Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

Archive pour la catégorie 'Divers'


Libre circulation : Rothenbühler (Le Matin) sème la confusion.

31 mai, 2008
Divers | Commentaires fermés

Le Matin – vendredi 30 mai 2008 Editorial : Libre circulation des mendiants ?

http://www.lematin.ch/fr/actu/suisse/des-roms-toujours-plus-violents_9-165968

Dans un numéro dont la première page annonce que « la police craint un afflux de Roms » et dont la double page consacrée au sujet complète avec « Des Roms toujours plus violents » (pages 2 et 3), le journal orange joue son rôle habituel d’épouvantail. Il s’est depuis des années fait une spécialité d’agiter toutes les peurs possibles afin d’effrayer la population, de fournir des électeurs au parti de la peur et bien sûr d’engranger des bénéfices sonnants et trébuchants grâce aux mains tremblantes qui s’emparent fébrilement du journal.

Aujourd’hui, le rédacteur en chef Peter Rothenbühler s’intéresse à la « libre circulation des mendiants ». Dans son éditorial, il accuse le parlement d’infantiliser le peuple suisse par son hésitation entre deux manières de faire accepter la reconduction de l’accord bilatéral sur la libre circulation des personnes ainsi que son extension à la Roumanie et à la Bulgarie (en présentant les deux sujets ensemble ou séparément). Jusque-là, rien d’anormal, tant cette question agite le microcosme politique. On ne doit donc pas s’étonner que des éditorialistes prennent position et que l’un d’entre eux recommande au gouvernement d’éviter de donner l’impression de vouloir « faire passer la pilule amère à tout prix ». Il est ici dans son rôle.

Mais là où le rédacteur dérape, c’est lorsqu’il laisse entendre par son texte que la question de l’extension de l’accord est liée avec l’afflux des mendiants venus de Roumanie, qui, précise-t-il se disputent à « couteaux tirés sur les meilleures places et les trottoirs » (Tremblez, citoyens !). Sans nuancer aucunement son propos, il associe le contrôle de populations clandestines nomades avec celui des candidats à un poste de travail venus de l’Union européenne grâce aux bilatérales (dont il n’évoque absolument pas les réelles dispositions). En effet, ces accords ne concernent en aucune manière le contrôle douanier ou policier des Roms (confié aux Accords de Schengen déjà acceptés par la Suisse), mais uniquement l’installation de travailleurs immigrés conditionnée à l’obtention d’une place de travail. En clair, Rothenbühler confond allègrement le mendiant roumain avec l’infirmière roumaine engagée au CHUV bien que leurs sorts soient réglés par des accords différents.

La question européenne est particulièrement complexe et les citoyens suisses (comme ceux de l’Union européenne d’ailleurs) ont déjà souvent bien du mal à s’y retrouver. A cet égard, l’éditorial sème donc ouvertement la confusion, et ceci aux côtés d’un article qui « met le paquet » sur la peur des Roms, ces populations déshéritées qui tentent désespérément leur chance en mendiant dans des pays plus riches que le leur. Le jeu de Rothenbühler est vraiment trouble et très ambigu. On en vient à se demander pour qui il roule réellement…

Dani

Moritz Leuenberger et les chauffards : le futur et le conditionnel…

19 mai, 2008
Divers | 1 réponse »

Le Matin online (Le Matin bleu) – 18 mai 2008 : Les voitures des chauffards iront directement à la casse

http://www.lematin.ch/fr/actu/suisse/les-voitures-des-chauffards-iront-directement-a-la-casse_9-157966

On dit parfois que le niveau de maîtrise du français baisse. Manifestement, même les rédacteurs des journaux sont concernés, du moins en ce qui concerne les règles de la conjugaison et de l’emploi des temps.

En effet, on trouve l’utilisation de l’indicatif (futur), censé marquer une certitude, tout au long de l’article évoquant tout un train de mesures liées à la sécurité routière et titré « Les voitures des chauffards iront directement à la casse ». On peut lire : l’une des mesures les plus spectaculaires touchera les chauffards, leur voiture sera confisquée, l’aptitude à la conduite des retraités sera mieux évaluée, le programme va coûter environ 300 millions de francs. Le lecteur attentif remarquera juste en fin d’article l’apparition du conditionnel pour des détails liés au financement du programme présenté et ne permettant pas a priori de douter des certitudes avancées auparavant. En réalité, on pourra juste remarquer que le chapeau de l’article note discrètement : Le ministre des Transports va soumettre prochainement au gouvernement le programme de sécurité routière «Via sicura».

Nulle part il n’est fait mention du réel statut de l’action de Moritz Leuenberger. L’usage de la conjugaison au futur donne l’impression au lecteur non averti que des décisions fermes ont été prises. Or, il se trouve qu’il ne s’agit que de propositions que le conseiller fédéral zurichois va faire aux six autres membres du gouvernement.

Moritz Leuenberger et les chauffards : le futur et le conditionnel... leuenberger_article

Autant dire qu’on est bien loin des certitudes (donc de l’emploi du futur !) et c’est bien l’emploi du conditionnel qui devrait s’imposer aux journalistes. Il est bien possible que les propositions échoueront déjà face à une majorité du conseil fédéral. Si ce n’est pas le cas, elle devront alors affronter une procédure de consultation des milieux concernés, puis l’assemblée fédérale, avec à chaque fois au préalable un débat en commission. Imaginer le parlement actuel adopter sans opposition des mesures comme des destructions d’automobiles ou le zéro pour mille pour les jeunes conducteurs et les professionnels de la route relève de l’utopie la plus naïve !

Le rédacteur en question a-t-il en définitive des lacunes en conjugaison ou en instruction civique, ou les deux ? Ou désire-t-il plus simplement « allumer » ses lecteurs et s’assurer que les pauses du matin seront consacrées à discuter de « son » article ?

En tout les cas, un article faisant passer des propositions pour des décisions, c’est vraiment un aboutissement dans la mal-information !

Dani

PS : 20 minutes : Pas mieux ! Usage du futur dans presque tout l’article, avec tout de même allusion au fait qu’il s’agit de propositions.

Merci les journaux pour ce magnifique exemple de désinstruction civique !!!

Journaux : faites nous peur !!! (Al-Qaida et l’euro 2008)

16 mai, 2008
Divers | 1 réponse »

Le Matin bleu du vendredi 16 mai 2008 – Al Qaida vise l’Euro 2008

On connaît l’intérêt des quotidiens gratuits (et de quelques autres) pour tout ce qui peut faire peur aux lecteurs. Manifestement, la peur fait vendre, ou du moins, les gens aiment à se faire peur. Donc, les manchettes évoquant des crimes sanglants ou des viols sordides abondent, écrasant de tout leur poids le reste de l’information quotidienne.

Aujourd’hui, on monte d’un cran dans l’échelle des fantasmes : le « Matin bleu » titre en page 5 : « Al-Qaida vise l’Euro 2008″. Le terrorisme ! Voilà de quoi faire trembler dans les chaumières à l’approche des matches se déroulant en Suisse lors du championnatd’Europe de football. Tremblez, citoyens, le terrible Ben Laden va venir s’occuper de vous !

Mon propos ici n’est nullement de nier le danger terroriste. Régulièrement, dans le monde, on dénombre des morts et des blessés graves liés à des attaques à la bombe. Ce risque existe donc, et existe évidemment aussi lors de l’organisation de manifestations d’envergure internationale. Il est donc juste que les polices et les services de sécurité s’en préoccupent, se préparent, voire communiquent sur ce thème. Mais ici, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, mais de l’utilisation de la peur pour attirer le chaland et lui glisser un maximum d’annonces publicitaires sous le nez par la même occasion (c’est bien le rôle des journaux gratuits, non ?).

Alors, examinons en quoi ce journal est fondé à affirmer que les terroristes d’Al-Qaïda ont décidé de s’en prendre à l’Euro 2008. Quelles sont donc les pièces qu’il verse au dossier ?

Journaux : faites nous peur !!! (Al-Qaida et l'euro 2008) gare__zoom

Des messages ont été déposés sur des forums de sites « djihadistes », proposant de « transformer les deux pays les plus sûrs d’Europe en enfer » ou appelant à commettre des attentats (mais si on recensait toutes les horreurs de ce genre figurant sur des forums, on n’en finirait jamais). Le journal mentionne aussi l’arrestation d’islamistes au Portugal lors de l’Euro 2004, arrestations qui n’avaient pas démontrés clairement l’existence de projets d’attentat, faut-il préciser. Mais l’article mentionne aussi les réponses des polices autrichiennes et suisses qui estiment qu’ « aucun élément concret ne permet de craindre un quelconque danger précis ».

Il faut donc bien admettre que le journal joue tout à fait gratuitement avec les nerfs de ses lecteurs. Malheureusement, il n’est pas le seul : le site de la Radio suisse romande ou La Liberté, par exemple, se sont eux aussi livrés à ce petit jeu du « fais-moi peur ».

Quelques idiots ou fanatiques écrivent sur des forums internet et une partie de la presse transforme cela en projet réel d’attentat de la centrale terroriste la plus célèbre du monde, en créant ainsi elle-même une soi-disant information ! Quelques jeunes fanatisés qui fréquentent les forums en tireront gloire, la police surveillera ces activités… mais faire des titres pareils en ne se basant sur rien de concret ou de tangible : c’est de la pure désinformation ! Ce journal mérite sa place de fin de journée : dans les corbeilles à papier ou dans le caniveau.

Dani

Aussi dans :

Le Matin (orange) : Zurich visée par les sbires de Ben Laden
La Tribune de Genève : La Suisse ne s’affole pas devant la menace terroriste 24 heures : Euro 2008 : menaces sur les forums jihadistes, la police suisse en alerte La Liberté : Les terroristes connaissent la Suisse Site de la RSR : Menaces d’attentat contre l’euro 2008

Manifestement…… la peur fait recette quand on en fait ses titres (même si certains journaux prennent la peine de beaucoup relativiser). Toujours rien de tangible, à part les forums internet, mais tout le monde suit, y compris des quotidiens français et belges. Comment faire l’info, même s’il n’y a rien à dire.

Partis de droite, du centre-droite, du centre, de partout ?

12 mai, 2008
Divers | Commentaires fermés

Le TEMPS – Quelques articles relevés entre le 2 et le 10 mai 2008

Depuis le 11 septembre 1789, à l’occasion du débat sur le droit de veto du roi à l’assemblée nationale issue de la révolution française, on a coutume de classer les partis politiques, les idéologies et même le simple citoyen sur un axe gauche-droite. Si cette opposition séparait à l’origine les monarchistes et les libéraux révolutionnaires, elle n’a pas cessé ensuite d’évoluer et surtout de s’étendre en dehors de sa patrie d’origine.

Le gouvernement de Front populaire de 1936, en France, réunissait ainsi les radicaux et les socialistes, soutenus par le parti communiste. Généralement, le XXe siècle à vu s’opposer une gauche socialiste à une droite libérale ou conservatrice. Il n’empêche que la logique de ce clivage reste souvent obscure et que chacun y va de sa propre appréciation, souvent influencée par son positionnement personnel. Il reste que certains critères font globalement consensus chez les spécialistes.

 

Partis de droite, du centre-droite, du centre, de partout ? 250px-Bundeshaus_-_Nationalratsratssaal_-_001

 

Or, la lecture des quotidiens donne parfois le tournis tant les partis et les coalitions peuvent valser de gauche à droite, en glissant à travers des centre gauche et des centre droite opportuns… Je vais me référer ici au quotidien « Le Temps » sur environ une semaine pour tenter de le démontrer.

Le 2 mai, à l’occasion des élections étudiantes à l’UNIL, le journal évoque les jeunes libéraux, radicaux et démocrates-chrétiens comme représentant du « centre droite ». Mais un peu plus loin dans le journal, les mêmes deviennent des étudiants « déclarés à droite » et des « juniors de droite ».

Le 3 mai, ce sont cette fois-ci, au plan fédéral et à l’occasion d’une prise de position quant à une votation proche, les PDC, Verts libéraux et évangéliques qui représentent le « centre-droite ».

Le 6 mai, l’entente bourgeoise genevois (radicaux, libéraux et PDC), à propos des trois voies de l’autoroute, est clairement située à « droite ». Mais le même jour, dans un article évoquant les envies de scission au sein de l’UDC, les libéraux sont qualifiés de « forces centristes », on imagine une « force de droite supplémentaire » (une alliance d’UDC modérés et de libéraux), voire un grand parti de « centre-droit » (union libérale-radicale). On finit enfin par les « partis de la droite traditionnelle » en parlant des PDC, radicaux et libéraux.

Le 7 mai, la « droite politique » est figurée par le PDC, les radicaux, l’UDC et le parti libéral, alors que le 8 mai, la chronique de François Gross « Allô, le centre » interpelle les radicaux et les démocrates-chrétiens comme « partis du centre ». Le même jour, le même journal évoque une alliance du « centre-droit » vaudois avec radicaux, libéraux et UDC et enfin, le 10 mai, « la droite » (c’est-à-dire le PDC et le PRD, et éventuellement l’UDC) désire dans Le Temps faire pression pour accélérer les réformes sociales.

Difficile à suivre, n’est-ce pas ? Les mêmes partis occupent tour à tour le centre, la droite, le centre droite. A cela, il faudrait ajouter qu’un parti très à droite, l’UDC, se donne un nom de « parti démocratique du centre » et que l’éventualité d’un conseil fédéral composé d’une majorité radicale et démocrate-chrétienne avant les élections d’octobre 2007 était régulièrement qualifiée de « centre-gauche »! Bref, plus personne ne s’y retrouve…

On pourrait tenter de remettre un peu d’ordre dans tout cela. Tout d’abord, il faut faire remarquer que le clivage gauche-droite peut être utilisé au sein d’un parlement ou au sein d’une population. Ainsi, il n’y a pas de doute que le PDC est bien situé au centre de l’hémicycle du conseil national, avec les socialistes et les verts à sa gauche et les radicaux et l’UDC à sa droite. Au fond, cela pourrait d’une certaine manière offrir un repère relativement objectif. Toutefois, les résultats des élections évoluent et cette situation pourrait aussi changer. On peut donc également se référer à la tradition idéologique et éventuellement comparer avec des pays voisins. Dans ce cas, le même PDC rejoindrait la droite étant donné ses préférences idéologiques générales en faveur de la liberté d’entreprise, d’un certain conservatisme social et de ses alliances électorales avec le reste de la droite. Si le PDC était réellement au centre, on devrait, au moins de temps en temps, éventuellement localement, le retrouver allié à une partie de la gauche. Par contre, classer les radicaux, les libéraux et l’UDC au centre droite n’a aucun sens, ni en tenant compte de leur place dans un hémicycle, ni en tenant compte de leurs préférences idéologiques. Imagine-t-on sérieusement semblable procédé à gauche, avec des socialistes au centre et le POP au centre-gauche ?

Non, décidément, il y a ici un jeu très ambigu. Un parti ne peut pas décemment occuper à la fois le centre, le centre droite et la droite. Il devient nécessaire de clarifier et ce serait notamment le travail de la presse, et en particulier d’un quotidien dit « de référence », de le faire. On pourrait en effet attendre une certaine cohérence ou en tout cas une certaine continuité dans l’usage de ces qualificatifs.

Parfois, le POP est situé à l’extrême-gauche. Pourquoi l’UDC, qui défend des positions parfaitement inverses, n’occuperait pas alors l’extrême-droite ? D’ailleurs, un parti qui défend le « droit à l’arbitraire national » correspond clairement sur ce genre de points aux partis d’extrême droite des pays voisins. De même, les partis qui défendent une vision libérale de la société (une minorité désormais de l’UDC, les libéraux et les radicaux) devraient clairement se situer à droite, sans ambiguïté. Reste donc le cas des partis minoritaires tels que le PDC, les verts libéraux et les évangéliques (regroupés au parlement fédéral). Etant donné des alliances ponctuelles avec des partis dits de gauche, on peut alors leur accorder le bénéfice du centre, mais plus précisément du « centre droite » étant donné leurs préférences électorales très claires. Et pourquoi n’y aurait-il pas aussi un « centre gauche », après tout ?

Il faut arrêter de céder trop facilement « le centre ». Il est un atout électoral et chacun le sait pertinemment, surtout les journalistes politiques. Il faudrait exiger ici plus d’impartialité !

Dani

 

schema

 

P.S. : J’ai parfois rencontré des gens qui me disaient que les journaux étaient « de gauche ». Lorsque je demandais « Le Temps, aussi ? », on m’a parfois répondu affirmativement. J’ai quatre hypothèses :

1) La personne ne sait pas lire

2) La personne n’a aucune idée du clivage gauche-droite

3) La personne ne lit pas Le Temps

4) La personne est tellement « au fond à droite » que tout le reste est à gauche

L’abuseur d’aide sociale, sa maserati et sa nationalité !

10 mai, 2008
Divers | 1 réponse »

20 minutes du vendredi 9 mai 2008 – Il roule en Maserati et touche l’aide sociale

D’ordinaire, les journaux sont toujours d’une grande précision quant à la nationalité des délinquants, des profiteurs et des responsables d’accidents. Les journaux gratuits, comme d’autres journaux spécialisés dans le fait divers accrocheur le sont tout particulièrement.

Ainsi, le chauffard condamné de l’édition du 8 mai est serbe, celui qui a été flashé 31 fois par le même radar est un Pakistanais immatriculé en Belgique et même une victime de coup de couteau est bien désignée précisément comme albanaise le même jour. Ces derniers temps, on a même pris la peine à plusieurs reprises de préciser que des délits était le fait de suisses naturalisés, originaires de tel ou tel pays. Manifestement, l’origine nationale a d’avantage d’importance aux yeux de nombreux journalistes que l’âge, la profession ou le lieu de résidence.

Or, ce vendredi 9 mai, on découvre qu’un homme « roule en Maserati et touche l’aide sociale ». Il s’agit d’un petit article relatant des faits ayant eu lieu à Wittenbach (SG) et mettant aux prise le président de la commune à ce citoyen, événements ayant conduit à la découverte du « pot aux roses ». L’homme est donc poursuivi pour escroquerie.

Pour une fois, il n’est fait nulle part mention de la nationalité de l’homme en question. Tiens, pourquoi ? Eh bien, c’est là qu’il devient nécessaire de lire « entre les lignes ». L’escroc en question est tout simplement suisse !!!

Si on précise lorsqu’il s’agit d’étrangers et qu’on passe la nationalité sous silence lorsqu’il s’agit de citoyens helvétiques, on ne doit plus s’étonner que certains aient l’impression que les délits sont systématiquement le fait d’étrangers.

Dani

PS : Il est possible de vérifier ce fait sur le site « polizeinews.ch » qui recense les messages publiés par les polices, où la personne en question est désignée comme citoyen (Bürger) : http://polizeinews.ch/page/44438/. Quant au « St.Galler Tagblatt », il donne même le nom.

Les Brèves du Matin bleu….n’importe quoi ?

7 mai, 2008
Divers | Commentaires fermés

Le Matin bleu – 7 mai 2008

Les rédacteurs des journaux gratuits relisent-ils leurs copies avant de les rendre, comme on le recommande généralement aux élèves. On pourrait en douter quand on lit attentivement celles-ci, comme le montre l’édition de ce jour :

Je cite : « Fin de suspension pour les exécutions. ETATS-UNIS : Sauf intervention judiciaire de dernière minute, un homme condamné en Géorgie pour le meurtre de sa petite amie a été hier le premier détenu exécuté depuis que la Cour suprême a suspendu les exécutions en septembre dernier. »

Vous saviez, vous, que les Etats-Unis ne pratiquaient plus la peine de mort depuis 8 mois ? Noooon, rassurez-vous, vous n’aviez rien loupé ! C’est juste le journal qui oublie de préciser que c’est uniquement la Cour suprême de l’Etat de Géorgie qui avait décidé cette suspension, et non la Cour suprême « tout court » à savoir celle des Etats-Unis…

Je cite : « La décision : L’UDC du canton de Vaud a décidé, hier soir, d’exclure du parti la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et sa section grisonne ».

Dingue, ça. Je ne savais pas que la conseillère fédérale appartenait à l’UDC vaudoise (qui vient apparemment de l’exclure) qui en plus comporte une section « grisonne » (avec des cheveux gris ?) … Non, en fait l’UDC vaudoise s’est prononcée « en faveur de l’exclusion », mais elle n’est compétente elle-même ni pour décider de l’exclusion de la conseillère fédérale, ni de celle d’une autre section cantonale.

Je plaisante, mais on pourrait continuer. Il y en a souvent…

A force de vouloir faire bref, très bref, encore plus bref, on finit par commettre des inepties et des simplismes. Je commence vraiment à croire qu’il n’y a pas de relecture…

Dani

P.S. le 9 mai : Dans la catégorie « manque de relecture » du Matin bleu, on relèvera aujourd’hui le titre : Les Israéliens célèbrent l’anniversaire de l’indépendance proclamée en 1968, juste en dessous de l’annonce de la fête des 60 ans d’existence….

 

L’association suisse des spiritueux serait une référence statistique !

26 avril, 2008
Divers | Commentaires fermés

20 minutes du vendredi 25 avril 2008 – « Le couvre-feu de l’alcool criminalise les jeunes »

« 20 minutes » relaie ce vendredi les résultats d’une étude présentée par le « Groupement suisse des spiritueux de marque » à propos de la consommation d’alcool. Or l’article présente les faits comme relevant d’une objectivité sans faille, en affirmant notamment que les jeunes ne consomment que 11 % de toutes les boissons alcoolisées.

Bien sûr, l’article signale tout de même que ces chiffres émanent du lobby des représentant des alcools de marque sur le marché suisse, mais nulle part l’article ne remet en cause ces affirmations comme relevant du débat partisan sur les mesures politiques de prévention de vis-à-vis des jeunes. C’est la vente « nocturne » d’alcool qui est en jeu et on ne plaisante pas avec les affaires ! En somme, l’article de 20 minutes relaie sans esprit critique les affirmations des vendeurs d’alcool, comme une annonce publicitaire que le même groupement aurait dû payer au prix fort. Le verbe « criminaliser » vient opportunément renforcer l’effet. Merci du cadeau…

Prenons toutefois la peine d’examiner de plus près les chiffres mentionnés par l’article :

Les jeunes de la tranche 18-24 ans ne consomment « que » 11 % de toutes les boissons alcoolisées : le chiffre peut apparaître faible à certains, mais il faudrait bien signaler que la tranche d’âge correspond à 8,3 % de la population de la Suisse (chiffres OFS 2006) et que ces jeunes boivent donc proportionnellement plus que les autres tranches d’âges. Même si on enlève les moins de 15 ans de la statistique en émettant la supposition qu’ils ne boivent pas encore d’alcool, on arrive à 9,8 %, soit toujours moins que 11 %. Décidément non, 11 % de tout l’alcool, ce n’est pas si peu.

D’autre part, l’article mentionne un autre « que » : les excès ne concernent que 25 % des moins de 25 ans et le journaliste prend la peine de préciser qu’il s’agit de 3,6 % de la population. Alors quoi, sur deux familles avec 2 enfants chacune, on a en moyenne un jeune qui boit de l’alcool avec excès et ce serait si négligeable. C’est peut-être l’avis intéressé du producteur d’alcool, mais on pourrait attendre un peu plus de recul de la part du journaliste, d’autant plus qu’il écrit dans un journal qui vise ouvertement le public jeune.

Encore une fois, on peut faire dire presque n’importe quoi à des chiffres. C’est le lecteur qui doit rester vigilant et user de la calculette !

Dani

Un crocodile ou un alligator, c’est caïman la même chose !

24 avril, 2008
Divers | Commentaires fermés

20 minutes du 24 avril 2008, page 17

Sous le titre « Elle trouve un alligator en pleine nuit dans sa cuisine », 20 minutes relaie une dépêche de l’Agence France presse écrite par un journaliste qui se perd quelque peu parmi les reptiles de l’ordre des crocodiliens.

 

Un crocodile ou un alligator, c'est caïman la même chose ! american_alligator2 Probablement pour éviter une répétition un peu lourde (il utilise aussi deux fois le mot reptile), l’auteur de l’article parle de la découverte d’un caïman dans la cuisine, puis précise que l’habitante appelle le numéro d’urgence dès qu’elle aperçoit l’alligator, avant d’ajouter que le caïman aurait cassé une porte et de finir par les nombreux incidents impliquant des alligators… Y aurait-il eu deux animaux différents en même temps dans cette maison ?

Rappelons donc que le caïman est un crocodilien certes proche des alligators, mais passablement différent (mais il existe différentes espèces de caïmans et d’alligators, ce n’est pas simple). Les caïmans sont originaires d’Amérique centrale et du sud. Ici, en Floride, c’est manifestement d’un alligator qu’il s’est agi, animal qu’on peut effectivement rencontrer aux Etats-unis.

Au fond, le journaliste aurait pu encore varier davantage en utilisant les termes de crocodile, de gavial et pourquoi pas de varan. En lorsqu’il fera un article sur les crapauds, qu’il ne manque pas d’évoquer aussi les grenouilles ou les rainettes ! Si on ne connaît pas bien les reptiles, ce qui est tout à fait excusable, un petit tour dans une encyclopédie peut éviter d’écrire des bêtises. Même si l’enjeu est ici nul, la crédibilité de la presse est à ce prix…

Dani

On peut trouver une version courte de l’article en ligne sur le site de 20 minutes : http://www.20min.ch/ro/news/insolite/story/12586707. Cette fois-ci, c’est le caïman qui vole la vedette et l’alligator qui se cache dans le texte… ;-)

A noter que le « Matin bleu » n’est pas meilleur en « herpétologie », son article confondant aussi alligators et caïmans.

Rois des écolos…. ? Mon oeil…

22 avril, 2008
Divers | 1 réponse »

20 minutes – Mardi 22 avril 2008 En Une : « Les Suisses sont les rois des écolos »

Le chapeau du 20 minutes nous dit simplement que neuf suisses sur dix pratiquent l’écologie active (c’est ce qu’ils disent !), s’appuyant sur le fait que notre pays fait partie du « top 5″ du recyclage et que le réchauffement climatique y est considéré par 55 % des habitants comme un danger.

La belle affaire…

Donc, un pays dont 45 % des habitants ne considèrent pas le réchauffement climatique comme un danger (jusqu’ici…..tout va bien !) est le pays des rois des écolos. Toujours en première page, le journal dit bien que renoncer à sa voiture reste un sujet tabou. 47 % des sondés disent faire un effort pour diminuer l’usage de leur voiture; la majorité reconnaît donc ne pas faire un tel effort !!!

Vraiment, les titres n’hésitent pas devant les superlatifs. A l’heure où nos rues se chargent de véhicules 4×4, où la consommation d’énergie par habitant continue d’augmenter à un rythme soutenu, où les produits agricoles hors-saison abondent dans nos supermarchés, où les déchets spéciaux s’accumulent suite à l’obsolescence rapides de nombreux objets de consommation (combien de temps dure un téléphone portable avant d’être remplacé par un nouveau ?), où les gaz à effet de serre émis continuent à croître, peut-on vraiment honnêtement se targuer d’être des modèles en matière d’écologie ?

 

Rois des écolos.... ? Mon oeil... pollution

 

Au fond, le titre de 20 minutes est soutenu par une seule idée : le fait que les Suisses fassent un peu mieux que les autres, en particulier dans le tri des déchets et dans le recyclage. Mais c’est de l’autosatisfaction facile et un constat d’aveugle : bien sûr, « l’écologie du riche » qui soigne son environnement immédiat et trie soigneusement ses déchets a bonne presse chez nous. Mais qu’en est-il des (trop) nombreux produits agricoles et industriels que nous faisons venir du bout du monde ? On va imputer cette pollution (production et transport) à la Chine, à l’Inde ou à l’Australie, mais le destinataire final des produits est bien chez nous, en Occident, et notamment en Suisse.

Faire produire et polluer les autres pour sa propre consommation….

Non, nous ne sommes pas les « rois des écolos ». Ce titre n’est qu’ un attrappe-couillon….un de plus !

Dani

1...3940414243

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni