Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

16
juin 2011
20minutes : une bêtise après l’autre…
Posté dans Divers par Dani à 2:32 | 3 réponses »

Dans 20 minutes, 14 – 16 juin 2010 : Du petit n’importe quoi à l’usage des lecteurs pendulaires !

20minutes : une bêtise après l'autre... s093
.
La lecture de « 20 minutes » est dangereuse : on risque de faire le plein de cerveau d’idées fausses ou déformées. Tous les jours ou presque, mais il faut pour cela faire attention, on peut repérer diverses sottises servies aux lecteurs. J’espère vivement que ceux-ci s’en rendent compte et soldent l’affaire par des sourires amusés. Malheureusement, beaucoup de jeunes pas forcément avertis risquent aussi  de gober un lot d’idioties…

Le 14 juin, la page 5 arbore le titre suivant : « Epuisés par le sexe, les poissons meurent« . Il faut ici espérer que le titre incitatif aura un effet maximum et que chacun lira l’article en entier pour se rendre compte que c’est « n’importe quoi ». Parce que sinon, on retiendra que les poissons s’épuisent en relations sexuelles mortelles. Or, les cadavres de poissons qui flottent sur le Léman sont ceux de poissons vaincus par des maladies virulentes liées aux eaux plus chaudes et moins profondes de ces derniers temps. Il se trouve simplement que les poissons viennent dans ces eaux à cette saison pour frayer (« baiser » en langage 20 minutes !). A la rédaction du journal, où on semble avoir l’esprit un peu tordu, c’est le sexe qui tue ! Si un jour votre maison prend feu pendant que vous faites l’amour, sachez que le journal gratuit considérera que c’est cette activité qui aura été à l’origine de votre fin dramatique. L’origine réelle du sinistre n’aura aucune importance.

Il suffit de tourner la page pour trouver autre chose : « La clope a la cote chez les 14-19 ans« . La part des jeunes qui fument était tombée à 22 % et viendrait de remonter à 24 %. On pourrait considérer qu’il s’agit d’une variation provisoire de la tendance générale qui mériterait d’être confirmée ou infirmée ces prochaines années. Eh bien, non ! Ce petit +2 % est traduit par le lapidaire « La clope a la cote« . Que doivent penser les 76 % de jeunes de 14 à 19 ans qui ne fument pas ? S’il suffit de réunir un quart d’une population pour « avoir la cote« …

Pause d’une journée (mercredi, aucun exemplaire de « 20 minutes » n’a croisé ma route…) et on se retrouve sur la page 9 de l’édition du 16 juin : « On votera sur une loi antichauffards« .  C’est embêtant, quand même, cette dépêche de l’ATS qui évoque « une initiative » ou « un texte » et qui ne fait allusion à « la Constitution » qu’en parlant des opposants : « les dispositions prévues (…) n’ont pas à être inscrites dans la Constitution« . J’imagine que faire une petite recherche de trois minutes sur le site de la Confédération pour une vérification, c’est déjà beaucoup trop pour la rédaction de « 20 minutes » (20 minutes pour faire un journal… c’est très court !). Alors, non : on ne votera pas sur « une loi« , mais sur un amendement de « la Constitution » et ce n’est pas du tout pareil. Une loi peut être modifiée par le parlement (sous réserve d’un référendum facultatif), alors que la Constitution ne peut être modifiée que par le peuple et les cantons dans le cadre d’une votation populaire. Notion de base d’instruction civique.
Vous voulez régresser activement ? Lisez « 20 minutes » !

Daniel 


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

3 réponses:

  1. ziver écrit:

    20 minutes pour laver le cerveau ? ca c’est fait !

  2. raph écrit:

    Beaucoup de médias, pas seulement 20 minutes, ont évoqué ces 2%, alors que c’est effectivement peu signifiant. J’ai entendu une interview sur le même thème, peut-être pas exprimé tout à fait de la même manière, sur la TSR

  3. @raph :

    En effet, d’autres médias ont aussi titré sur l’augmentation, mais ils n’en ont pas forcément déduit que la cigarette avait « la cote » auprès des jeunes… Et « 20 minutes » aligne tellement massivement ce genre de bêtises qu’il est possible de faire un billet avec une série.

    Aujourd’hui, ils titrent « D’ici à 2020, un baby-boom mettra l’école sous pression » (à Berne). Pourquoi ? Parce que le nombre d’élèves de l’école obligatoire passera de 720’000 à 740’000 (augmentation de 2,8 %, donc). On est loin, très loin, d’un « baby-boom », d’autant plus que l’augmentation peut aussi être liée à la migration. A priori, les prévisions n’envisagent pas que l’indice de fécondité (actuellement autour de 1.5) passe au-dessus de 2. C’est autre chose lors d’un baby-boom.
    Le mot est galvaudé, comme très souvent dans ce torchon.

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni