentaires qui vont dans le sens du journal.

Dans l’attente de votre réponse, et de mesures favorisant une attitude franche et honnête, je vous prie de recevoir, Monsieur le médiateur, mes meilleures salutations.

Daniel Schöni Bartoli

Blog « Piques et répliques » : http://pikereplik.unblog.fr/

Le Matin n’apprend jamais !

9 mars, 2009
Sur internet | 6 réponses »

Le Matin online, le 8 mars 2009 : Une jeune fille tuée par balle à Volketswil (ZH)

http://www.lematin.ch/actu/suisse/jeune-fille-tuee-balle-volketswil-zh-93984#comment-126956

Piégés deux fois récemment (en tout cas !) par de fausses informations, avec l’histoire de la jeune femme lacérée au cutter à la gare de Stettbach et l’histoire du garçon de 5 ans qui avait soi-disant porté un coup de couteau pour une console de jeu, les rédacteurs du Matin n’en deviennent pas plus prudent. Après tout, tant que cela fait vendre !

Aujourd’hui 8 mars, sur le site du Matin online, on voit apparaître une nouvelle affaire qui doit faire réagir et vendre : une jeune fille de 16 ans tuée par balle dans le canton de Zürich (Volketswil). L’affaire n’est pas très nette : un « inconnu » se serait approché d’une voiture et aurait tiré, comme ça, sans aucune raison. Le petit ami de la victime se serait rapidement baissé et c’est la jeune fille qui aurait ainsi été touchée. Alors, c’est peut-être tout à fait vrai… mais c’est peut-être aussi complètement faux ! Comment savoir, étant donné que le Matin multiplie les bourdes ?

Quelle attitude devrait adopter un rédacteur ? C’est très simple : rédiger son titre, son chapeau d’article et son texte au conditionnel (vous vous souvenez, la conjugaison ?) et indiquer clairement que les informations données le sont sous réserve jusqu’à plus ample confirmation. Ce n’est quand même pas beaucoup demander et c’est une des bases de la déontologie journalistique.

On peut très sérieusement se demander si « Le Matin » le fait exprès. En effet, j’ai essayé d’attirer l’attention en inscrivant un commentaire, dix minutes après la publication (14h29) en ligne de l’article :

.
C’est vrai cette fois ? Ou vous nous refaites le coup de la brésilienne lacérée et du gamin de 5 ans qui poignarde sa soeur ? A quand l’usage du conditionnel jusqu’à plus de certitudes ?

08.03.2009 – 14:39 par Pikereplik

.

Vous pensez que cela fait réagir ? Détrompez-vous ! Cela n’aboutit qu’à la suppression du commentaire en question… (pourtant en rien contraire aux règles de la Charte des commentaires sur le site du Matin !). Bon, comme je suis un peu têtu, j’ai remis mon commentaire (à 21h02) et écrit au modérateur que s’il le supprimait à nouveau je m’adresserais au médiateur d’Edipresse. A l’heure où j’écris, mon commentaire est pour l’instant toujours en ligne. ;-)

Vraiment, à la rédaction du Matin, on n’apprend pas. Après avoir raconté des bobards, on n’en devient pas plus méfiant et on se lance à nouveau au présent de l’indicatif. Après avoir suscité des levées de bouclier avec une modération particulièrement malhonnête des commentaires, on continue de la même manière. L’histoire du coup de feu de Volketswil sera-t-elle vraie cette fois-ci ? On verra, mais je ne serais pas étonné de voir cette première version être au moins partiellement remise en question dans les jours qui viennent.

Qui croit encore ce qu’on lit dans le Matin ?

Daniel

Ignorance, stupidité, haine…

8 mars, 2009
Sur internet | Commentaires fermés

Là où chacun peut s’exprimer, sur des blogs ou les sites de journaux…

 

L’initiative de l’UDC sur les minarets est totalement démagogique. Il s’agit de soulever un non-problème (il n’y a que 4 minarets et peu ou pas de projets de construction) pour mener un combat symbolique contre des gens qu’on essaie de transformer en épouvantails. Il est d’ailleurs piquant de remarquer que les promoteurs de l’initiative parlent très peu des minarets et développent leur argumentation sur beaucoup d’autres aspects. Pourquoi viser alors les minarets ? Parce que c’est « symbolique » ! Mais ce parti mène ce genre de campagne pour faire le plein d’électeurs apeurés par les éternels retours d’Al-Qaïda à la télévision. Et ensuite, au parlement, il s’occupera de favoriser les petites affaires de ses alliés et ses membres en se concentrant sur d’autres thèmes comme la fiscalité, les assurances sociales ou les finances publiques. Vive le pognon !

Qu’il existe des musulmans extrémistes, tout le monde l’aura remarqué. Mais il faut être d’une ignorance particulièrement crasse pour ne pas avoir encore remarqué qu’il s’agit d’une minorité et que les musulmans de Suisse, en particulier, sont la plupart du temps tout à fait normaux ! Bref, l’UDC a trouvé un magnifique chiffon rouge à agiter…. et ça marche !

Maintenant, il est bien sûr nécessaire d’avoir des discussions sur la place de la religion, des religions, au sein de notre société, et en cela la question des édifices religieux peut se poser au même titre que d’autres aspects. Mais cette discussion doit avoir lieu dans le respect de chacun et doit procéder de la découverte et de la connaissance, non de l’ignorance crasse. On peut naturellement imaginer mettre clairement des limites à des prétentions émanant de groupes religieux (pas seulement musulmans !) vis-à-vis de l’école ou de la société. Au fond, une initiative en faveur d’une laïcité résolument assumée aurait été plus adéquate. Mais ici, il ne s’agit pas de s’attaquer à un problème réel, mais d’exciter les esprits !

Il y a 15 ans, les gens qui voulaient prendre la parole sur ce genre de thèmes auraient dû écrire une lettre aux journaux pour solliciter le courrier des lecteurs. Aujourd’hui, chacun peut y aller de son commentaire court ou long, à la suite des articles publiés en ligne ou sur les blogs hébergés par les services des éditeurs de presse. Chacun s’improvise pour l’occasion théologien, islamologue ou historien des religions. Tout un fatras de propos vient s’agglutiner, parmi lesquels des remarques qui relèvent surtout de l’ignorance, de la stupidité, du manque de respect ou de la haine crue.

Je vous propose ci-dessous un florilège de ces interventions pour vous édifier. Inutile de contre-argumenter, je me contenterai simplement de quelques piques ou répliques… (l’orthographe des messages est d’origine !)

.
Dans les blogs de 24 heures :

« Alors, vite, mangeons encore une fricassée de porc avant que cela soit interdit ! »

« Au fait, Mme Karmous a réussi a imposer des heures de piscine réservées aux femmes musulmanes à La Chaux-de-Fonds, est-ce que ce système anti-démocratique sera bientôt imposé à Lausanne ? » (Je ne savais pas que Mme Karnous était le nouveau dictateur local, qui impose ! A Zürich, il y a des bains réservés aux femmes depuis fort longtemps, pas religieux pour un sou… Alors ?)

« Si Charles Quint , Charles Martel et les espagnols ont repoussé les sarrasins ce n’est pas pour leur ouvrir toutes grandes nos portes d’occidentaux gavés de Mac Do. » (Et vive les amalgames délirants !)

« Je dirais également aussi non, et j’espere que le peuple Suisse en feras toute autant que ces gauchistes comprennent une fois dans leurs vie que la Suisse est un pays de tradition Chretienne donc le Christiannisme doit rester maitre sur ses terres. » (Attention, la sainte inquisition revient… quant au rapport avec le gauchisme, soit l’extrême-gauche ?)

« Eux ne tolérent pas nos églises ne toléreons pas leur minarets c’est simple et logique. » (La simplicité de ce genre de logique implique donc que la Suisse s’inspire de pays comme l’Arabie Séoudite pour ses lois…faut-il alors aussi rétablir la torture, puisque cela se fait là-bas ?)

« Partout dans le monde il a des attentats terroristes fais par des musulmans integristes qui veulent controler le monde et imposer les lois de la charia chez nous aussi ! »

« J’aimerais bien voir la gueule du journaliste qui a ecrit cet article quand sa femme devra rester enfermée dans sa maison, voilée de la tete au pied pour aller acheter du pain, et que ses filles seront mariées de force a l’age de 6 ans ! » (Les extraterrestres aussi vous font peur ?)

« Avez-vous envie d’avoir un minaret -voire deux, ils vont souvent par paire – dans votre voisinage, avec deux énormes haut-parleurs qui hurlent des « Allahou Akbar » de 4 heures du matin à minuit ? »

« Il est de gauche, « gauchiste, l’auteur? et il est journaliste?
Dans ce cas applaudissons! Il fait bien son travail! Alors que le débat social va s’amplifier, suite au divers revers du capitalisme, hop, il fait son devoir par rapport à la société qui le nourrit… Vous reprendrez bien un p’tit minaret, diversion, zap!zap! On braque ainsi les regard ailleurs! » (En voilà encore un qui a tout compris !)

« Non, vraiment, les socialistes ont raison de vouloir priver les citoyens de leurs armes dans leur projet de livrer l’Occident à Khadafi et à ses sbires. »

« Demain, ils demanderont à ce qu’on enlève la croix de notre drapeau suisse. Si l’on cède aujourd’hui, on se couchera demain. »

« Après l’autorisation de construire des minarets, les musulmans demanderont d’autres « arrangements » tels que l’interdiction de la viande de porc dans les cantines scolaires (cela se fait déjà à Genève),(…) »
« Alors si vous ne voyez toujours pas en quoi la multiplication des minarets en Europe, et particulièrement en Suisse à de quoi inquiéter certains de ses citoyens, » (Quelle multiplication des minarets en Suisse ? Fantasme…)

« Les lois musulmanes sont les seules que reconnaissent les musulmans. Nos lois démocratique, pour eux, n’existent pas ! »

.
Commentaire sur le site du Matin :

« Avec les élus actuels, je pense que, dans peu de temps, la burka sera autorisée dans les écoles ! » (Pas peur d’exagérer un peu…)

« (à propos d’Ada Marra) D’abord elle défend la liberté de la femme et maintenant elle soutient les musulmans qui traitent la femme comme des soumises et les maltraitent. » (Rien compris, le gars. Tolérer et soutenir, les nouveaux synonymes… A quand une grande campagne d’alphabétisation ?)

« On veut pas attirer les requêrants avec des minarets, point barre. » (Ah, tiens, j’y avais pas pensé : les minarets pour attirer les requérants d’asile !)

« N’oublion pas, les musulmans reclame depuis longtemps et les ont openuent en partie leurs cimetières à eux comme si un musulman vaud plus qu’un chrétien mort; mort c’est mort. » (Vous avez compris, vous ? Un musulman « Vaud », il est chez lui, en somme…)

« Ils ne respectent pas la foi chrétienne, ne tolèrent pas nos moeurs et coutumes et sont quand même accueillis avec une certaine indulgence. »

« Il faut changer la constitution fédérale. Interdire toutes les religions, détruire les églises, les mosquées, les sinagogues et tout autre lieux de cultes et en faire des places de jeux ou les enfants pourront jouer tous ensemble » (L’extrémisme rôde !)

« Pourquoi voter pour une loi qui est en contradiction avec la constitution ? On a rien de mieux à faire avec notre argent ? » (Vous reprendrez bien un peu d’instruction civique, afin de comprendre les différences entre une loi et une constitution, un référendum et une initiative ?)

« Chaud le débat….minarets ou pas là n’est pas la question. Faut-il accepter de renoncer à fêter Noël dans les écoles? Faut-il accepter d’avoir des cimetières séparés? » (Lui, il a tout compris au sujet de cette initiative…)

« Le minaret c’est un bruit de plus. Déjà que les gens ne supportent plus les cloches à la campagne, on ne voit pas pourquoi il faudrait en rajouter. »
« (…) certains même voulant marier des petites filles, je comprends cette iniative et ce n’est pas aux Verts à la faire invalider. » (Les mariages des petites filles ont donc lieu dans des minarets et l’Assemblée fédérale se nomme désormais « les verts » !)

« Pourquoi la gauche soutient cette religion qui a des fins politiques extrêmistes et qui est de la vraie dictature. On préfère critiquer l’UDC et fermer les yeux sur l’extrême soumission que subissent ces femmes musulmanes. Oubliant la lapidation et toutes les formes de tortures. Je ne comprends vraiment pas et ça me choque aussi parce qu’on oublie le 11 septembre. Et pourquoi s’acharnent-ils avec autant de détermination à nous imposer leur minaret ? » (Allez, hop…. tout dans un grand seau !)

« Bien entendu que les musulmans font du prosélytisme.Actuellement ils sont 5% en Suisse,dans 10 ans 10% et dans 20ans 20%. » (… et 40 % dans 30 ans, 80 % dans 40 ans et 160 % dans 50 ans… mais bien sûr !)

« A force d`interdire,d`autoriser a tous vents,vous êtes en train de créer des BOMBES HUMAINES car Minarets ou autre cela ne changera rien,lorsque ont a 23 % de personnes étrangères et tous avec leurs cultures et religions il faut savoir gèrer cela sans créer chaque année des palabres pour pas grand`chose,ont feraient mieux de s`occuper du bien-être des citoyens. » (???)


Voilà… et ce n’est qu’un bref résumé ! D’une certaine manière, ça fait peur… C’est même assez désespérant !

Est-ce qu’on gagne vraiment en mettant en place ce genre de débat ? Pas sûr ! Il va falloir s’y habituer, mais c’est dur. A nouveau, il ne s’agit pas ici de dire qu’il ne faut pas débattre sur le sujet… En effet, le débat démocratique est éminemment souhaitable. Par principe, tout le monde doit pouvoir y participer. Mais si on veut éviter d’organiser une régression généralisée, il va falloir faire un gros effort d’éducation. Et les journaux doivent impérativement faire aussi un effort d’information rationnelle. Ce n’est pas en multipliant les infos sur les célébrités qu’on va avancer en matière de culture populaire !

Daniel

PS : Exceptionnellement, je n’ouvre pas les commentaires sur ce billet. Pas envie de passer la serpillière ! ;-)

Recette du cocktail Molotov enfin floutée !

22 août, 2008
Sur internet | Commentaires fermés

Sur le site Le Matin online – 21 août 2008 : Les affiches de la haine

http://www.lematin.ch/fr/actu/suisse/les-affiches-de-la-haine_9-197750

 

La réaction à ce qui apparaît sur les pages du site du quotidien romand « Le Matin » a déjà occupé plusieurs fois ce blog. D’abord certains commentaires, puis la recette du cocktail Molotov. Manifestement, les responsables du site semblent en train de prendre conscience des dérives potentielles et les premiers effets du battage réalisé par ce blog et quelques autres deviennent visibles.

Aujourd’hui, j’ai reçu un mail du rédacteur en chef adjoint du Matin, qui a aussi répondu à mon intervention ce matin lors de l’émission radiophonique Medialogues sur RSR 1 à propos des commentaires liés à l’article sur les mendiants Roms (je vais y revenir tout soudain !). Et, surprise, je viens de constater à l’instant que la recette du cocktail Molotov avait enfin été floutée !
Recette du cocktail Molotov enfin floutée ! dans Sur internet affiches2_article <---- (auparavant, on pouvait agrandir cette image et lire très facilement la « recette »)

Cela faisait en effet quelques temps qu’elle aurait pu être supprimée… Petit rappel chronologique :

15 juillet 2008 (à 22h24) : Publication de l’article « les affiches de la haine » sur le site du Matin.

16 juillet 2008 (à 11h04) : Un commentaire signale : « Les terroristes en herbe remercieront le matin pour la recette de bombinette qui figure en photo. Ce la leur évitera de perdre des heures à la chercher sur internet. »

16 juillet 2008 (à 11h20) : Autre commentaire : « Je ne suis pas certains que publier la recette du cocktail Molotov (sur la vignette) soient vraiment une bonne idee. »

16 juillet 2008 (à 13h58) : Encore : « Avec un peu chance vous allez bientôt pouvoir écrire un nouvel article « Ado gravement brûlé en voulant confectionner un Cocktail Molotov ». Je me demande si ce n’est pas le Matin qu’il faudrait condamner pour incitation à la bêtise. »

Manifestement, si comme j’ai pu l’entendre sur RSR 1, chaque commentaire est dûment lu et modéré, on peut se demander comment ces trois-ci ont été ignorés. Suite :
29 juillet 2008 : Article sur ce blog, « La recette du cocktail Molotov est toujours sur le site du Matin ».

6 août 2008 : Dans un mail, je signale au médiateur d’Edipresse la présence de la recette du cocktail Molotov. Il me répond le lendemain sur la question principale de mon mail (les fameux commentaires) et m’informe qu’il ne parlera pas de la recette sur son blog.

11 août 2008 : Le médiateur m’informe qu’il interviendra auprès du Matin à propos de la recette du cocktail Molotov.

Et finalement, je découvre aujourd’hui qu’elle a disparu. Il a fallu un peu de ténacité et j’en déduis que ma question n’a pas été jugée inopportune s’ils ont finalement décidé de la rendre illisible… Cela aurait donc très bien pu être fait déjà lors des premières interventions des lecteurs du site !

Cela dit, je finirai sur une note positive : il semble que la rédaction du Matin soit en train de prendre conscience des enjeux liés à certaines publications sur son site. Si cela pouvait inciter les rédacteurs à remettre aussi en question certaines dérives récentes de ce quotidien, ce serait merveilleux…

Dani

L’Info en « copier-coller » sur le net

20 août, 2008
Sur internet | 3 réponses »

L’ensemble des sites suisses d’information sur internet – 19 août 2008

Au milieu de la journée, on est parfois tenté de consulter des sites qui donnent de l’information en continu, afin de voir si quelque chose est en train de se passer. Dans notre société très médiatisée, nous avons tous un peu tendance à succomber à la tentation de savoir tout le plus vite possible… Aujourd’hui, je consulte donc rapidement les « nouvelles » (news) sur le site Romandie.com et j’y découvre un bref article évoquant la baisse du nombre de morts sur les routes suisses lors du premier semestre 2008.

L’article donne quelques informations brèves en 8 lignes : on apprend que « les routes ont tué » à 157 reprises (meurtre ou assassinat, cela dépendra de la présence ou de l’absence de préméditation, NDR !) et que cela représente une baisse de 4 % par rapport à l’année précédente. On y signale aussi que « la baisse du nombre de tués révèle en particulier une évolution positive chez les piétons ». Evolution positive ? Est-ce que cela signifie une augmentation (signe +, donc positive) ou une évolution positive dans le sens où la situation s’est améliorée. Vu le ton de l’article, je penche pour la deuxième solution. On apprend encore que le nombre de blessés a lui aussi diminué (de 13%) pour se fixer à 2’145 victimes. Arrivé à la fin de cette dépêche, le lecteur que je suis se demande alors s’il est possible d’avoir plus de détails, notamment d’en savoir plus sur les types de victimes (qu’en est-il des cyclistes ?) ou d’obtenir les chiffres des années avant 2007 pour observer la tendance sur une durée.

J’en profite donc pour visiter un peu des sites d’information sur internet, en commençant par d’autres agrégateurs de nouvelles. Chez Edicom, je découvre exactement le même texte, c’est-à-dire celui qui a été vraisemblablement livré tel quel par l’Agence télégraphique suisse (ATS). Le titre est identique. Le site news.search.ch, lui, s’inquiète d’une éventuelle mauvaise compréhension du vocable « semestre » et le remplace par « en six mois ». Pour le reste, ce sont les mêmes faits et chiffres, en plus court. Le site de Bluewin remporte le prix de la formulation la plus courte, en 3 lignes.

Je me tourne alors vers les sites des quotidiens et quelques autres. Sur le site du Matin, ce sont les mêmes faits et chiffres que la dépêche d’agence, mais on a droit à une magnifique photo d’un choc frontal entre une moto et une voiture. Ici aussi, ce sont « les routes qui ont tué », mais au moins pas en titre. Je n’en sais toujours pas plus… Je continue ma tournée des quotidiens romands chez 24 heures : on change de photo et c’est une voiture cabossée avec une moto détruite au second plan, mais en conservant le même titre. Par contre, on s’est donné la peine de livre un plus long article : on y apprend notamment que le nombre d’automobilistes tués à augmenté, contrairement à la tendance générale et que l’année 2007 avait connu une hausse des morts sur la route par rapport à 2006. On y évoque aussi les mesures de prévention. Naturellement, la Tribune de Genève propose le même article et la même photo.

Le Nouvelliste se contente de reprendre le texte de l’ATS, de même que l’Express et le Journal du Jura (mais avec une photo large de moto écrasée). On peut encore retrouver le même « copier-coller » à la Radio du Jura bernois (RJB) – en raccourci, ou sur le site de la Radio suisse romande qui nous offre au surplus une impressionnante photo de voiture accidentée et incendiée entourée de pompiers. Cette dernière ajoute un chiffre concernant les piétons : 21 décès contre 31 en 2007. Le site du journal gratuit 20 minutes va, étonnamment, proposer un article plus long que les précédents accompagné d’une photographie du monstre carambolage qui avait eu lieu il y a quelques mois sur l’autoroute. Après vérification, il s’avère qu’il s’agit du même texte que 24 heures, donc probablement du texte d’origine proposé par l’ATS…

Je me tourne alors vers le site de la Télévision suisse romande (TSR) sur lequel on a droit à une petite vidéo (avec des images de pur support, comme vous l’imaginez bien), mais les mêmes informations que chez les autres médias. Toutefois, le texte proposé par la TSR recèle un élément important : un lien vers le BPA (Bureau de prévention des accidents) qui va permettre de remonter vers la source première des chiffres. Auparavant, j’aurai encore visité le site du Temps qui ne m’aura pas donné plus d’informations que les autres et celui de La Liberté qui possède lui aussi une version courte de cette information.  Swissinfo aussi aura décliné les mêmes éléments. Enfin, je n’ai pas trouvé mention de cette actualité sur les sites du quotidien Le Courrier et de quelques quotidiens régionaux : il est probablement un peu trop tôt pour qu’ils aient eux aussi copié la dépêche initiale de l’ATS ou que quelqu’un se soit chargé d’en réduire quelque peu la longueur.

Après avoir tenté quelques recherches supplémentaires avec des moteurs comme Google, pour retrouver fidèlement les mêmes faits et chiffres, je retourne donc cliquer sur le lien proposé par la TSR : le bureau de prévention des accidents. Un simple communiqué de presse est ici à disposition du lecteur et articule les chiffres déjà rencontrés. Mais ici, par contre, on va trouver un tableau qui présente une statistique synthétique des tués dans des accidents de la route de 2004 à 2008, ainsi que les évolutions pour les tués et blessés entre 2007 et 2008. De plus, le tableau détaille les chiffres concernant les piétons, les cyclistes, les motocyclistes, les automobilistes ainsi que les autres usagers (camion, car).

Ces chiffres sont d’un seul coup un peu plus intéressants. On peut observer un nette diminution sur la durée (entre 2004 et 2008) en ce qui concerne les piétons et les cyclistes (division par deux environ du nombre de tués), mais une diminution nettement moins marquées du côté des motocyclistes. On remarque aussi que le nombre de victimes est stable chez les autres usagers à l’exception d’une année (2005) probablement marquée par un ou deux accidents plus graves, ce qui relativise bien la signification des augmentations et diminutions annuelles qui peuvent être influencées fortement par quelques situations exceptionnelles. Bien sûr, cela reste une information très sommaire, mais elle est déjà nettement plus substantielle que celle que l’ensemble des médias transmet à l’unisson !

Quel est le bilan qu’on peut tirer de ce petit surf sur l’internet suisse romand ? L’information est à très peu de choses rigoureusement la même sur l’ensemble des sites d’information, seules les photographies accompagnatrices étant véritablement différentes. Si la dépêche d’agence initiale est quelque peu superficielle, toutes les informations transmises le seront dans la foulée : il n’y aura aucune remise en contexte, aucune comparaison avec les années précédentes ou avec d’autres pays européens, aucune initiative particulière visant à compléter cette information. On parle souvent de la diversité des médias, mais cet exemple montre à quel point on est parfois bien proche des résultats d’un monopole dans les faits. Heureusement, il n’en ira pas de même avec toutes les informations, qui feront parfois l’objet de développements, d’enquêtes ou d’interviews avec des angles d’attaque très divers. Mais je crois que cette petite comparaison montre tout de même une tendance générale… un peu triste.

Dani

Racisme, extrême droite…le poids des mots !

22 juin, 2008
Sur internet | Commentaires fermés

Domaine public – 20 juin 2008 : L’UDC est raciste, mais pas d’extrême droite

http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/9872.shtml

Domaine public, autrefois hebdomadaire à 8 pages, s’est désormais transformé en site internet pour continuer à nous permettre de lire ses articles de qualité et de réflexion. Notons au passage que ceux-ci sont le fait de bénévoles expérimentés : anciens politiciens en vue, journalistes, etc. Régulièrement, on peut y retrouver des articles fouillés et bien documentés qui permettent de reprendre l’actualité avec un peu plus de recul. Aujourd’hui, toutefois, j’ai envie de prendre le contrepied d’un de leurs articles.

Faisant écho à un rapport publié par la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme et la Société des minorités de Suisse, Albert Tille nous propose un article au titre intriguant : « l’UDC est raciste, mais pas d’extrême droite ». Le rapport en question dénonce l’attitude raciste de l’UDC qui, tout en déplorant le manque d’intégration des étrangers, fait tout ce qu’il peut pour les stigmatiser, jusqu’à en faire son thème principal pour les élections fédérales.

Rapportant les éléments apparemment contenus dans ce rapport, Domaine public résume donc : l’UDC est raciste, mais ce n’est pas un parti d’extrême droite. D’après l’article, ce qui permet de différencier le plus grand parti de Suisse des extrêmes, ce sont les éléments suivants : elle s’interdit de préconiser la violence et elle s’affirme ouvertement démocrate, deux éléments qui seraient censés la distancier clairement des formations extrémistes véritables. Apparemment, Domaine public ne souhaite pas développer la question pour l’instant, et c’est fort dommage étant donné le titre équivoque de son article. En effet, le parti français Front national, lui aussi, ne préconise pas la violence et s’affirme démocrate. Devient-il pour autant un parti de « droite tout court » ?

Au fond, qu’est-ce que l’extrême droite ? Sa définition, eu égard à son histoire, est vaste, mais on peut rassembler quelques éléments : le nationalisme, le traditionalisme, l’hostilité aux tendances socialistes et libérales, la xénophobie et le racisme, l’antiparlementarisme, l’utilisation de boucs émissaires, le rejet de la démocratie,… Pourtant, la notion d’extrême droite ne connaît pas de définition qui fasse l’unanimité. Il est donc rare que tout le monde soit d’accord pour classer un parti politique à la droite ou à l’extrême droite. Et naturellement, on retrouve ce désaccord en ce qui concerne l’UDC, même si plusieurs des éléments cités ci-dessus nous rappellent vaguement quelque chose !

Ce parti, étant donné qu’il avait une base paysanne, s’est toujours ancré dans le paysage politique traditionnel. Le fait qu’il regroupait plusieurs tendances politiques lui permettait de donner des gages de « droite libérale ». Or, aujourd’hui, ses modérés sont en train de quitter petit à petit le navire, ce qui risque d’aider à clarifier le spectre politique suisse.

Mais revenons à notre propos : est-il possible, en tant que parti politique, d’être « raciste » sans être à l’extrême-droite ? Historiquement, tous les partis racistes, des plus inoffensifs (!) aux génocidaires, ont toujours été classés à l’extrême droite : le Front national français ne fait pas exception à cette règle alors qu’il ne conteste même pas le droit du sol et que ses propositions en terme de droit de la nationalité restent bien en deça de celles de l’UDC. Qu’est-ce qui permettrait à l’UDC, a fortiori débarrassée de ses éléments les plus modérés, d’échapper à un tel classement ?

Les deux éléments mentionnés dans l’article sont : l’absence de violence et l’acceptation de la démocratie. Est-ce bien suffisant ? A mon avis, clairement non ! Ou alors, il faudrait admettre que les partis de Jörg Haider et de Jean-Marie Le Pen ou le Vlaams Belang flamand ne sont pas non plus d’extrême droite. On finirait par vider la notion de son sens…

Racisme, extrême droite...le poids des mots ! dans Sur internet 800483364_a30434146a_m

(Un joli petit logo trouvé sur le blog de Alain Hubler !)
Jetons encore un coup d’oeil à la gauche, qui a aussi ses extrêmes : faut-il comprendre que le POP, Solidarités, le Mouvement pour le Communisme et tous les groupuscules largement à gauche du PS ne doivent pas non plus être qualifiés d’extrême grâce à leur acceptation du jeu démocratique et l’absence d’actions violentes. Si on intègre l’UDC à la droite libérale, il faut alors aussi accorder un privilège équivalent aux partis de la gauche. Par équité.

Dani

P.S. :

Une petite friandise, juste en passant : l’article du site de la TSR qui annonçait aujourd’hui l’élection du nouveau préfet « noir » de la Sarine (Carl-Alex Ridoré) signalait aussi que l’UDC conseillait à ses électeurs de « voter blanc »…

123

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni