Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Divers
  • > La presse va mal : même faire parvenir un journal au lecteur devient difficile…
27
août 2016
La presse va mal : même faire parvenir un journal au lecteur devient difficile…
Posté dans Divers par Dani à 1:31 | Commentaires fermés
Mon message à la rédaction du TEMPS et à son service d’abonnements: voilà qui donnera certainement envie à beaucoup de monde de s’abonner à un journal qui perd d’ailleurs régulièrement de sa qualité journalistique… :-/
**********
Madame, Monsieur,
Avant de lire mon message, je vous prie de prendre connaissance des échanges qui se situent en dessous : ils illustrent le nombre de déconvenues que j’ai connues avec la livraison de mon journal lors de l’année écoulée et vous permettront peut-être de comprendre ma réaction et ma demande. Je précise que ces problèmes avaient déjà été précédés d’autres que je n’ai pas conservés sous forme de courriels.
A l’occasion de ma dernière plainte (ci-dessous), une personne du service des abonnements m’avait téléphoné pour me proposer de passer désormais par le service postal. Ainsi, me promettait-elle, il n’y aurait plus de problèmes. L’effort à concéder de ma part pour avoir enfin la certitude de recevoir le journal était de ne plus le recevoir le matin mais de le retrouver en fin de journée dans ma boîte à lettres. Tout cela n’aura finalement servi à rien, puisque les incidents reprennent avec le service postal : le journal n’est à nouveau pas arrivé ce matin et je suis parti sous la pluie l’acheter au prix du weekend en kiosque. Votre entreprise s’avère malheureusement incapable d’acheminer son produit à ses clients.
A ce stade, je ne veux plus d’explications, d’excuses ou de promesses. Cela suffit. J’ai reçu récemment mon bulletin de versement annuel et je m’apprêtais à faire le paiement à la fin de ce mois. D’agacements en renoncements, j’en viens à envisager de renoncer à l’abonnement auquel je m’étais habitué depuis de longues années. D’ailleurs, si j’avais accepté de m’abonner, c’est parce qu’un de vos représentants au salon du livre m’avait vanté les avantages de recevoir à coup sûr son journal le matin. La publicité s’est révélée mensongère et je vais en tirer les conséquences.
Aujourd’hui, ma situation est la suivante : je peux lire quotidiennement et gratuitement, mais en format numérique, les articles du Temps grâce à l’accès rendu disponible par mon employeur. Je paie donc un abonnement pour le confort de lire une version papier, mais je ne suis jamais sûr de trouver le journal dans ma boîte et j’affronte l’inconfort de devoir aller le chercher moi-même ailleurs en le payant. Quelle absurdité !
letempsboite
Sachant que vous gagnez plus sur la version papier que sur la version numérique, je vous demande donc de me prouver que vous tenez à me conserver parmi vos abonnés. Je vous demande donc de m’accorder un rabais de 15 % sur l’abonnement de l’année à venir et j’attends une réponse avec un bulletin de versement ajusté. En cas de non-réponse ou de refus de votre part, le bulletin de versement actuel partira à la poubelle et je m’habituerai désormais à la version numérique à laquelle j’ai déjà accès gratuitement.
Salutations fatiguées

Daniel

PS : J’ai bien reçu une facture d’abonnement réduite de 15 % et je reste donc abonné au TEMPS. :-)


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

Réponses desactivées.

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni