Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

15
nov 2012
Le savoir du chauffeur
Posté dans Au fil des lectures par Dani à 11:33 | 3 réponses »

Quant un savoir apparent mime le vrai savoir…

Le savoir du chauffeur dans Au fil des lectures 9782212554113

Toujours soucieux de stimuler mon esprit critique, malgré les forts vents contraires, je suis tombé presque par hasard dans une librairie française sur  un petit livre intitulé « Arrêtez de vous tromper ! » (sous-titre : 52 erreurs de jugement qu’il vaut mieux laisser aux autres…). L’auteur, un certain Rolf Dobelli, m’était complètement inconnu. Comme son nom ne l’indique pas, il est d’origine allemande et semble un peu plus connu là-bas pour des chroniques dans des journaux. La spécialité qu’il a développé : le recensement des « biais cognitifs » ou erreurs de jugement typiques du cerveau humain.

Parmi les nombreux exemples et anecdotes que ce livre contient, une petite histoire m’a beaucoup plu, celle du « Savoir du chauffeur« . Dobelli raconte que le prix Nobel de physique Max Planck avait entrepris une tournée de conférences en Allemagne peu après avoir obtenu son prix en 1918. Tous les soirs, il répétait la même conférence devant des publics de spécialistes et de passionnés de physique sur la science de la mécanique quantique. A force, son chauffeur personnel, qui l’accompagnait et assistait aux conférences, avait fini par en connaître le texte par coeur. Un jour, il a donc proposé à Max Planck d’inverser les rôles : lui ferait la conférence et le physicien se tiendrait assis au premier rang, avec la casquette de chauffeur sur la tête. Et Planck d’accepter cette amusante idée…

Le chauffeur récita donc son texte avec conviction devant un public de physiciens très calés.  A un moment, un professeur de physique leva la main pour poser une question. Alors, le chauffeur répondit ceci : « Je ne pensais pas que l’on me poserait une question aussi facile, alors je vais laisser mon chauffeur y répondre !« .

Si le chauffeur savait son texte par coeur, il était cependant totalement incapable de répondre à des questions précises. Dans son propre domaine (un chauffeur de 1918 avait de solides connaissances en mécanique automobile), il aurait été très à l’aise. Mais en physique quantique… Il était là hors de son domaine de compétence. Habilement, il a alors su se sortir d’une situation qui aurait pu devenir gênante. Or, tous les jours, nous rencontrons de nombreuses personnes animées du « savoir du chauffeur« , récitant par phrases toutes faites un savoir présumé qu’il vaut mieux ne pas trop questionner. Je ne sais pas pour vous, mais je fais ce constat tous les jours ou presque. J’ai aussi envie d’ajouter qu’il arrive à tout le monde de jouer le chauffeur de temps en temps…

Comment éviter de se trouver dans ce rôle ? En essayant de connaître les limites de ses propres domaines de compétences et d’adopter une position résolument modeste lorsqu’on sort de ces limites. C’est surtout nécessaire quand on ne possède pas son texte comme le possédait le chauffeur de Max Planck et qu’on risque alors de dire d’énormes bêtises.

Tous les jours, je vous dis… ;-)

Daniel 

 


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

3 réponses:

  1. Chti_Suisse écrit:

    Bonjour
    Belle anecdote.
    Recommandez-vous le livre ?

  2. Bonjour !

    Oui, assurément. Il est bien écrit, facile à lire et il fait un tour vivifiant de ces diverses façons de mal raisonner que notre espèce connaît. 2 à 3 pages par biais cognitif. :-)

  3. cyrille écrit:

    Je crois qu’on joue tous les jours les deux rôles. On récite un texte, on ne sait pas répondre, mais on le fait quand même !

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni