Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Divers
  • > Les journalistes du Matin sont des sous-nuls !
28
août 2011
Les journalistes du Matin sont des sous-nuls !
Posté dans Divers par Dani à 1:57 | 12 réponses »

Le Matin du 28 août 2011 : »Les instituteurs sont nuls en orthographe »

http://www.lematin.ch/actu/suisse/les-profs-font-des-fautes

Les journalistes du Matin sont des sous-nuls ! bonnetdanequiecrit

On me dit souvent que « le Matin-Dimanche, c’est quand même moins mauvais que le Matin tout court« , celui qui sort en format réduit pendant la semaine. C’est généralement assez vrai et les articles sont plus longs et mieux écrits… plus intéressants aussi. Et voilà que je tombe une semaine après la rentrée sur un titre complètement idiot. Un de plus me direz-vous… En  effet !

« LES instituteurs SONT NULS en orthographe« . Puisqu’il s’agit de la langue française, analysons un peu les termes. « Les« , article défini, indique que les instituteurs sont nuls dans leur ensemble. Tous les instituteurs, sauf exceptions, sont nuls. « Sont nuls » indique qu’ils sont vraiment très mauvais. Ils obtiendraient la note zéro, si elle existait encore, à une dictée. Etre nul, cela ne signifie pas rencontrer des difficultés ou avoir des lacunes qu’on pourrait corriger, cela signifie être le dernier des derniers. Le titre du Matin dimanche nous dit donc que tous les instituteurs sont tellement mauvais en orthographe qu’ils sont définitivement incapables d’enseigner le français aux enfants. Je vais donc avancer un peu dans cet article pour voir ce qu’il en est.

« C’est un comble : les instituteurs romands ne maîtrisent pas toujours la grammaire française« . Tiens « pas toujours » ? Ils ne seraient donc pas si nuls ? Et tout à coup, il ne s’agit plus d’orthographe, mais de grammaire… Les rédacteurs du Matin connaissent-ils la différence entre ces deux choses ? Bonne question… L’article évoque aussi des directeurs d’écoles « embarrassés par les coquilles » (parle-t-on encore de coquilles quand il y a cinq fautes par ligne ?) et de « jeunes enseignants (qui) n’ont pas une maîtrise parfaite de l’orthographe« . Résumons : si l’instituteur n’a pas une « maîtrise parfaite« , c’est qu’il est nul !

Comme parent d’élève et comme enseignant, je fais parfois aussi l’expérience des limites de certains en orthographe. Il m’est arrivé de corriger discrètement un tableau noir et de signaler une erreur çà ou là… Loin de moi l’idée de nier le problème mis en évidence dans le Matin, mais je me dois de faire remarquer ici que je trouve beaucoup plus de fautes d’orthographe dans les journaux que dans les écrits des enseignants de mes deux enfants. Conclusion : si les instituteurs sont des nuls, les journalistes sont des sous-nuls.

Au fond, c’est encore la légende de la photo qui est la plus sage : « Les jeunes enseignants ont plus de lacunes en orthographe« . Il est là, le véritable constat. Ce ne sont pas tous les enseignants qui ont des faiblesses en orthographe, mais seulement les plus jeunes (ouf… ils ne sont pas complètement perdus : l’orthographe est une chose qui peut s’améliorer pendant toute une vie). Et comme le souligne Marinette Matthey, sociolinguiste citée plus loin dans l’article, c’est toute la population qui est concernée par une baisse de niveau en orthographe, mais peut-être plus encore par un manque d’intérêt pour la langue française (et les enseignants font aussi partie de la population). Je remarque quotidiennement avec mes élèves qu’ils écrivent mieux si je suis inflexible que si je laisse passer les fautes. Ils savent donc souvent mieux écrire qu’ils ne le laissent croire…

Que faire face à ce constat de « faiblesse orthographique« . Deux solutions possibles : simplifier l’orthographe française (qui est terrible !) ou intensifier les efforts. Un tiers des heures d’enseignement du français ont disparu durant les dernières décennies à l’école obligatoire, au profit de beaucoup d’autres choses. Il serait étonnant que cela se soit fait sans conséquences. L’école doit donc trouver des solutions, c’est assez évident. Mais l’école n’est pas la seule concernée. Il serait appréciable que les journaux fassent aussi leur part du travail, en faisant corriger les trop nombreuses bourdes qu’ils impriment aujourd’hui. Un retour des correcteurs, par exemple ?

La maîtrise du français devrait devenir une cause officielle. Il faut débloquer des moyens, quitte à subventionner les journaux en payant les salaires des correcteurs. Pareil pour l’école : il faut accepter d’y mettre des moyens. Faire qu’une population soit capable de s’exprimer est une cause plus importante que favoriser la consommation de gadgets électroniques.

Daniel

P.S. : Au Matin, on n’aime pas beaucoup la critique. J’ai mis une remarque et un lien vers ce billet en dessous de l’article en question, il a été censuré après moins de 10 minutes !


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

12 réponses:

  1. Paul Nizan écrit:

    Visiblement, l’orthographe est une nouvelle mission du Matin. Le 26 août, Florian Müller décortiquait une « lettre qui fait tâche » (eh oui!) bourré d’horreurs.

  2. Paul Nizan écrit:

    Évidemment, la tâche et le bourré ont été corrigé, à coup de commentaires et de critiques…

  3. @Paul Nizan :

    Je suis allé voir… apparemment, cela a été en effet corrigé (mais je vous crois ! ;-) ).
    Ce qui est surtout amusant, c’est ce côté « hôpital qui se fout de la charité » à pointer les faiblesses en orthographe des autres alors que le journal est lui-même souvent pitoyable sur ce terrain (en particulier sa version en ligne !):

  4. J guignard écrit:

    oups…
    une petite relecture de votre texte permettrait d’éliminer au moins 3 fautes: leurs, derniers, gadget
    A part ça, vos articles sont toujours intéressants et j’apprécie vos démonstrations de l’idiotie des articles copiés-collés du « journalisme » d’aujourd’hui.

  5. @J guignard :

    Aïe aïe aïe… J’ai vite corrigé ! Il fallait que cela m’arrive aujourd’hui… !!!

    J’ai probablement voulu faire trop vite. C’est ça, le travail d’amateur… Me voici sous-nul à mon tour ! ;-)

  6. Cidrolin écrit:

    Je ne partage pas tout à fait votre scepticisme, que je qualifierais d’ailleurs d’alarmisme. En effet, il est rare qu’une faute d’orthographe mette en péril la compréhension d’une phrase et donc la communication interindividuelle. C’est le cas, lorsque la faute induit une confusion avec d’autres termes ayant des significations différentes. En outre, on pourrait simplifier l’orthographe sans appauvrir le langage, ni trahir l’étymologie.

    Ensuite, il me semble que vous sous-estimez l’importance de la grammaire par rapport à l’orthographe. À mon sens, ce sont surtout les lacunes de tout un chacun en grammaire qui sont problématiques, dans la mesure où il en découle quasi systématiquement des distorsions de sens qui constituent autant d’obstacles à la compréhension mutuelle. Or, il est connu que la grammaire française est excessivement complexe en raison notamment des innombrables exceptions qu’elle contient. Là aussi, on gagnerait à une simplification.

  7. Quand on est
    ni journaliste
    ni institutrice
    on est sous-sous-sous-nulle ?
    Bonne continuation !
    Cordialement.

    Dernière publication sur Je me SOUVIENS... : FRERES ennemis etc...

  8. @Cidrolin :

    Alors, nous ne parlons pas tout à fait de la même chose. Je considère personnellement la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire comme plus importants que l’orthographe et je serais à titre personnel favorable à des simplifications. Je parle bien de maîtrise du français et je ne focalise pas sur l’orthographe. Donc, là n’est pas l’objet de mon billet. Reprenez le tranquillement : ce qui me fait réagir, c’est bien la stigmatisation journalistique (ici) de tous les instituteurs qui seraient complètement nuls !

    Cela dit, mon quotidien est aussi fait de la rencontre des difficultés des autres avec la langue française, parfois de très grandes difficultés… de compréhension et d’expression. Et je pense qu’il y a un gros effort à faire, pour que ces gens puissent jouïr de la langue comme les autres. D’où ma conclusion. Elle peut paraître alarmiste, c’est vrai. A mon sens, il faudrait surtout qu’elle soit mobilisatrice.

  9. jorat9 écrit:

    Je suis absolument défavorable à une simplification des règles orthographiques et grammaticales. Cela reviendrait à céder devant le constat affligeant d’une société qui fabrique, littéralement, des illettrés. Je saluerais donc plutôt une réforme de l’enseignement du français.

    Evidemment, et je vous rejoints sans doute sur ce point-là, il est indispensable de prendre conscience d’une chose : la maîtrise de sa langue maternelle est un pont vers la liberté. Rémy de Gourmont écrivit : « Quand un peuple n’ose plus défendre sa langue, alors il est mûr pour l’esclavage. » Voilà un message qu’il nous serait salutaire de méditer.

  10. Bonjour jorat9 !

    Si une amélioration de l’enseignement du français pouvait permettre à chacun d’acquérir vraiment cette langue, je me passerais aussi bien volontiers de toute réforme de l’orthographe (d’autant plus que celle de 1990 de l’académie française est loin de m’avoir convaincu !). D’ailleurs, quand je parle de simplifications, je n’imagine surtout pas se rapprocher d’une orthographe phonétique, mais plutôt éviter les irrégularités les plus irrégulières (!) qui ne se justifient pas vraiment. L’orthographe française est un vaste débat… ;-)

    Pour l’essentiel, je partage votre souci de permettre à chacun d’accéder au « pont vers la liberté ».

    PS : Il me semble que nous avons déjà conversé sur le forum de « défense du français ». :-)

  11. avocat écrit:

    Les journalistes sont très sensibles aux critiques ainsi que vous les profs ! Quoi de plus normal, de plus humain !

  12. @avocat :

    Quel rapport avec la choucroute ?

    Il n’empêche que la critique est toujours plus facile à prendre en compte lorsqu’elle n’est pas du type « hôpital qui se fout de la charité ». Si j’étais journaliste au Matin, sur ce sujet… je me tairais et glisserais le long des murs… ;-)

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni