Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

Archive pour la catégorie 'Propagande'


Caisse-maladie Propaganda

9 septembre, 2010
Propagande | 1 réponse »

Une campagne de l’organe faîtier des assurances maladie 

http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/2418499-santesuisse-organe-faitier-des-caisses-maladies-a-lance-une-vaste-operation-avec-un-sondage-et-une-campagne-de-publicite.html#id=2418499

Caisse-maladie Propaganda  dans Propagande 391689236

Quelle est la raison qui motive cette campagne : l’affaire des réserves excédentaires genevoises et vaudoises qui vont servir à modérer les primes des schwytzois et zurichois (vous savez, ceux qui paient des primes inférieures aux romands depuis plus de 15 ans…)… ou alors c’est pour consolider un peu l’image avant l’annonce à venir de hausses impressionnantes des primes à l’automne 2010 (pour rattrapper les hausses qui n’ont pas eu lieu lors des deux années précédant la votation sur la caisse unique – on se demande pourquoi…) ?20 minutes indique que la campagne a coûté entre 1 et 1,2 millions (selon santésuisse). D’où vient cet argent ? Des primes ?
Ce n’est plus de la publicité (qui sert à faire connaître son produit, ou à se positionner face à la concurrence). Non, il s’agit ici de propagande pure, idéologique au sens fort, pour conforter un système. Cela rappelle les slogans et les affiches vues en Europe de l’est avant la chute du mur de Berlin, lorsque le système communiste s’efforçait de répéter qu’il était au service des « travailleurs ». Les caisses maladie, avec autant de crédibilité, veulent faire accroire qu’elles sont au service des assurés.

Voyons de plus près l’une de ces affiches, que j’ai découverte il y a deux jours et qui m’a fait bondir :

 

santesuisse.jpg

Au-delà de la provocation récurrente de la série d’affiches (« Caisses maladie, arnaque finie« ) que la campagne vise justement à contredire, on trouve une affirmation plus particulièrement ciblée : « Et poutant… qui n’a pas le droit de faire du profit« .

Les caisses maladie tiennent à rappeler qu’elles doivent, selon la loi, être gérées de façon n0n-lucrative dans le domaine de l’assurance obligatoire. Peut-être faut-il aussi entendre une forme de plainte, dans le genre « c’est pas juste, on n’a même pas le droit de faire du bénéf « … allez savoir !.

Or :

- Si l’assurance obligatoire ne peut pas être bénéficiaire, les assurances complémentaires peuvent l’être, elles, et elles le sont ! Et comme c’est bien la même comptabilité d’entreprise qui s’occupe des deux, en ventilant les dépenses dans une comptabilité analytique, on peut légitimement se demander s’il n’y a pas quelques « glissades de bénéfice » au moyen d’habiles écritures comptables (pas difficiles, d’ailleurs, je saurais faire…).

- Les comptes des assurances maladie sont absolument opaques et elles n’ont jamais pas démontré qu’elles n’étaient vraiment pas bénéficiaires. Quant aux contrôleurs de l’Etat, ils sont trois pelés et deux tondus et n’ont pas les moyens d’effectuer un contrôler véritablement probant…

- Quant aux fameuses réserves de l’assurance obligatoire, là aussi c’est le flou total sur leur gestion… Qui sait si une partie du profit de cette gestion ne finit pas dans les poches des actionnaires ? (à nouveau, grâce à des écritures comptables de l’assurance de base vers les complémentaires…).

Alors, si vraiment les assurances maladie ne font pas de bénéfice, qu’elles le démontrent !

On me rétorquera que ce n’est pas aux assurances de démontrer leur innocence dans ce domaine… Mais :

1) Je n’accuse pas, je pose une question tout à fait légitime (en tant que citoyen, assuré ET contribuable)

2) Les assurances maladie gèrent un service public avec notre argent et c’est à elle de démontrer qu’il s’agit d’une gestion tout à fait loyale.

Pour l’instant, c’est très opaque et ça sent l’arnaque (tiens, ça rime…).

Daniel

UDC : ne plus les prendre au sérieux…

27 novembre, 2009
Propagande | 7 réponses »

La campagne anti-minarets de l’UDC : un chiffon rouge manipulateur qui doit ringardiser ce parti, absolument

tell.jpg

.

D’une certaine manière, on s’est tous un peu habitués aux campagnes haineuses de l’UDC, ce parti ultralibéral conservateur-libéral qui pêche d’une main les électeurs des classes populaires qu’il a l’habitude de tondre de l’autre main. Avec l’initiative anti-minarets, il propose même une forme d’archétype de la manipulation, en agitant un « chiffon rouge » qui ne correspond à aucune réalité. Les minarets, personne ne s’en préoccupait : ni les musulmans, ni les autres. Si on peut admettre que des questions légitimes se posent quant à l’intégration des religions minoritaires, cette affaire des minarets est par contre un problème purement « préfabriqué ».

Mais l’UDC n’a pas découvert la manipulation avec les minarets. C’est déjà une longue tradition pour le parti nationaliste. Un petit saut en arrière de 5 ans permet de mieux illustrer la chose, telle qu’elle était à l’occasion de la votation sur les naturalisations facilitées (26 septembre 2004). Il est bon de réactiver de temps en temps les affres du passé, quand les manipulateurs comptent un peu trop facilement sur l’oubli.

Voici donc la page de propagande que le « comité contre les naturalisations en masse » (émanation de l’UDC) avait insérée dans les journaux à cette occasion :

doublementmusulmans.jpg (En grand : http://www.aidh.org/Actualite/Act_2004/Images/musulman.pdf)

Sous le titre « les musulmans bientôt en majorité« , on trouvait l’affirmation suivante : « la proportion de Musulmans double tous les dix ans en Suisse« . Puis une illustration graphique montrant que les musulmans représentaient 2,2 % en 1990 et 4,5 % en 2000, puis extrapolant la suite de cette progression : 9 % en 2010, 18 % en 2020, 36 % en 2030 et 72 % 2040. Le graphique s’arrêtait là : il aurait été tout de même un peu gênant d’inscrire une proportion de 144 % de musulmans en 2050 !

Les leaders de l’UDC prennent donc ouvertement les gens pour des cons !!! Ces menteurs s’amusent dans ce cas à doubler des proportions, ce qui est tout simplement absurde : 288 % en 2060, 576 % en 2070, 1152 % en 2080 et…

4’718’592 % en 2200 !

Compte tenu de ces graves manipulations, ce parti devrait avoir perdu toute crédibilité. Plus personne ne devrait croire la moindre de ses affirmations… et pourtant, « plus c’est gros, mieux ça marche » (Adolf dixit !). Une des explications possibles est qu’ils profitent des faiblesses (en mathématiques, par exemple) d’une partie des citoyens. C’est tout simplement dégoûtant… et il faut le rappeler régulièrement à toutes les victimes de ces malhonnêtetés.

Ce petit jeu de l’UDC commence d’ailleurs à déborder dangereusement. En témoignent les trois « agressions » contre la mosquée de Genève : dépradations, faux muezzin et barbouillage en rose. A force d’agiter des mauvais sentiment, cela finit inévitablement par dégénérer. Souvenons-nous des circonstances de l’assassinat d’Yitzhak Rabin…

Que faire face à une telle montagne de mauvaise foi ? Les argumentations rationnelles sont tournées à l’envers, les appels à la modération sont ridiculisés, les ignorer ne les empêche pas de continuer à répandre le fiel… En définitive, il reste l’humour, qui a lui seul la vertu de montrer que « tout ce qui est excessif est dérisoire » !

J’avais déjà signalé cette superbe affiche : http://stopexclusion.ch/IMG/pdf/StopEX_-_minarets_A3-2.pdf

Mais les « créatif suisses« , proposent maintenant une série d’images dont certaines sont vraiment superbes : http://www.creatifssuisses.ch/galeries/images

Et on trouve aussi des vidéos :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Cette histoire de minarets, c’est vraiment du « foutage de gueule » de première classe. J’espère que le nombre de citoyens qui se laissera avoir sera le moins grand possible… Sera-t-il enfin possible de montrer à quel point les délires des maîtres de l’UDC sont ridicules et ringards ? Je l’espère…

Un jour, c’est le sourire aux lèvres qu’on repensera aux conneries entendues au début du XXIe siècle…

Daniel

Les cauchemars xénophobes…

24 octobre, 2009
Propagande | 2 réponses »

L’affiche de la Coordination contre l’exclusion et la xénophobie : exemple de bonne réponse aux excès de l’UDC ?

http://stopexclusion.ch/IMG/pdf/StopEX_-_minarets_A3-2.pdf

Les cauchemars xénophobes... dans Propagande panneau
Vraiment, on peut tourner la question de l’affiche des anti-minarets dans tous les sens, il n’est pas possible de trouver la bonne attitude à adopter. Au mieux, on réussit à éliminer les attitudes à absolument éviter. Et c’est bien ça le point fort de l’UDC et de ses zélotes : fabriquer des provocations en forme de double-bind (double contrainte – une technique éprouvée des manipulateurs).

De quoi s’agit-il ? De mettre l’adversaire (ou la victime, c’est selon…) dans une position ou elle doit choisir entre deux solutions qui sont toutes deux mauvaises. Ici, soit on interdit ou on combat d’une façon ou d’une autre l’affiche et on lui fait de la publicité supplémentaire. Ou alors, on laisse faire et les moyens financiers de ses propagateurs permettent d’en couvrir les murs comme on l’a vu avec les moutons… et de toute manière elle fera s’agiter dans les chaumières. Dans les deux cas, les provocateurs sont gagnants.

Je ne sais pas s’il existe une « pierre philosophale » en la matière (si quelqu’un sait… ;-) ), mais j’ai le sentiment que l’humour et la dérision pourrait ne pas être la pire des options. La plupart des idées, des modes, des obsessions, à force d’être répétées, courent le risque de devenir ringardes. Alors, ringardiser certaines des obsessions de l’UDC ?

Bref, tout cela pour dire que j’aime beaucoup cette affiche de la « Coordination contre l’exclusion et la xénophobie » dans laquelle je reconnais assez bien ma propre vision des choses :

Image-66 dans Propagande

 

Et pis… comme ça, elle est aussi sur mon blog ! ;-)

Daniel

PS : On trouve une version en format .pdf ici : http://stopexclusion.ch/IMG/pdf/StopEX_-_minarets_A3-2.pdf

Contre l’affiche anti-minarets : le détournement ?

9 octobre, 2009
Propagande | 17 réponses »

Après les discussions sur l’interdiction, on peut aussi réfléchir à des détournements possibles

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=11319024 (page de la TSR sur cette question)

antiminaretsmodif.jpg

Comme lors de chaque campagne, les affiches de l’UDC font la « Une » de l’actualité. Elles réussissent à diviser leurs opposants entre ceux qui souhaitent les interdire et ceux qui privilégient une large liberté d’expression.

Je ne suis pas sûr qu’il y ait véritablement une bonne réponse à cette question. Avec ses créations provocatrices, l’UDC réussit à placer un « double bind » (une double contrainte) : soit on interdit l’affiche et l’UDC a gagné le rôle de martyr qu’elle adore, soit on autorise l’affiche et on accepte qu’elle bénéficie à fond des effets de son odieuse campagne. Dans les deux cas, les défenseurs de la tolérance sont perdants. A chaque fois, c’est bien joué…

Bien sûr, la liberté d’expression fait partie des valeurs cardinales d’une démocratie comme la nôtre et nous voudrions lui laisser libre cours sans être mis devant des cas de conscience. Toutefois, nous sommes en droit de nous poser des questions sur l’essence même de cette liberté d’expression (et il est d’ailleurs assez piquant d’entendre les protestations des partisans d’une interdiction des minarets face à l’interdiction d’une affiche…).

L’article 16 de la Constitution fédérale protège la « liberté d’opinion et d’information » : « Toute personne a le droit de former, d’exprimer et de répandre librement son opinion« . C’est ce que font les partisans de cette initiative anti-minarets depuis des mois. Leur liberté d’expression n’a pas été bridée. Mais avec l’affiche, on passe à une autre forme de langage, beaucoup plus émotionnel. Dès lors, on peut se demander jusqu’où on va. A la limite, est-ce que la liberté d’expression doit aussi inclure la liberté d’insulter, de diffamer ou de calomnier. Non, bien sûr : il est donc légitime d’envisager des limites. Cette affiche relève précisément d’une forme de vulgarité ou d’indécence. En ce sens, il devient défendable de l’interdire, que ce par des communes ou des journaux.

Nous devons admettre que nous ne savons pas qu’elle est la meilleure attitude à adopter dans ce « double bind ». Cela mériterait une attitude approfondie, dans laquelle pourraient s’investir des psychologues, des sociologues et des spécialistes de la communication. Ils pourraient aider à mesurer les véritables effets du laisser-faire ou de l’interdiction.

Parce que l’interdiction va faire de la publicité aux initiants, c’est sûr. Ils vont pouvoir « jouer les martyrs« , c’est tout aussi sûr. Mais d’un autre côté, on est encore bien loin de la la votation et l’oubli fera son oeuvre. Et si les murs ne sont pas littéralement couverts de ces affiches (comme les moutons il y a deux ans), on peut aussi imaginer une perte d’impact de la campagne. On peut encore penser qu’à force d’engager des frais pour des affiches finalement interdite, l’UDC retrouverait un langage plus digne. Dilemme.

En attendant, on peut toujours tenter une troisième voie : le détournement. J’ai joué au petit graphiste (jeu éducatif).

Mon essai :

antiminaretsmodif.jpg

 

Qui dit mieux ?

Daniel

La pub religieuse passe, la pub athée trépasse…

3 mars, 2009
Propagande | 3 réponses »

Dans le Courrier du 26 février 2009 : Sept villes refusent les «bus athées»

http://www.lecourrier.ch/index.php?name=News&file=article&sid=441675

Et aussi : http://www.lematin.ch/actu/suisse/halte-pub-anti-dieu-85911

Les membres de l’Association suisses des libres penseurs ont monté une campagne de publicité sous forme de provocation. Ils demandent de pouvoir faire figurer sur des autobus, comme cela a déjà été fait à Londres, une « publicité » portant le slogan : « Dieu n’existe probablement pas, cesse de t’en faire, profite de la vie !« .

atheistbus.jpg

Au départ, il s’agissait d’une réaction (à Londres) à des publicités promettant aux non-croyants les flammes de l’enfer. Puis l’initiative a fait tache d’huile dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord. En Suisse, nous n’avons pas eu de publicités odieuses promettant l’enfer, et nous nous sommes contentés jusqu’à présent du traditionnel « Jésus sauve » et des campagnes de recherche de fonds des églises catholique et protestante. Mais le slogan des libres penseurs est lui aussi relativement modéré et estime que Dieu n’existe probablement pas. La question est donc posée ouvertement : quelles propagandes religieuses (ou athées) peuvent faire chez nous l’objet de campagnes d’affichages ? La question est pour l’instant surtout soulevée dans le cas de publicités sur des véhicules de transport public. La société SGA Traffic, qui s’occupe de l’affichage sur les bus a ainsi refusé de faire figurer le slogan des athées…

Ici, il s’agit des bus, mais qu’en serait-il sur les murs ou dans les journaux ? Il serait intéressant que la question soit tranchée à l’occasion, car ce sont bien les limites de la liberté d’expression qui sont en jeu. Que peut-on dire ou ne pas dire sur des affiches, sur des bus ou dans des annonces dans les journaux ? On remarquera au passage que la déléguée à l’information de l’église catholique genevoise ne prend pas du tout la chose au tragique, estimant même que cela peut amener les gens à se positionner. Peut-être que les églises sont plus ouvertes que les sociétés d’affichage sur cette question…

Une clarification est néanmoins souhaitable. Si je laisse de côté la distinction entre les différents supports, je constate que proclamer que « Dieu n’existe probablement pas » ne trouve pas grâce aux yeux des responsables de l’affichage, mais que les campagnes suivantes ont par contre pu avoir lieu. Ainsi ont été acceptées :

- des campagnes proclamant que le Dieu chrétien sauve ou demandant aux fidèles de soutenir financièrement les églises chrétiennes.

- des publicités pour toutes sortes d’engins dont on connaît les dégâts qu’ils causent au climat global et à l’environnement local.

- des publicités pour des petits crédits, afin de permettre à des ménages déjà endettés de s’endetter plus encore…

- de nombreuses publicités promettant monts et merveilles, même lorsque c’est complètement faux (le mensonge est alors manifestement autorisé !).

- des affiches qui jouent sur les ambiguïtés de la couleur noire des moutons (en fait, 1ère série d’affiche : « vous êtes des moutons » – 2ème série : « voici le berger ! »).

- des musulmans photographié lors de la prière (présentés « côté fesses ») accompagnés du slogan « Utilisez vos têtes ! » – Bonjour les ambiguïtés !

- des affiches jouant sur des réflexes xénophobes, exhibant notamment des mains noires s’emparant du passeport national.

- des publicités en faveur d’un produit sur lequel il est écrit « Fumer tue ! ». Le marchand de mort a la voie libre.

- des images frisant la pornographie, dans un but commercial.

- des images violentes.

- des conseillers fédéraux dans un sale état (blessés, handicapés, etc.)

- de très nombreuses publicités dans une langue autre que nos langues nationales ( en anglais !).

Tout ça, on a manifestement le droit de le proclamer sur des affiches. Les responsables acceptent sans discuter. Les motifs pseudo-légaux ou légaux d’acceptation ou de refus sont-ils à bien plaire ? On pourra toujours ergoter sur les divers motifs qui président aux décisions, mais le simple constat est là : Dire que Dieu n’existe (probablement) pas, voilà ce qui dépasse les bornes !

Et si ce sont vraiment nos lois qui nous conduisent à ce genre d’inégalité devant l’affichage, alors changeons-les !

Daniel

Difficile de contrer les slogans…

7 février, 2009
Propagande | 8 réponses »

Dans la plupart de nos journaux ces derniers jours…

Les quotidiens parus ces derniers jours ont vu fleurir parmi leurs annonces publicitaires un appel à voter « Non » lors de la votation sur la libre circulation des personnes. Cette annonce est particulièrement frappante parce qu’elle affiche un tableau comparant les taux de chômage des suisses, des allemands et des portugais résidant en Suisse et que celui-ci serait censé achever de nous convaincre : +89 % pour les portugais et +50 % pour les allemands !
Le mieux est de lire l’annonce en question :

annonce.jpg

 

Comme à l’ordinaire lorsque des statistiques sont utilisées dans l’argumentaire politique, seuls quelques chiffres sont isolés de leur contexte pour mieux servir une cause particulière. Le principal parti impliqué dans la campagne contre l’accord bilatéral est d’ailleurs coutumier du fait : les chiffres sont toujours soigneusement découpés comme il se doit pour mettre en évidence une évolution supposée et les dates de début et de fin des séries sont sélectionnées pour soutenir la démonstration. Ici, pourquoi seulement les chiffres de septembre 2008 à décembre 2008 (et rien avant) ? Pourquoi seulement les portugais et les allemands ? Pourquoi une comparaison entre « les étrangers parmi les chômeurs » et « les étrangers dans la population totale » et pas dans la population active où ils sont proportionnellement plus nombreux ?

Je ne vais pas décortiquer complètement ces chiffres : quelqu’un l’a déjà fort bien fait dans l’édition du 7 février de « La Liberté » de Fribourg (Gérard Tinguely) et je vous soumets donc ci-dessous quelques unes de ses analyses :

« Ainsi, de septembre à décembre, le chômage des Suisses a crû de 17%, celui des Allemands de 50% et celui des Portugais de 89%. Mais cela ne signifie pas que l’affirmation «libre circulation = chômage» soit pertinente. Au contraire, vu sur une plus longue période, c’est l’emploi qui a prospéré. Parmi les 15 anciens membres de l’UE, les ressortissants allemands et portugais sont bien ceux qui ont le plus profité de la libre circulation depuis un an et demi. La haute conjoncture a suscité un appel d’air qui a permis à l’économie suisse, notamment ses industries d’exportation, de créer 250 000 nouveaux postes. Cela n’aurait pas été possible sans cette main-d’oeuvre. Et ce n’est pas étonnant, la baisse des commandes venue, qu’elle soit frappée en premier. »

« Par ailleurs, un accroissement de 50% et de 89% du nombre de chômeurs étrangers, si impressionnant soit-il, ne dit pas tout. D’abord, il se réfère aux quatre mois de la fin 2008, une période qui a été la plus marquée par la crise financière et économique. Ensuite, ces pourcentages laissent imaginer de gros bataillons. Ce qui n’est pas nécessairement le cas: on peut ainsi obtenir 50% d’augmentation en passant de 300 à 450 chômeurs allemands. »

« Là où le bât blesse le plus, c’est avec le pourcentage de 89% concernant les Portugais. Chacun sait qu’ils sont principalement occupés dans la construction, le génie civil et l’hôtellerie-restauration. Et qu’ils passent souvent par du chômage dû aux conditions hivernales. Or la publicité des opposants passe sous silence ce facteur saisonnier qui les obligerait à réduire de plus de moitié leur pourcentage. Ainsi, pour le seul mois de décembre 2008, le chômage total a augmenté de 10,3%. Mais corrigée des facteurs saisonniers, l’augmentation n’est plus que de 4,2%. Dans la construction, le chômage a par contre bondi de 53,4% au 12e mois. »

« En fait, l’interprétation des statistiques dépend des lunettes que l’on chausse et du moment de l’observation. Pour la première fois depuis 2003, le chômage a été à nouveau plus élevé à la fin qu’au début de l’année. Mais l’examen du premier semestre 2008 aurait encore montré un recul de 20.000 chômeurs! »

Une fois de plus, on constate qu’on peut faire dire beaucoup de choses aux statistiques, en tout cas si le lecteur est disposé à croire sans examiner plus à fond les allégations. J’ai d’ailleurs à plusieurs reprises relevé ce fait sur ce blog avec des exemples tout à fait concrets (dans cette même catégories « Des statistiques« ). Mais ce qui me frappe davantage dans la confrontation de cette annonce payante avec les réponses réfléchies de Gérard Tinguely, c’est à quel point il est facile de lancer « sur le marché » des chiffres isolés au service d’une thèse simpliste et à quel point il est difficile de contrer cette argumentation. Il faut beaucoup plus de lignes pour démonter les slogans ravageurs que pour les lancer. Combien de personnes auront lu et compris l’annonce ? Combien de personnes auront remarqué et lu l’article de « La Liberté » (également publié par « Le Courrier ») ? Combien de personnes se seront données la peine de la confronter les deux « informations » ?

La démocratie directe a cela de difficile qu’elle suppose le citoyen « capable » d’entrer dans des démarches intellectuelles peu aisées sur des accords internationaux, des lois fiscales, des systèmes de retraite et des argumentations juridiques ou économiques. On aimerait se convaincre que cette supposition est parfaitement réaliste… Lancer des slogans grâce à l’aide de publicitaires aguerris risque pourtant de rester souvent plus efficace que d’argumenter patiemment.

En attendant, cette annonce des derniers jours de campagne montre bien que l’opposition aux accords n’est pas qu’une fronde contre un soi-disant « paquet » ou contre l’extension à la Roumanie et la Bulgarie des accords. Ici, c’est bien la libre circulation des portugais et des allemands qui est mise en exergue, soit les accords dans leur acception première. Il faudra s’en souvenir à l’heure de l’analyse des résultats.

Daniel

Annonce pleine page de l’UDC : excessif et dérisoire.

15 juillet, 2008
Propagande | Commentaires fermés

Relevée dans « 24 heures » du 9 juillet 2008 : Ils s’agenouillent devant l’UE et trompent le peuple

Eh oui, encore l’UDC… Presque inévitable tant sa propagande est trompeuse et envahissante. Cela faisait d’ailleurs quelques temps que nous n’avions plus eu droit à des pages entières dans nos quotidiens (combien ça coûte, au fait ?). A l’occasion des discussions sur l’éventualité d’un référendum contre la prolongation de la libre-circulation et son extension à la Bulgarie et la Roumanie, voici donc le grand retour des grands mots !

Tout d’abord, une hache au métal gravé de 12 étoiles et du sigle « UE » et au manche gravé de PS, PDC et PRD (voici pour les coupables désignés) qui brise une urne suisse. Le tout accompagné de paroles fortes : « Ils s’agenouillent devant l’UE et trompent le peuple » et « Acceptons-nous qu’on taille dans notre démocratie ? ». Nous y sommes habitués, ou presque. Mais de quoi s’agit-il, au fond ? L’UDC accuse les autres partis (alors que ce n’était en réalité pas la position de la majorité des radicaux, par exemple) d’avoir concocté un « paquet » avec deux décisions distinctes : la prolongation de la libre-circulation ET son extension à deux nouveaux Etats. Les adversaires de l’UDC semble en effet avoir trouvé une faille dans le bloc qui a finit par suffisamment diviser le parti nationaliste et le pousser à renoncer à lancer et/ou soutenir un référendum contre ces deux décisions. Bien joué : l’UDC perd ici une partie de son pouvoir de nuisance, du moins provisoirement.

Or, les politiques se sont divisés sur cette question : fallait-il réunir ou au contraire séparer ces deux décisions. Je ne vais pas revenir sur le débat, mais je remarque que des spécialistes du débat européen et des politologues, ainsi que des juristes non partisans, ont insisté sur le fait que les deux options étaient tout à fait acceptables juridiquement et démocratiquement. A partir de là, c’est devenu une question purement politique : l’UDC a joué, l’UDC a perdu.

Mais ça la fait enrager, car tel est pris qui croyait prendre. En effet, l’UDC se réjouissait de pouvoir semer la confusion entre l’extension de la libre-circulation et la venue de mendiants Roms. Et c’est de la manipulation pure : la libre-circulation concernera par exemple une infirmière roumaine (de la minorité Rom ou pas d’ailleurs…) qui signera un contrat avec le CHUV de Lausanne et pas du tout les mendiants qui franchissent les frontières sans autorisation ni contrat de travail. La situation de ces derniers est au besoin réglée par les accords de Schengen, mais il n’en sera pas question lors de l’éventuelle votation. L’UDC mettait beaucoup d’espoir dans cette extraordinaire confusion qu’elle aurait pu étaler sur d’immenses affiches (avec la complicité des éditoriaux du Matin : http://pikereplik.unblog.fr/2008/05/31/libre-circulation-rothenbuhler-le-matin-seme-la-confusion/). Raté, le manipulateur s’est fait manipuler : « l’aile économique » de l’UDC a bien trop besoin des accords bilatéraux !

Revenons à la page de l’UDC. Que peut-on y lire ? Petite étude de texte : antidémocratique et perfide, viole grossièrement la Constitution, projet fallacieux, farce indigne, faux-semblant, pantalonnade, agissements antidémocratiques, miner la démocratie directe, fossoyeurs de la démocratie directe, paquet antidémocratique, jeu méprisable… Je vous passe le reste du texte, vous avez compris ! La colère est mauvaise conseillère : depuis que Christoph Blocher n’a pas été réélu et que le parti est « parti dans l’opposition », il est pris à son propre piège de radicalisation. Auparavant, il jouait sur deux tableaux : la respectabilité d’une part, au conseil fédéral et grâce aux agrariens restés au parti et l’outrage extrémiste d’autre part, à coup d’affiches et d’annonces excessives. Il ne reste bientôt plus que le deuxième tableau….

Or, tout ce qui est excessif est dérisoire…

Dani

PS : A suivre, certainement…

Propagande ignoble contre les jeunes étrangers

25 mai, 2008
Propagande | 5 réponses »

Annonce d’une demi-page parue dans les quotidiens au nom de S.I.F.A.

Lors des votations populaires, la réflexion tout en nuance cède le pas au choix binaire imposé par la logique du OUI et du NON. On a ainsi pris depuis longtemps l’habitude des slogans simplistes à courte vue qui s’affichent sur nos murs et prennent de la place dans nos journaux. Tous les arguments paraissent bons pour attirer l’attention et pour mobiliser les partisans. C’est regrettable pour la qualité du débat démocratique, mais c’est ainsi.

Sur les affiches politiques, il est généralement difficile de faire figurer plus qu’une phrase lapidaire. Il est donc entendu qu’il s’agit là d’une sorte de « slogan crié » et on peut espérer que personne ne s’en contentera pour se faire une opinion. Dans les annonces qui paraissent dans les journaux, et qui sont répétées à satiété par les partis et les lobbys qui ont le plus de moyens financiers, il devient possible de mener une forme d’argumentation, même si elle reste souvent très primaire et simpliste.

Propagande ignoble contre les jeunes étrangers dans Propagande einbuergerung

(L’annonce parue dans les quotidiens en allemand, je ne l’ai pas encore trouvée sur le net en français)

Ces derniers jours, les limites de la décence sont à nouveau franchies par un obscur comité de soutien à l’initiative pour les naturalisations discriminatoires, le SIFA. L’annonce titre en gros, sur fond noir : « La violence des jeunes étrangers naturalisés » (la police d’écriture du dernier mot est légèrement réduite). On soupçonne ici très clairement l’ensemble des JEUNES et ETRANGERS d’être des délinquants en puissance en mettant en exergue de manière aussi générale. De plus, l’annonce mentionne le cas d’un suspect qui devait être naturalisé prochainement (il ne le sera donc manifestement pas) et ajoute au mélange un cas d’escroquerie à l’A.I. (où est la violence ?). Amalgame, amalgame, amalgame… Et si l’annonce égrène des cas concernant apparemment des « étrangers naturalisés » (curieux oxymore !), elle évite donc qu’on se demande combien de délits ont été le fait de Suisses dans le même temps et combien de naturalisations ont été refusées par les organes compétents après prise en compte des éléments judiciaires.

Cette publicité est mensongère à l’état pur : en aucune manière les dispositions que l’initiative contient n’auront d’influence sur la prise en compte des délits et crimes dans la naturalisation. Son propos est seulement de permettre la sélection sur des critères extérieurs à ceux qui sont déjà pris en compte aujourd’hui, notamment d’exclure sur la base de la nationalité d’origine ou de la religion, ou encore de la couleur de la peau…

Nos journaux devraient refuser ce genre de propagande nauséabonde et exiger de ce comité qu’il fasse sa propagande dans des termes compatibles avec le respect de l’autre, fût-il jeune et étranger ! Nos organes d’information n’ont pas à être pareillement pollués. Et peut importe si les pleurnichards de l’UDC, cachés derrière ce SIFA, viennent ensuite pleurer qu’on les compare toujours aux partis politiques des années 30. Après tout, ils n’ont qu’à arrêter de s’en inspirer….

Cette annonce me dégoûte !

Dani

Tout le monde a un anus… et un avis !

3 mai, 2008
Propagande | Commentaires fermés

Commentaires sur « Le Matin online » – articles du 2 mai 2008 et 15 avril 2008

Depuis que les journaux ont des sites internet, il est possible de consulter une partie de leurs articles en ligne. C’est bien pratique, surtout lorsqu’on souhaite faire des comparaisons entre les différentes présentations d’un même événement.

Ceci dit, certains de ces journaux en ligne offrent aussi une autre possibilité : celle de réagir directement aux articles en insérant un commentaire personnel. Le lecteur qui arrive à la fin de l’article est alors tenté d’aller lire ce qu’en disent les autres lecteurs. Les partis et les autres acteurs du débat politique l’ont bien compris et n’oublient pas de militer.

Que valent ces commentaires ? Il vaut parfois la peine d’aller jeter un coup d’oeil, non pour parfaire son information, mais pour être définitivement édifié par la bassesse du propos et les sottises qui peuvent être écrites grâce à l’anonymat garanti. Et je ne parle même pas des horreurs syntaxiques et grammaticales…

Prenons des exemples de thèmes controversés comme l’article du Matin du 2 mai sur le documentaire télévisé évoquant la non-réélection de Christoph Blocher et l’article du 15 avril sur l’initiative sur les naturalisations (très commenté). Voici quelques exemples de ces commentaires :

  • La démocratie c’est lorsque le président représente le peuple, représente le choix du peuple, représente les voix du peuple. Ce n’est pas le cas de la Suisse, qui est un système gauchiste totalitaire, mettant en place des personnes inconnues du peuple

La Suisse, système d’extrême-gauche (gauchiste). On peut rire ? Et depuis quand la tâche d’un président est-elle de « représenter » ? Les membres de l’exécutif sont là pour gouverner et c’est le parlement qui représente.

  • Surtout quand on songe que plus de 33% ont voté justement le parti de ce même Blocher !

Rappel : l’UDC a conquis 29 % des voix aux élections d’octobre, pas 33 %.

  • les élus décidant de la naturalisation sont élu par et pour le peuple! si le peuple éli ces gens, cela revient au même que de naturaliser nous-même les étrangers! DONC le suisse est capable de discènerment et de naturaliser objectivement un étranger! CQFD

Faut-il comprendre qu’il peut aussi se charger d’adopter le budget fédéral, d’amender la 11e révision de l’AVS et les ordonnances d’application ? Avec cette logique-là, la population devrait se charger de centaines de décisions et on organiserait une votation populaire par jour !

  • L’argent etant si sacre pour un suisse, je propose qu’un etranger voulant se naturaliser debourse 100’000 Fr et c’est regler, pluys besoin ni de commission ni de vote, car de toute facon, y’a que ca que ca interesse

Voilà un bel exemple de démocratie garantissant l’égalité des droits !

  • Si le texte de cette loi aurait déjà été en vigueur, il n’y aurait pas eu cette triste affaire des « 543″, ni cette histoire d’employé communal dans le canton de Vaud. Ils auraient été soutenus par les gens de leur commune, et naturalisés. Donc votez oui.

Et hop, on confond allègrement les requérants d’asile avec les émigrés disposant d’un permis C et établis en Suisse depuis 12 ans (et vive l’imparfait !)

  • Je propose d’enlever la nationalité suisse aux minus dont le QI est inférieur à 80 et qui roulent les mécaniques, soit : Blocher, Maurer, Brunner, Perrin, etc, etc

Où avez-vous trouvé ces résultats ? Et vous, votre test de QI ?

  • Dire qu’une décision du peuple est contraire à la constitution représente un non-sens, le peuple, comme le client à toujours raison.

La Constitution aussi a été adoptée par un vote populaire. Y intégrer un article qui créera une contradiction avec les articles déjà existants est donc problématique. Ce monsieur a-t-il déjà un jour consulté la Constitution fédérale ?

  • peut-on avoir une nationalité facilement dans les autres pays du monde??alors pourquoi râler quand en Suisse on va raffermir les lois, qui existent partout ailleurs??

A celui-ci, on pourrait conseiller de lire un peu et de se documenter : la Suisse est le pays le plus restrictif d’Europe dans l’attribution de sa nationalité.

  • je signale quand même qu’on a proportionnellement 8x plus d’etranger qu’en France

Faux, juste 3 à 4 fois plus ! Et encore, c’est parce que la nationalité française est nettement plus facile à acquérir : droit du sol et naturalisation dès 5 ans de résidence.

  • et c’est marrant car quand ce sont des grandes fortunes étrangères qui s’installent en CH cela ne pose de problème à personne…

Et revoilà la confusion entre immigration et naturalisation. Ce n’est pourtant pas la même chose, et il y a 12 années entre les deux…

  • Et malheureusement en Suisse,beaucoup de fois c’est l’ignorance à certain sujets qui l’emporte.

Vous ne croyez pas si bien dire.

  • La meilleurs solution est: expulsion des étranger et tout ses problèmes seront résolus! Pourquoi vouloir faire compliqué quand on peut faire simple!

Voilà quelque chose d’expéditif : demain, on se passe du quart de la main d’oeuvre !!!

  • donc, la gauche serait raciste….puisque ils soutiennent aussi l’inisiative

Un qui n’a pas compris qui est à gauche et qui est à droite !

 

Bref, la démonstration est éloquente. Et il en va ainsi de nombreux débats suite aux articles du quotidien orange. L’exception est fournie par quelques articles plus complexes ou techniques à propos desquels moins de monde se sent prêt à aller cracher des mots.

Pourquoi ce journal continue donc à offrir cet espace de défoulement qui prend plus de place que son propre article ? Ce doit être dans l’air du temps… Chacun peut s’exprimer, c’est bien, c’est aussi démocratique. Mais certains le font en « croyant savoir », sans réfléchir et sans vérifier quoi que ce soit : cela aussi, c’est dans l’air du temps. Tout le monde a un avis, comme tout le monde a un anus. On demande bien un avis scientifique à des vedettes de la chanson et des recommandations politiques ou économiques à des sportifs…

Une discussion de mauvais bistrot, mais par écrit. Or si les paroles s’envolent, les écrits restent. A quand le retour de la priorité à l’information dans les médias écrits ?

Dani

12

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni