Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

Archive pour avril, 2013


20 minutes : Un exemple patent de malinfo !

17 avril, 2013
Divers | Commentaires fermés

20 minutes – 11 avril 2013 : Le fisc lui réclame des impôts 40 ans après

20 minutes : Un exemple patent de malinfo ! PISSEUR2

Régulièrement, dans le cadre de mon enseignement, avec des matières comme l’économie, le droit ou l’instruction civique, je me retrouve face à « l’information » transmise par les médias… et plus particulièrement par la diffusion gratuite du journal des pendulaires, « 20 minutes ». Et c’est une lutte continue contre les idées fausses qui émanent trop souvent d’une mauvaise compréhension de l’information, dont la faute incombe le plus souvent au média.

Mardi matin, un de mes élèves m’interpelle sur le cas d’une femme à qui le fisc aurait réclamé des impôts non-payés il y a 40 ans. Je suis bien évidemment surpris d’une telle durée, alors que les délais de prescription sont généralement au maximum de 10 ans. Je m’étonne oralement de la chose, et l’élève en question m’explique alors que l’information vient du journal « 20 minutes ». J’avoue : cela renforce encore mon scepticisme. Et dans ce genre de cas, une seule chose à faire : nous décidons de rechercher l’article sur Internet pour en avoir le coeur net.

L’article, long de 10 lignes sans le titre et le chapeau, est particulièrement laconique pour une matière aussi difficile. Il explique en effet que le fisc réclame à une contribuable de 59 ans un montant de 2055 francs – retrouvé tardivement – pour des impôts remontant à l’époque de ses 19 ans. Pour appuyer la réalité de cette information stupéfiante, le rédaction précise : « En raison d’un changement de législation fédérale en 1997, ces arriérés ne sont pas prescrits« . Pour « 20 minutes », le nécessaire est là : des impôts anciens, une femme jeune à l’époque, une faille dans l’organisation de l’administration… et une conclusion implicite : « Mais, c’est dégueulasse ! ».  Et c’est tout. Vous voudriez comprendre comment cela a été possible ? Savoir si cela pourrait aussi vous arriver ? Si c’est bien légal ou constitutionnel ? Laissez tomber… « 20 minutes » ne fait pas dans l’information explicative, seulement dans l’exclamation facile.

Il y avait toutefois une information réellement utile dans ce petit article : le fait que c’est « l’Hebdo » qui a relaté cette information dans sa dernière édition. Ouf, je peux donc m’y référer pour comprendre.

Et la lecture de « l’Hebdo » me permet en effet de voir de quoi il en retourne. Les impôts de la dame avaient donné lieu à des poursuites sanctionnées finalement par un « acte de défaut de biens« . A l’époque dans les années 70, les actes de défaut de biens étaient imprescriptibles et ce n’est qu’en 1997 que le parlement a décidé de modifier la loi et de les rendre prescriptibles par 20 ans. Or, il fallait bien décider ce qu’on allait faire des actes plus anciens que 1997. Il a alors été décidé que le délai de 20 ans de prescription des actes antérieurs au 1er janvier 1997 commencerait à s’écouler à cette date (et l’échéances est donc au 1er janvier 2017). Diable… et « 20 minutes » qui ne parlait même pas de poursuite ou d’acte de défaut de biens. Comment voulez-vous pouvoir y comprendre quelque chose ?

Assez piquant : on peut même se demander si le rédacteur de l’article de « 20 minutes » a compris la situation. Témoin la phrase de l’article déjà citée plus haut :  »En raison d’un changement de législation fédérale en 1997, ces arriérés ne sont pas prescrits« . Or justement, avant 1997, les actes n’étaient PAS prescrits. Le changement de la loi n’y est pour rien, puisqu’il introduisait précisément une prescription. Il aurait mieux valu écrire « Malgré un changement de législation fédérale en 1997″. Cela dit, la réalité resterait incompréhensible aux lecteurs de 20 minutes. D’ailleurs, il suffit de faire un tour sur le site de « 20 minutes » et de parcourir les 188 commentaires suivant l’article pour s’en convaincre…

Alors quoi ? Que vaut un journal gratuit s’il faut de se référer à un média payant pour comprendre les informations qu’il prétend communiquer ? Si la situation rencontrée par la contribuable vaudoise est en effet kafkaïenne, il serait largement préférable de permettre aux lecteurs de savoir de quoi il s’agit, à moins que le but ne soit seulement de les révolter ou de leur faire peur pour 40 ans.

A ce tarif-là, la rédaction de « 20 minutes » ferait mieux de mettre une jolie photo de chien ou de chat plutôt que de prétendre faire de l’information sur les impôts. Qu’ils laissent les choses sérieuses aux gens sérieux.

Daniel

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni