Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Archives pour février 2014
Archive pour février, 2014


Les mauvais gagnants

17 février, 2014
Politique | Commentaires fermés

 L’après-votation montre des vainqueurs ayant de la peine à assumer leur victoire

nainblog5.jpg

Depuis la votation du 9 février, on a pu suivre des réactions qui ont souvent été classées comme étant celles de mauvais perdants : réserver les quotas aux cantons qui ont dit oui même de justesse, envoyer les leaders de l’UDC négocier tout seuls à Bruxelles, stigmatiser les régions qui ont voté oui, etc. Cette position de « mauvais perdant » est bien connue, et chaque enfant ou presque a dû apprendre à s’en départir à l’occasion de jeux de société en famille ou avec des amis.  Apprendre à perdre…

C’est évidemment également valable pour les votations et les « perdants » ont tout intérêt à afficher une certaine dignité. L’affaire est à mon avis entendue et de nombreux perdants de la dernière votation sont des habitués cuirassés par le nombre de défaites. C’est d’autre chose dont j’aimerais parler ici : en effet, on n’entend jamais évoquer l’inverse : le « mauvais gagnant ». A mon sens, aujourd’hui, il serait bon de se pencher aussi sur cet autre phénomène, et l’occasion de la votation du 9 février le permet assez aisément.

A mon sens, le mauvais gagnant est celui qui l’emporte dans une décision et qui n’est absolument pas prêt à assumer sa victoire et surtout les conséquences logiques ou inévitables de celle-ci. Cela peut venir d’une image difficile à assumer, de conséquences que l’on préférerait ignorer, de l’absence de proposition pour concrétiser la décision, de la conscience d’avoir mis tout le monde dans le pétrin ou d’avoir créé des difficultés inutiles. Dans le cas de l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse », l’idée de « mauvais gagnant » pourrait tout particulièrement s’appliquer aux cas suivants :

En fait, je n’ai pas voté, mais je pense quand même que…

Là, c’est le comble de l’incapacité d’assumer de peur d’être associé aux Waldstätten ou à un autre croque-mitaine. Certains partisans de l’initiative aimeraient tant oublier leur vote et vont peut-être réellement l’oublier d’ici quelques temps.

De toute manière, cela ne va rien changer d’essentiel.

Réaction beaucoup entendue ces derniers jours pour minimiser la portée du vote et ses propres craintes. Mais si c’est pour ne rien changer d’essentiel, à quoi bon aller voter ?

Quoi ? Cela va affecter nos relations avec l’UE ? On nous a donc mal informés !

Réaction caractéristique de celui qui vote en se basant sur les slogans des affiches et des annonces et qui se plaint d’avoir été mal informé. Comme si la brochure officielle, les débats publics, les sites d’information et les journaux n’existaient pas !

L’Europe a décidé de se venger et de nous punir

C’est la position du gagnant-victime. Et plutôt que d’assumer que les décisions qu’il a prise auront naturellement des conséquences, il préfère transférer le poids de la décision sur un autre. C’est pas ma faute, c’est les autres !

Il s’agissait seulement de donner un « signal »

On retrouve cette défense chez ceux qui utilisent les votations pour manifester leur mauvaise humeur (ils semblent n’avoir jamais imaginé d’autres méthodes, comme les manifestations par exemple). Ils font mine d’ignorer que les votations consistent à adopter des textes constitutionnels ou légaux. Auront-ils un jour l’idée de lire les textes qu’ils votent ?

Cette décision n’a rien à voir avec les accords bilatéraux

C’est la position de ceux qui aimeraient croire qu’on peut avoir le beurre et l’argent du beurre, la libre-circulation sans les immigrants qui vont avec. Et leurs pulsions ethnocentriques les poussent à ne plus être capables de prendre en compte une partie du texte voté. Faire comme si…

Ce n’est pas au camp du « oui » de dire ce qu’il faut faire maintenant

Là, c’est le toupet du sans-gêne. C’est prendre une décision en rupture avec ce qui avait été décidé jusque-là et laisser les autres se débrouiller. C’est comme jeter la vaisselle par terre et demander aux autres de ramasser.

J’aimerais voir les gagnants de cette votation assumer leur victoire, tout simplement. Ce serait déjà pas mal.

Daniel

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni