Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

12
fév 2011
Exercices de style
Posté dans Scène médiatique par Dani à 1:16 | 29 réponses »

Site de « 20 minutes », le 31 janvier 2010 : Les détrousseurs ne sont pas allés loin

http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/28664303

 

Sur les auteurs de délits et leurs victimes, il est important de tout savoir. Alors, pourquoi se contenter de leurs âges et de leurs nationalités ?

 

Dis… plôme !

Quatre jeunes voleurs n’ont pas tardé à se faire arrêter après avoir détroussé successivement deux passants dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Titulaires d’un CFC, d’un brevêt secondaire et d’une maturité et âgés de 17 à 21 ans, ils ont d’abord pris quelque 200 francs dans le porte-monnaie d’un titulaire d’un CFC de 18 ans. Ils ont ensuite dérobé une centaine de francs et une cinquantaine d’euros à un titulaire d’un diplôme de commerce de 19 ans. Les deux victimes ont prévenu la police qui a pu rapidement pu appréhender les agresseurs. Ces derniers ont en vain tenté de fuir en apercevant les agents, a précisé lundi la police municipale composée de titulaires de diplômes.

 

Tiré par les cheveux

Quatre jeunes voleurs n’ont pas tardé à se faire arrêter après avoir détroussé successivement deux passants dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Brun, noireaud et rouquin et âgés de 17 à 21 ans, ils ont d’abord pris quelque 200 francs dans le porte-monnaie d’un blond de 18 ans. Ils ont ensuite dérobé une centaine de francs et une cinquantaine d’euros à un châtain de 19 an. Les deux victimes ont prévenu la police qui a pu rapidement pu appréhender les agresseurs. Ces derniers ont en vain tenté de fuir en apercevant les agents, a précisé lundi la police municipale blonde.

 

Métiers

Quatre jeunes voleurs n’ont pas tardé à se faire arrêter après avoir détroussé successivement deux passants dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Un boucher, un cordonnier et un bijoutier, âgés de 17 à 21 ans, ont d’abord pris quelque 200 francs dans le porte-monnaie d’un tisserand de 18 ans. Ils ont ensuite dérobé une centaine de francs et une cinquantaine d’euros à un relieur de 19 ans. Les deux victimes ont prévenu la police qui a pu rapidement pu appréhender les agresseurs. Ces derniers ont en vain tenté de fuir en apercevant les agents, a précisé lundi la police municipale zurichoise.

 

Apparences…

Quatre jeunes voleurs n’ont pas tardé à se faire arrêter après avoir détroussé successivement deux passants dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Un gras du bide, un petit maigrelet et un sportif élancé, âgés de 17 à 21 ans, ont d’abord pris quelque 200 francs dans le porte-monnaie d’un porteur de lunettes de 18 ans. Ils ont ensuite dérobé une centaine de francs et une cinquantaine d’euros à un chauve de 19 ans. Les deux victimes ont prévenu la police qui a pu rapidement pu appréhender les agresseurs. Ces derniers ont en vain tenté de fuir en apercevant les agents, a précisé lundi la police municipale zurichoise.

 

Quant à l’original… :

Quatre jeunes voleurs n’ont pas tardé à se faire arrêter après avoir détroussé successivement deux passants dans la nuit de vendredi à samedi à Zurich.

Originaires d’Angola, du Congo et de Belgique et âgés de 17 à 21 ans, ils ont d’abord pris quelque 200 francs dans le porte-monnaie d’un Macédonien de 18 ans. Ils ont ensuite dérobé une centaine de francs et une cinquantaine d’euros à un Suisse de 19 ans. Les deux victimes ont prévenu la police qui a pu rapidement pu appréhender les agresseurs. Ces derniers ont en vain tenté de fuir en apercevant les agents, a précisé lundi la police municipale zurichoise.

 

Daniel   


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

29 réponses:

1 2
  1. Lenoir écrit:

    Hé bien…. pour quelqu’un qui aime les argumentations construites, je vois que vous vous habituez vite à l’insulte. Ainsi en quelques lignes vous alignez :

    vous dites toujours la même chose
    vous comprenez tout de travers
    vous tissez des âneries
    c’est juste débile
    vous faites peine à voir

    et le pompon :

    vous vous emmêlez dans les faits et les idéologies.

    C’est faux et je vous l’ai démontré de manière imparable en utilisant vos propos. Très énervant pour vous, d’où la disparition de l’argumentation au profit de l’insulte. Et votre changement de visage quand, enfin, quelqu’un vous met face à vos incohérences.

    Je viendrais sur votre blog tant que vous ferez connaître, potentiellement, au monde entier vos dogmatismes empreints de bons sentiments qui prennent la moitié de la population pour des demeurés animés de mauvaises intentions.

    Car voyez-vous, votre blog ne rassemble pas, il divise. Les seules fois ou vous êtes courtois c’est lorsque l’on ne vous résiste pas. De ce point de vue là, le métier que vous avez choisi est parfait. Amener des enfants de 16 à 20 à penser comme soi et en plus passer pour quelqu’un d’ouvert et charmant n’est pas bien compliqué.

    Vous n’êtes plus en politique cher Monsieur mais en face de quelqu’un qui a des couilles même si vous les lui cassez.

    Basta

  2. Décidément Lenoir…. vous faites toujours dans le « même » !

    Vous n’avez rien démontré du tout, si ce n’est un simplisme très persistant. Quant à « l’insulte », vous me semblez bien sensible pour quelqu’un qui a lui-même ouvert les hostilités avec « les couilles ». En plus, pour vous, c’est plus clair et cela vous évite de ressortir encore une fois l’histoire des sous-entendus… Et surtout, votre dernière logorrhée était lamentable, je vous l’ai fait savoir. Cela vous met hors de vous. C’est amusant. :-)

    Si vous lisez attentivement l’ensemble des commentaires et des réponses (enfin, si vous en êtes capable… ce dont je doute de plus en plus), vous verrez que je suis tout à fait courtois avec les gens courtois, même quand ils ne sont pas d’accord avec ce que je défends (ou quand ils « résistent »). Par contre, je sais en effet me montrer tout à fait désagréable avec les gens qui font dans l’attaque personnelle en guise d’argumentation (votre spécialité !) ou qui sont arrogants et agressifs. Relisez donc vos deux premières interventions, qui se sont chargées de votre présentation. Votre attitude est claire depuis le début et a donc motivé la mienne à partir de ce moment-là. Depuis votre deuxième intervention, j’ai compris à qui j’avais affaire (et cela a été abondamment confirmé depuis !) et je ris de votre hargne… Je vous imagine même en train de fulminer, avec une bave mousseuse aux lèvres…

    Et je garde naturellement les « argumentations construites » pour les gens qui en valent la peine.

    Pour le reste, vous viendrez sur mon blog aussi longtemps que j’aurai décidé de ne pas vous censurer. Et si vous continuez à diffamer l’ensemble de la profession à laquelle j’appartiens, cela pourrait finir par arriver…

  3. Lenoir écrit:

    Mon Dieu que de grands mots… Si vous relisez également attentivement votre prose, vous remarquerez que vous avez perdu vos moyens et êtes devenu insultant dès que j’ai cessé l’agressivité directe pour vous confronter à votre propre prose. Et évitez de vous imaginer des choses, vous imaginez mal.

    J’ai envie de citer ce film de B.Blier que j’adore dans lequel P. Dewaere après avoir « essayé » la femme de Depardieu sans pouvoir en tirer quoi que ce soit. lui dit :

    - elle est pas un peu con ta femme ?

    Et Depardieu de réfléchir un instant, puis inquiet :

    - J’aurais quand même pas épousé une conasse ??

    L’autre soir je mangeais avec un ami, prof au SEMO (comme quoi…)qui, après avoir lu votre « qui suis-je », me dit « mais qu’est-ce que tu perds ton temps avec ce type qui n’a pas une once d’humour quand il parle de lui et tant de prétentions ? »

    Du coup je me sens comme Depardieu :

    - Mon Dieu est-ce que je perds tout bêtement mon temps avec un sinistre con ??

    (Car il faut dire que jusqu’à ce que vous m’ayez démontré que vous ne saviez pas faire la différence entre un fait et une supposition découlant d’un fait, je pensais sincèrement que vous étiez très dogmatique, mais pas bête…)

    Enfin libre à vous de me censurer. Mais si un jour, vous publiez un billet qui met en cause le comportement de vos concitoyens sans que je puisse y répondre si cela me chante, je viendrais personnellement m’expliquer avec vous « dans la vraie vie ».

    Sur ce, bonne chance, Monsieur le professeur.

  4. Ma censure est toujours motivée, par exemple par la diffamation. Je vous laisse donc vous exprimer tant que vous restez dans les clous… Avec l’attaque contre l’ensemble d’une profession, vous frisiez le code.

    Ce blog est un espace privé et je le gère comme je l’entends. Une menace « d’explication dans la vraie vie » ? (vous remarquerez au passage que vous n’hésitez pas à utiliser des sous-entendus…). Explicitez donc votre menace, que les choses soient bien claires ! Mais je peux déjà vous dire qu’il y a des types d’explication que je vous déconseille fortement.

    La page « qui suis-je » comporte trois lignes très factuelles. Si votre ami est capable de me juger sur ces trois lignes-là, c’est qu’il ne doit pas être très intelligent (d’ailleurs, je pourrais aussi vous parler des remarques de mes amis sur VOS interventions…).

    Pour l’insulte, la première est arrivée lorsque vous m’avez presque supplié… Il n’y en a aucune avant. Vous, par contre, n’avez pas hésité à utiliser très rapidement l’attaque purement personnelle, puis l’insulte. Vous êtes donc fort mal placés pour vous en offusquer. J’ai aussi relu mes et vos premières interventions : j’ai passé mon temps à vous répondre sur le même ton que le vôtre, rien de plus. Et, contrairement à vos prétentions, vous n’avez rien mais alors rien démontré du tout, si ce n’est votre manque d’esprit. Vous semblez cependant avoir au moins réalisé que vous étiez agressif d’emblée. Je ne mégoterai pas sur la reconnaissance de ce progrès minuscule.

    Bref, vous êtes un bien pauvre homme pour vous sentir obligé de faire preuve de tant d’agressivité sur un blog que vous pourriez tout simplement ignorer, puisque vous ne l’appréciez pas. C’est ce que je fais avec les blogs qui ne me plaisent pas et je ne m’en porte pas plus mal. Les auteurs de ces blogs non plus d’ailleurs.

    Mais j’espère que vous finirez par soigner vos obsessions…

  5. Lenoir écrit:

    Je tente une dernière fois de vous expliquer ma démarche, merci de répondre. si vous le désirez, en tenant compte de mes propos :

    – Je sais parfaitement que j’étais agressif et je sais pourquoi je l’étais et pourquoi je voulais l’être. Vous oubliez que contrairement à vous qui ne me connaissiez pas, j’avais plusieurs centaines de billets pour me faire une opinion sur votre manière de fonctionner.

    - Je m’offusque pas que vous m’insultiez, je suis juste surpris que votre face plus sombre apparaisse aussi facilement au grand jour.

    – Alors que vous demandiez d’argumenter, j’ai essayé de vous expliquer ce qui me motivait, vous avez toujours passé outre
    mes explications.

    - je la reformule ici : Je vous accuse d’être très agressif, voire insultant avec une partie de la population lorsque celle-ci ne va dans le sens de vos opinions que vous confondez avec des faits.

    Si j’ai commencé de manière aussi agressive, c’est que j’ai lu des dizaines de billets écrits par vos soins faisant état de l’imbécilité crasse d’une partie de vos concitoyens pour expliquer leurs divergences d’avec vos opinions. Outre le fait qu’il est intolérable que vous pensiez que, par exemple, un oui ou un non a une question posée soit forcément le résultat d’une seule tournure d’esprit, cette manière de faire est particulièrement désagréable pour les gens qui se targuent d’une certaine culture, qualité d’étude et ouverture d’esprit.

    - Vous avez repris ce mode de fonctionnement avec moi de manière décuplée. Vous n’avez tenu aucun compte de mon intervention ou je citais vos propos pour démontrer que, d’une part vous vous permettiez des raccourcis douteux ,et que d’autre part vous mélangiez de faits avec des opinions, vous contentant de m’abreuver de noms d’oiseaux. Toutes mes questions sont restées sans réponse….

    - Nous n’avons pas la même façon de considérer les blogs. Je m’intéresse aux blogs des gens qui se croient autorisés à maltraiter une partie des gens sous un prétexte à priori positif. Et c’est souvent votre cas. Particulièrement dans vos réponses aux rares intervenants qui ne vous encensent pas.

    - En gros, vous distillez vos bonnes ou mauvaises notes à qui veut l’entendre. OK, mais si je me sens concerné par une de vos appréciations (ex :vote sur les minarets au mieux stupide, au pire racistes)j’ai parfaitement le droit de vous en faire part !

    - Pour être clair, je ne vous menace pas, je vous dit que si vous vous en prenez à nouveau de manière ouverte à une partie de la population sans me laisser la possibilité de répondre sur votre blog, je vous rencontrerais afin de vous la donner de vive voix. Ni plus ni moins. Vous remarquerez que depuis le début, vous essayez de me faire passer pour un déséquilibré, un imbécile etc, je n’ai pas bronché…. Mais si vous criez sous mes fenêtres (le Web), je vous dit ce que j’en pense, c’est tout.

    - Enfin je n’ai rien diffamé du tout, je parlais uniquement de vous. Deux de mes meilleurs amis sont profs ainsi que ma soeur, et je les apprécie pleinement, peut-être parce qu’ils n’ont pas vote ambition.

    Enfin Monsieur Schoeni, après tous ces échanges, vous devriez tout de même vous remettre deux secondes en question car dans cette affaire, vous avez plus à perdre que moi. C’est vous le prof brillant, ouvert, instruit. Moi je ne suis qu’un pauvre con (selon vous). Et malgré cela vous prenez très à coeur cette histoire et surtout vous donnez une image de vous (mais peut-être avez-vous trop d’ego pour y prêter garde) qui, même si vos amis vous trouve génial, en prend un sacré coup !!!

    A la revoyure

  6. Je ne me reconnais pas dans vos propos.

    Vous essayez cette fois de mettre un peu de mesure dans votre intervention, mais on y retrouve toujours le même préjugé (même si vous essayez de le fonder sur la lecture de mes écrits – mais je constate que vous les comprenez souvent bien mal… je ne peux rien y faire…) : « les méchants intellos qui méprisent le peuple ». Ce préjugé est devenu tellement à la mode qu’il en devient un nouveau « politiquement correct ».

    Vous avez tout au long de vos interventions privilégié l’attaque personnelle, au détriment d’une argumentation basée sur des faits ou des écrits (l’inverse de ce que j’essaie de faire sur ce blog, où je me donne souvent la peine de baser mes interventions sur des écrits). Vous avez prétendu que je ne faisais pas de différence entre opinions et faits, mais cela vient seulement d’une mauvaise compréhension de votre part. J’ai essayé une fois de l’expliquer, mais j’ai fini par renoncer. Je pourrais aussi reprendre vos alinéas ci-dessus et montrer à chaque fois que cela ne tient pas. Mais vous n’en tiendriez pas compte et recommenceriez encore avec le même refrain. On n’en sortirait pas… Assez peu d’intérêt pour moi.

    Enfin, pour terminer, sachez que je suis généralement quelqu’un d’ouvert et assez prêt à la remise en question. Les personnes qui me connaissent le savent et pourraient témoigner en ce sens. Mais quand j’ai affaire à un quelqu’un qui m’agresse et ne joue que sur la critique personnelle, je réponds de manière très acerbe (vous en avez fait l’expérience !). Je prends toutefois cette « affaire » manifestement moins à coeur que vous : si je vous réponds à chaque fois, c’est parce que vous êtes sur mon blog (un peu comme un invité bourré qui n’arrive plus à partir et qui fait des théories fatigantes…). Comme je vous l’ai déjà dit : ailleurs, j’aurais laissé tomber depuis le deuxième commentaire ! Quelques uns de mes amis ont aussi évoqué ce drôle de dialogue : ils m’ont dit s’être surtout beaucoup amusés… Mais rassurez-vous, à part vous, moi et quelques rigolards, il n’y a pas grand monde qui lit de telles séries de commentaires.

    Maintenant, il se peut qu’au fond le contenu de votre « menace » eût été la meilleure solution. Il est bien probable qu’une discussion de vive voix vous montrerait que l’individu auquel vous vous adressez n’est pas le monstre de prétention et de morgue que vous vous représentez mentalement (mais je ne suis pas sûr d’avoir envie…). Mais vous êtes tellement à fond dans vos stéréotypes que vous finissez même par me prêter une « ambition », alors que j’ai passé mon temps depuis 10 ans à refuser toute promotion et que je me suis retiré de la politique après seulement 5 ans… pour rester « simple prof ». Depuis le début, toutes vos interventions sont marquées au fer rouge d’une représentation complètement imaginaire de tout ce que vous détestez et que vous voulez absolument me coller sur le dos. On ne peut pas discuter honnêtement et sérieusement quand on part avec de tels a priori. Alors, sachez simplement que ce blog est volontairement polémique, il pique, il réplique… il n’a pas été conçu pour distribuer des caresses ! Maintenant, si vous vous êtes senti personnellement offensé, c’est bien à vous que cela appartient !

    Si je trouve encore un peu d’énergie pour ça, je reprendrai vos messages depuis le début et je vous montrerai pourquoi j’ai réagi comme je l’ai fait. Une prochaine fois, venez critiquer un billet en affichant votre désaccord ouvertement et en argumentant sur les idées proposées. D’autres l’ont fait avant vous et cela a donné des discussions intéressantes. Vous verrez, cela se passera beaucoup mieux. Mais si vous revenez sur vos grands chevaux et vos attaques personnelles infondées, je reprendrai la joute verbale où je l’ai laissée.

  7. Pour une ultime clarification :

    Extraits de votre premier commentaire :

    « c’est énervant n’est-ce pas que la réalité ne corresponde pas à l’idéologie que l’on défend ?  »
    « Surtout lorsque qu’on essaie de se rassurer avec ! »
    « allez, il en faut des comme vous mais sincèrement même si j’aime pas du tout Miauton, je ne vois pas ce qui vous permet de vous gausser.. vous êtes juste de l’autre côté de l’échiquier mais franchement pas mieux !!! »

    Alors :

    D’entrée de jeu, vous m’imputez une idéologie qui n’est pas la mienne (la seule idéologie que je défends n’apparaît quasiment jamais sur ce blog…) et vous insinuez que je chercherais à me rassurer… Vous ajoutez que je ne suis pas mieux que Miauton, ce que j’aurais pu mal prendre parce qu’elle est vraiment nulle. Au lieu de cela, j’ai essayé dans mon commentaire suivant de donner des explications. Maladroitement, j’ai tenté une petite pique en fin de commentaire, que vous avez très mal prise et vous n’avez plus vu que cela (exit les arguments !). Mais à l’aune de votre commentaire, ce n’était pourtant pas grand chose…

    Bilan :

    Attaques personnelles, aucune argumentation digne de ce nom.

    Extraits de votre deuxième commentaire :

    « Parce que je raille quelque peu votre besoin de censurer l?information afin qu’elle corresponde à votre sensibilité (encore plus drôle quand on sait que vous vous targuez de décoder l’info), vous en déduisez forcément que je suis un facho réac doublé d’un misogyne. »

    « je n’en tire pas de fantasme de complot anti-étrangers fomenté par la presse et destiné à toute la populace forcément stupide et xénophobe dans l’âme »

    « Alors avant de tenter des démonstrations stupides, relisez un peu vos cours de maths ! »

    « Enfin je fais référence à votre dernier paragraphe ou vous pensez que ma représentation de la réalité sociale (ouah!!) est ?ringarde?. Je vous rappelle que vous avez décidé tout seul de ce que je pensais et, raté, vous vous êtes planté. D’autre part si vous croyez encore que l’homme évolue (et forcément dans un mieux)dans tout ce qui fait son fondement (la survie, les croyances, la perpétuation de l?espèce et par là le refus des différences, la défense du territoire etc..) vous êtes au mieux naïf et au pire déconnecté de la réalité? L’évolution est uniquement matérielle (et là aussi pas forcément dans le sens de ?meilleur?). »
    « ça fait un peu beaucoup de conneries pour quelqu’un qui pense être critique?? »

    Alors :

    Ici, je découvre :
    - accusation de vouloir censurer (c’est faux !)
    - accusation de fantasmer sur un complot anti-étrangers de la presse (encore faux !)
    - cours de maths (complètement déplacé !)
    - théorie hors sujet sur l’évolution de l’homme et l’homosexualité, sans rapport avec mes propres propos
    - enfin, première grossièreté de votre part avec « les conneries » (quand je vois vos pleurnicheries ensuite, pour « insultes »…!)

    Bilan :

    Toujours le mode de l’attaque personnelle, avec en prime une accusation injustifiée. Toujours pas trace d’argument probant. Je comprends à ce moment-là qu’il n’y aura pas de dialogue de bonne foi.

    Extraits de votre troisième commentaire :

    « A partir de là, le problème de la nationalité des auteurs d?infraction me paraît bien minuscule? Mais que certains s’acharnent à vouloir faire disparaître cette information m’énerve au plus au point. »

    « De facto, vous vous placez au-dessus de la mêlée car non seulement vous jugez que cette information ne doit pas être connue de vos semblables mais en plus vous pensez que vous seul dans votre incommensurable intelligence êtes capables de l?interpréter, ou mieux, de ne surtout pas l?interpréter. »

    Alors :

    A nouveau et à deux reprises, accusation de vouloir censurer (c’est toujours aussi faux !).

    Bilan :

    Décidément, rien à faire. Ici s’arrête toute tentative de dialogue. Place à la joute verbale. Tant pis pour lui.

    Conclusion :

    Vous auriez pu arriver en disant que vous n’aimiez pas mon petit exercice de style, vous auriez pu dire qu’il était un peu facile ou qu’il impliquait un présupposé ne correspondant selon vous pas à la réalité, vous auriez pu proposer des sources pour appuyer votre propos ou au moins des arguments ou des exemples probants. Mais non, vous avez préféré attaquer l’auteur et montrer très rapidement votre non-disponibilité à un véritable dialogue. J’en ai pris acte et j’ai dialogué à votre manière, tout simplement. Et je n’ai pas regretté, parce que vous n’avez fait que continuer sur ce mode…

    Maintenant, si vous continuez comme cela… je continue. Comme vous l’avez fort bien compris, cela m’amuse. A défaut de discussion intéressante, c’est mieux que rien.

  8. Lenoir écrit:

    Une petite chose tout de même, c’est que vous oubliez un peu vite que « si vous avez dialogué à ma manière » (un peu moins bien tout de même :-) c’est que cette composante (agressivité, injures, sens du raccourci, intolérance) fait partie de vous, peut importe que vous disiez vous en être senti « obligé ». Rien ne vous empêchait d’ignorer mes écrits puisqu’ils étaient stupides et insultants.. mais vraisemblablement votre ego ne l’a tout de même pas supporté.. Et, enfin, je vous rappelle que je ne me plains pas de vos insultes et raccourcis, encore une fois, je m’étonne qu’ils aient si vite remplacé votre sens légendaire de l’écoute et du partage. Vous êtes tellement mieux que moi Monsieur Schoeni, pourquoi vous mettez vous à mon niveau ?

    Enfin, vous insistez tellement sur votre amusement que, croyez-moi, ça ne sonne pas très juste (d’autant plus que votre prose n’est franchement pas hilarante !

    Bien, bien…..

    voici mon dernier pavé, exclusivement consacré à ma vision des choses, accompagnée d’exemples et d’arguments !!

    Je pense que l?être humain est avant tout un animal, un animal intelligent et social, mais un animal quand même. Dès lors, nous sommes capables d?apprendre un métier, de nous instruire, de découvrir des processus améliorant l?ordinaire, de démontrer des occurrences, etc?Par contre, notre partie animale qui touche à la perpétuation de l?espèce, à la survie, à la protection de notre « terrain de chasse » est immuable. Elle est plus ou moins apparente suivant les personnes, les époques ou les systèmes mais elle est la même depuis que l?homme existe.

    Je suis persuadé que l?homme est foncièrement bon (en retranchant un pourcentage qui, pour des raisons liées à l?enfance , la maladie etc, est parfaitement égoïste, individualiste à l?extrême, raciste ou que sais-je). Je pense également que tant que les hommes qui vivent dans un endroit commun bénéficient à peu près du même niveau de vie (avec les différences « acceptables » que notre système capitaliste engendre), ils s?accordent assez bien et sont conscients qu?ils ont besoin de l?autre pour vivre (l?entraide systématique entre êtres humains lors de grands catastrophes qui remettent le niveau économique à peu près à zéro pour tout le monde sont là pour le prouver).

    Par contre, lorsque l?homme (où qu?il soit sur cette planète) se sent menacé dans l?une de ses composantes fondatrices (nourriture, reproduction etc..), il est capable, comme tout animal, des pires exactions afin de conserver ce qu?il considère comme fondamental.

    Dès lors, mais vous avez compris ou je veux en venir, je suis persuadé, une fois retranché les % dont je parlais plus haut, que les êtres humains qui émettent des avis de plus en plus tranchés sur leurs congénères ne le feraient pas si les conditions pour qu?ils arrivent à ce comportement n?étaient pas réunies ou latentes.

    Un exemple bien connu sur Lausanne : On soupçonne volontiers les commerçants du quartier de Chauderon d?être au mieux intolérants, au pire racistes car ils disent volontiers leur ras-le-bol des nuisances dues au trafic de cocaïne se déroulant sous leurs fenêtres, trafic contrôlé à 98 % par des africains. Cela fait plus d?une année que je me bats avec la police lausannoise (alors que j?habite pratiquement à Prilly donc peu touché par cet état de fait) pour qu?elle agisse de manière appropriée, afin de faire stopper ce manège. Si je le fais, c?est que je considère que c?est justement une situation qui potentiellement peut engendrer (et engendre déjà) des dérives racistes, noir = dealer. Vous trouverez cela peut-être futile mais j?ai l?impression que cela fait plus avancer le schmilblick que de railler les commerçants dans un blog, comme je l?ai vu faire par le député Alain Hubler, les accusant de noircir la situation et de fantasmer sur le « sentiment » d?insécurité. Sans compter qu?on oublie que ce n?est pas des articles de foire mais un produit potentiellement très addictif et dangereux (et je sais de quoi je parle) qui est en vente quasi-libre 24 heures sur 24 en plein centre ville.

    Je pense également, par exemple que si, en 2002, lorsque Le Pen est passé au second tour, on avait un temps soit peu pris du temps pour essayer de comprendre pourquoi 20 % des français en étaient arrivés là (sans les excuser pour autant) plutôt que d?appeler les jeunes à descendre dans la rue et marteler aux gens qu?ils devaient avoir honte d?avoir voter de cette manière, on aurait potentiellement appris plus de choses?.

    Bref, en résumé, je suis certain que jamais aucun parti ou groupement n?arriverait à faire passer des idées extrémistes à une population (à part encore une fois une petite partie d?irrécupérables) si les conditions pour que ces idées séduisent le peuple n?étaient pas réunies ou proches d?être réunies. Attaquons nous donc sereinement aux causes et les comportements déviants que nous (enfin surtout vous) aimons mépriser du haut de notre grandeur, confortablement assis derrière notre écran, diminueront d?eux-mêmes?

    Ceci dit, comme je suis persuadé que le capitalisme triomphant et son cortège de dégâts collatéraux, n?est pas prêt de mourir, j?ai peu d?espoir que la situation globale s?améliore, mais c?est une autre histoire.

    Bonnes Pâques

  9. @Lenoir :

    Décidément, vous tenez à m’imposer l’idée que je ne m’amuse pas… comme si vous étiez capable de lire dans mes pensées… Moi, je ne lis pas dans les pensées.

    Au moment d’ouvrir ce blog, je me suis demandé comment j’allais procéder avec les commentaires et je me suis fixé une règle (comme St-Benoît ;-) ) : 1) les commentaires odieux ou diffamatoires seront censurées, mais je justifierai ma censure 2) les commentaires argumentés ou cherchant honnêtement la discussion recevront une réponse dans le même registre, concédant ici ou là une erreur ou une exagération de ma part, défendant au contraire mon point de vue dans d’autres cas 3) les arrogants, agressifs, prétentieux et autres donneurs de leçons incultes seront renvoyés dans les cordes. Ignorer, c’est pas mon truc. Et comme je ne connais pas tous ces gens, je me fixe seulement en fonction de l’attitude que j’observe directement dans les commentaires. C’est d’ailleurs ce que je fais avec vous depuis le début et vous remarquerez que depuis que vous avez changé de ton, j’ai fait de même. C’est pas plus compliqué.

    Alors, vous pouvez essayer de chercher toutes sortes de motivations secrètes à mon attitude, elle se résume simplement à cette « méthode », fixée dès le départ. En quelque sorte, je fais exactement comme vous dites : « Je me mets au niveau de mon interlocuteur ! ». Et si mon blog ne m’amusait pas, cela fait longtemps que j’aurais arrêté (amusement ne signifie pas forcément rire aux éclats).

    Pour le reste, votre « dernier pavé » est la première de vos interventions qui m’a intéressé. Je ne peux que vous encourager à continuer dans cette voie quand vous venez sur mon blog. D’autant plus que je suis presque entièrement d’accord avec ce que vous dites. Là où je mettrais une nuance, c’est que je considère que la « situation objective » qui motive les réactions dont vous parlez doit composer avec des éléments subjectifs comme notamment la manipulation orchestrée par un parti qui a plus de moyens financiers que tous les autres. Mais cela n’enlève rien aux causes objectives du malaise qui doivent être combattues comme il se doit, et en y mettant les moyens (moyens que ledit parti a souvent refusé lorsqu’il s’agissait de voter les budgets nécessaires…). Une autre nuance pour moi tient au fait que j’ai de la peine à considérer l’électeur adulte comme un pauvre enfant perdu et que j’estime qu’il est aussi responsable de ses actes. Sinon, faudrait-il « excuser » de la même manière ceux qui ont porté au pouvoir des dictateurs ? Mais pour le reste, tout à fait d’accord avec votre texte.

    Votre combat en rapport avec le quartier Chauderon (que je connais et fréquente : j’y travaille…) est juste et mérite d’être soutenu. Je ne le trouve pas du tout futile.

1 2

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni