Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Divers
  • > La politique suisse est devenue plus marrante…
23
jan 2011
La politique suisse est devenue plus marrante…
Posté dans Divers par Dani à 1:02 | Commentaires fermés

Le Temps du 20 janvier 2011 :  Souffle de vie sur la politique suisse

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/1eb5c1b8-2415-11e0-966d-7e07ae9483e3/Souffle_de_vie_sur_la_politique_suisse

La politique suisse est devenue plus marrante...

.
A l’orée d’une année électoral au niveau fédéral (et aussi dans plusieurs cantons), « Le Temps » propose un éditorial optimiste sur l’état de la vie politique suisse. Le constat proposé est le suivant : « Un souffle de vie agite le paysage politique helvétique, longtemps atone« . Et c’est sacrément vrai : la politique suisse avait la réputation d’être ennuyante et monotone au possible et cette impression faisait à peu près l’unanimité. Les résultats des élections se soldaient par de légères variations des pourcentages de voix et la stabilité du système était à toute épreuve (la formule était même magique !). Les choses ont bien changé.

Comme le constate l’éditorial, « il ne manque pas de commentateurs pour déplorer le triple mal qui rongerait notre démocratie: «peopolisation», polarisation et médiatisation« . J’ai de bonnes raisons de me sentir, parmi d’autres, visé. ;- ) J’assume d’ailleurs volontiers… même si je reconnais aussi m’être parfois ennuyé dans le passé. Terrible contradiction. L’éditorialiste continue avec  « trois maux qui s’entretiennent, les médias avides de sensations servant la soupe à des personnalités outrancières, négligeant les dossiers de fond et sapant l’esprit de concordance, fondement de nos institutions« , mais déplore la tendance au « c’était mieux avant » à l’époque des politiciens gris et compétents. Mais il relève à juste titre que la politique suisse d’alors s’accompagnait aussi d’une très faible participation aux votations et d’un désintérêt dû à la très grande dépersonnalisation de la politique. Ne serions-nous donc jamais contents ?

Le foisonnement actuel serait donc salutaire et le spectacle rénové de la politique permettrait de recoller aux préoccupations populaires. Conclusion du rédacteur : « Mais si le trio personnalisation – médiatisation – polarisation permet aux citoyens de se sentir davantage concernés par ces élections, ce ne sera pas un mal« .

Paf, éditorial fini. On s’arrête là… brusquement. Alors, j’ai envie de poursuivre le raisonnement : d’accord pour considérer que la politique suisse a repris des couleurs, qu’elle est en train de reconquérir l’intérêt des citoyens. Je le vois moi-même régulièrement dans mes classes, face à des jeunes plus sensibilisés aujourd’hui qu’hier aux enjeux politiques (mais pas forcément à la politique politicienne… est-ce un mal ?). Mais doit-on pour autant se satisfaire d’une politique trop souvent vulgaire, simpliste et communiquée à la façon des publicitaires ? Faut-il donc, pour que la politique soit plus vivante, qu’on prenne les citoyens pour des demeurés ou des pigeons ?

Non, résolument non ! D’accord pour appâter le citoyen avec du bruit, de la couleur et de l’émotion. Mais ensuite, il faut qu’il y ait aussi du contenu, soit des débats argumentés, de l’information fouillée, des réflexion de fonds et des projets présentés avec soin. Le travail de la presse n’est certainement pas de se contenter de rendre intéressante la politique en la transformant en spectacle de combats de coqs, mais bien de proposer un décodage des enjeux avec pédagogie. Au fond, c’est justement un peu comme à l’école : on peut susciter l’intérêt d’une classe en brandissant une manchette provocatrice ou en montrant une vidéo trouvée sur Youtube. Mais l’enseignant qui se contenterait d’amuser ainsi ses élèves serait un escroc. Ces accroches servent justement à faciliter la transmission d’une matière a priori moins attrayante, mais plus importante. Il en va à mon sens de même des enjeux politiques et du rôle des médias.

J’attendrais donc d’un des derniers journaux parlant de politique avec sérieux qu’il hésite moins à préconiser une élévation du niveau du débat.

Daniel 


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

Réponses desactivées.

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni