Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2012
Archive pour novembre, 2012


Les mots ont-ils encore un sens ?

23 novembre, 2012
Divers | 8 réponses »

 

Les mots ont-ils encore un sens ? mots-dits.1179079695

C’est de plus en plus fréquent, dans la publicité, dans les médias audio-visuels, dans les journaux, dans la bouche des politiciens et des autres publicistes : les mots sont utilisés au petit bonheur, sans plus trop se préoccuper de leur sens véritable. L’un prend la place de l’autre, comme s’ils étaient substituables ou synonymes…

La criminalité est invoquée là où il s’agit de délits, donc de délinquance. Des politiciens condamnés reconnaissent une erreur alors qu’ils ont commis une faute. La crise dure et remplace la récession économique. Le racisme prend la place de la xénophobie, même chez ceux qui sont animés d’un simple rejet sans imaginer une quelconque supériorité. Les gens « de gauche » finissent par être classés « gauchistes » alors qu’ils n’ont aucun goût  pour l’extrémisme politique. La confusion entre requérant d’asile et réfugié est fréquente, comme si la distinction n’avait plus de sens. Le terme de fasciste est accolé à des politiciens dont les visions, quoique parfois d’extrême-droite, ne se rattachent en rien à la tradition du fascisme. Les compromis sont étiquettés consensus comme s’il s’agissait de la même chose. Les employés de banque deviennent banquiers, comme s’ils étaient propriétaires.

Je pourrais sans difficulté allonger encore la liste si je tendais l’oreille dans ce but pendant quelques jours seulement. Au passage, j’ai aussi mis de côté quelques coupures de presse ces derniers temps :

- « Le Temps » du 2 novembre parle de la Grèce qui dispose de quinze jours pour éviter la « faillite« . Mauvais usage : un Etat souverain peut se retrouver en cessation de paiement, mais il ne peut pas être mis en faillite. Cet emploi malheureux revient une semaine plus tard…

- « Le Temps« du 2 novembre toujours, dans son supplément Carrières et Management, évoque des banquiers qui tentent de baisser leurs prétentions de salaires pour retrouver un emploi. Un banquier salarié ou sans emploi. Une confusion que l’on peut tolérer dans la bouche d’un adolescent, mais qui est ahurissante sous la plume d’une journaliste.

- « La Liberté » du 20 novembre annonce que « chaque suisse » boit 58 litres de bière (par année). L’emploi du mot « chaque » est malheureux sachant qu’il s’agit ici d’une moyenne.

- « 24 heures » évoque un rapport qui recense 562 îles (grecques) susceptibles d’être « vendues« .  Or, il ne s’agit pas d’une vente comme on finit par le découvrir plus loin : « ce ne serait pas une véritable vente, mais une cession sur des décennies« . Une vente qui n’est pas une vente… allez comprendre !

Et j’en ai manqué beaucoup, à coup sûr…

Il faut tenter de lutter contre cette tendance qui consiste à galvauder le sens des mots. D’abord, cela induit une mauvaise compréhension de plusieurs domaines qui participent à l’édification du citoyen. Mais c’est aussi une pratique anesthésiante pour la pensée. Il faut se lancer au secours des mots.

Daniel 

Le savoir du chauffeur

15 novembre, 2012
Au fil des lectures | 3 réponses »

Quant un savoir apparent mime le vrai savoir…

Le savoir du chauffeur dans Au fil des lectures 9782212554113

Toujours soucieux de stimuler mon esprit critique, malgré les forts vents contraires, je suis tombé presque par hasard dans une librairie française sur  un petit livre intitulé « Arrêtez de vous tromper ! » (sous-titre : 52 erreurs de jugement qu’il vaut mieux laisser aux autres…). L’auteur, un certain Rolf Dobelli, m’était complètement inconnu. Comme son nom ne l’indique pas, il est d’origine allemande et semble un peu plus connu là-bas pour des chroniques dans des journaux. La spécialité qu’il a développé : le recensement des « biais cognitifs » ou erreurs de jugement typiques du cerveau humain.

Parmi les nombreux exemples et anecdotes que ce livre contient, une petite histoire m’a beaucoup plu, celle du « Savoir du chauffeur« . Dobelli raconte que le prix Nobel de physique Max Planck avait entrepris une tournée de conférences en Allemagne peu après avoir obtenu son prix en 1918. Tous les soirs, il répétait la même conférence devant des publics de spécialistes et de passionnés de physique sur la science de la mécanique quantique. A force, son chauffeur personnel, qui l’accompagnait et assistait aux conférences, avait fini par en connaître le texte par coeur. Un jour, il a donc proposé à Max Planck d’inverser les rôles : lui ferait la conférence et le physicien se tiendrait assis au premier rang, avec la casquette de chauffeur sur la tête. Et Planck d’accepter cette amusante idée…

Le chauffeur récita donc son texte avec conviction devant un public de physiciens très calés.  A un moment, un professeur de physique leva la main pour poser une question. Alors, le chauffeur répondit ceci : « Je ne pensais pas que l’on me poserait une question aussi facile, alors je vais laisser mon chauffeur y répondre !« .

Si le chauffeur savait son texte par coeur, il était cependant totalement incapable de répondre à des questions précises. Dans son propre domaine (un chauffeur de 1918 avait de solides connaissances en mécanique automobile), il aurait été très à l’aise. Mais en physique quantique… Il était là hors de son domaine de compétence. Habilement, il a alors su se sortir d’une situation qui aurait pu devenir gênante. Or, tous les jours, nous rencontrons de nombreuses personnes animées du « savoir du chauffeur« , récitant par phrases toutes faites un savoir présumé qu’il vaut mieux ne pas trop questionner. Je ne sais pas pour vous, mais je fais ce constat tous les jours ou presque. J’ai aussi envie d’ajouter qu’il arrive à tout le monde de jouer le chauffeur de temps en temps…

Comment éviter de se trouver dans ce rôle ? En essayant de connaître les limites de ses propres domaines de compétences et d’adopter une position résolument modeste lorsqu’on sort de ces limites. C’est surtout nécessaire quand on ne possède pas son texte comme le possédait le chauffeur de Max Planck et qu’on risque alors de dire d’énormes bêtises.

Tous les jours, je vous dis… ;-)

Daniel 

 

Tutelle-curatelle : quand c’est fini, c’est pas fini !

2 novembre, 2012
Sur internet | Commentaires fermés

Quand les rédacteurs ne lisent même plus les dépêches d’agence qu’ils publient sur leurs sites…

Tutelle-curatelle : quand c'est fini, c'est pas fini ! dans Sur internet prise-de-tete

 

La qualité de l’information sur les sites internet des journaux est vraiment pitoyable. Pour ne pas se mettre dans la tête de fausses informations, il faut lire très attentivement les articles – qui contredisent souvent leurs titres – et faire quelques recherches personnelles ensuite. Bien sûr, tous les lecteurs vont faire cet effort…

Aujourd’hui, « Le Matin » et « 24 heures » titrent : « Curateur contre son gré, c’est fini! » en tête d’un article qui annonce que la commission des affaires juridiques du Conseil national a accepté une initiative parlementaire par 12 voix contre 10. Même titre, même dépêche d’agence à la virgule près, même erreur stupide. Parce que si le rédacteur responsable de la rédaction des titres avait lu l’article, il aurait découvert qu’il y était écrit « Son homologue du Conseil des Etats doit encore donner son aval« . Donc, seule une des deux commissions des affaires juridiques s’est prononcée et le plénum des deux chambres du parlement doit encore le faire. Avec une majorité de 12 contre 10 en commission, rien n’assure que l’Assemblée fédérale prendra nécessairement une décision en ce sens.

Il faut donc éviter de se réjouir trop tôt, comme nous y incite ce titre trompeur au présent de l’indicatif. Non seulement, la décision n’est pas certaine, mais même si elle devait advenir, cela prendra encore du temps et elle se conjuguera au futur.

Le but des sites internet de Tamedia est-il encore d’informer ?

Daniel

Sur le blog de JC Schwaab, l’initiative parlementaire en question.

Sur le blog d’Action-tutelle, le texte du nouveau code civil qui change le vocabulaire de base sur la question tutelle/curatelle.

Et aussi, la suite des opérations, sur le blog de JC Schwaab toujours.

 

 

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni