Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

14
oct 2010
Politique suisse : un puits puant sans fond…
Posté dans Propagande par Dani à 12:10 | 7 réponses »

La politique suisse est tirée vers le bas par une surenchère dans l’affichage abominable

Politique suisse : un puits puant sans fond... dans Propagande 178_udc_affice suisse-udc-affiche-contre-naturalisations-1-7 dans Propagandestop-minarets-suisse-udc12

 

La politique suisse a longtemps montré un visage « baroque et pépère » qui avait le don de rassurer la majorité et d’agacer la minorité qui voulaient plus d’action et/ou de spectacle. Mais après des décennies de « formule magique« , cela a fini par venir… plus particulièrement après les secousses que furent le NON à l’espace économique européen, l’affaire des fonds juifs, la faillite de Swissair et d’autres coups de tonnerre dans ce que les Suisses croyaient être un ciel bleu.

Cette époque est révolue… la politique suisse, maintenant, ça déménage ! Et les affiches proposées aux citoyens se répandent de plus en plus dans une surenchère du tout-à-l’égout. La campagne en vue de la votation du 28 novembre sur l’initiative et le contre-projet sur l’expulsion des délinquants et criminels étrangers ne fait évidemment pas exception, comme le montre le visuel qui s’est répandu ces dernières semaines :

3V

…. qui a d’ailleurs très vite été brocardé par l’hebdomadaire satirique Vigousse :

oskarfbranleur
.
On pourrait s’amuser, comme l’a fait « 20 minutes » des maladresses numériques de cette campagne, mais on peut aussi s’interroger sur le mode de réponse des opposants à l’initiative de l’UDC, comme ici les jeunes socialistes neuchâtelois (Sujet du TV sur ces affiches).

Pas de doute, l’UDC réussit à entraîner dans sa foulée le reste du spectre politique. On remarque aussi qu’il y a peu à peu accoutumance. Cela ne choque plus, c’est même devenu terriblement banal. Mais alors, quelles ont été les réactions en matière d’affichage pour contrer les affiches de l’UDC ?

Il y a eu la version touchante de naïveté :

affiche-fleur-moyenne

Il y a eu aussi le détournement humoristique :

affiche_non_anti_minarets.1263408771

 

Je passe rapidement sur les formes les plus naïves : elles font rire l’UDC et n’ont probablement aucun effet pour soigner le mal. Et elles ne font que conforter le stéréotype de l’angélisme qu’aiment tant stigmatiser les propagandistes de l’UDC. L’humour aurait peut-être plus de chances d’avoir un effet, mais rien n’est sûr. Il y a aussi de fortes chances qu’il n’amuse en réalité que ceux qui sont déjà au parfum sur les réalités démagogiques de l’UDC et de ses leaders. Je me suis aussi essayé une fois à cette forme d’humour :  http://pikereplik.unblog.fr/2009/10/09/contre-laffiche-anti-minarets-le-detournement/ ) mais en doutant de son effet réel…

.
Ensuite, il y a aussi ceux qui reprennent le motif et le « retournent » :

udc    mouton-noir-udc-heureux

Mais le risque ici est de légitimer ce « coup de pied ». Même si le message  de l’affiche est inversé par rapport à celui de l’UDC, on garde le geste violent et on le légitime. Pas idéal : c’est une façon d’entrer dans le jeu sinistre de l’UDC…

.
Parfois, les opposants, certains vont aussi jusqu’au point Godwin avec leurs caricatures :

mouton-mjahde      

.
Là aussi, aucune chance de convaincre qui que ce soit parmi ceux qui se sont laissé séduire par les manipulateurs de l’extrême-droite. Ce qui est excessif est dérisoire et va conforter l’UDC qui pourra jouer une de ses partitions préférées : celle des victimes du « sectarisme de gauche ».

C’est bien l’UDC qui a lancé cette mode de l’excès dans la vie politique suisse. Mais elle n’a malheureusement plus le monopole de ce type de langage, comme en témoignent ces exemples relativement récents, choisis dans le camp opposé :

.
affiche_psAIMerz393-208c8

 

Enfin, on ne pourrait pas terminer cette revue sans évoquer les copies du style UDC apparues à l’étranger. Dans les produits d’exportations suisses, il n’y a plus uniquement des fromages ou des montres… mais aussi des affiches nauséabondes. Celles-ci sont reprises avec rapidité et avidité par l’ensemble des mouvements d’extrême-droite du continent. Quel magnifique bénéfice en matière d’image pour notre pays !

.
blog11ce98161673598209.2minaret-poster-t-shirt-website01 outdoor

 

Ce petit retour visuel permet de se rendre compte à quel point la vie politique suisse est en train de s’enfoncer dans la caricature. Des images-choc jouent un rôle grandissant dans les campagnes et ce n’est en tout cas pas pour favoriser la bonne compréhension des enjeux (voir ici… ou quand un citoyen sur six se trompe en votant !!!). La simplification a outrance me semble être le parfait contraire de ce qu’on peut attendre d’une démocratie directe, dans laquelle le citoyen devrait être capable de saisir des enjeux difficiles grâce à une approche nuancée.

A cet égard, la campagne des élections 2007 m’a justement semblé révélatrice d’une certaine façon de concevoir le citoyen. Une première série d’affiches disait « Vous êtes des moutons !« , et la suivante « Voici votre berger !« . En gros, cela révèle que certains considèrent que le citoyen est un « gros con » qu’on peut gaver à coups de sensations en s’adressant le moins possible à son cerveau. La cohérence voudrait, avec une telle mentalité, qu’on propose de renoncer à la démocratie directe…. Mais l’Union des démagogues sais si bien jouer avec les citoyens, pourquoi s’en priver ?

Que faire ? (Silence embarrassé….)

Il y aurait bien une piste… mais j’ai l’impression qu’elle dérange encore trop de gens pour être explorée. On pourrait imaginer s’inspirer de Montesquieu et envisager une nouvelle forme de séparation des pouvoirs. Il ne s’agirait plus ici d’opérer la séparation entre pouvoir législatif, exécutif et judiciaire… mais de s’attaquer plus largement à la forme contemporaine de la concentration du pouvoir économique, politique et médiatique (dont Silvio Berlusconi est l’archétype le plus parfait). L’abondance d’affiches et d’annonces simplistes relève d’une telle concentration, quand elle permet à un pouvoir de nature ECONOMIQUE (les entrepreneurs milliardaires zurichois) de subjuguer une partie grandissante de la population pour consolider un pouvoir POLITIQUE grâce à ses moyens MEDIATIQUES (affiches, annonces, etc.).

On pourrait imaginer refonder un « espace public » (POLITIQUE) qui serait séparé et mis à l’abri des moyens MEDIATIQUES et ECONOMIQUES,  afin que ce soient véritablement des arguments rationnels et des débats qui fondent les choix politiques. On interdirait l’affichage politique, on renoncerait à la publication d’annonces payantes sous la forme de slogans simplistes dans les journaux et on mettrait à leur place un journal dévolu aux votations et élections, dans lequel chaque parti aurait le même espace pour exposer idées et arguments. On pourrait aller jusqu’à prescrire que cela se fasse uniquement par le texte, sans images.

Mais je rêve… bien sûr ! Tous ceux qui font leur beurre du déluge actuel se chargerait de démolir toute proposition qui pourrait aller dans le sens de ce qui précède, tout particulièrement ceux qui encaissent les espèces sonnantes et trébuchantes qui correspondent aux centimètres carrés concédés dans les journaux.

Bref… la politique suisse ne va pas bien. Et cette orgie misérable ne fait qu’empirer les choses. On fait quoi ? On continue ?

Daniel


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

7 réponses:

  1. Excellent billet. L’UDC proposait la politique sans propagande gouvernementale, pourquoi pas la politique sans propagande par l’image du tout… La politique n’est pas le domaine du rationnel. Il est vraiment difficile de mettre en place des garde-fous sans toucher à la liberté d’expression.

  2. Francois Brutsch écrit:

    Des fois, tu me fais peur: ton rêve est un cauchemar orwellien (1984). La dictature des sages est une idée qui remonte à l’Antiquité: on sait comment ça finit… Pour moi Churchill a réglé définitivement la fausse querelle que tu cherches avec sa formule: « La démocratie est le plus mauvais des systèmes, après tous les autres »; oui, même avec ces excès d’affichage (et les exemples locaux contemporains ne sont ni une nouveauté ni même si extrêmes que cela). A Genève, quand l’UDC n’était encore qu’un parti agrarien Vigilance recourait déjà aux affiches choc: tu te souviens sûrement de « Avez-vous peur le soir? » / Avez-vous peur du Noir, avec un pied nu géant dans la porte des brav’ p’tits Suisses; ça ne l’a pas empêché de disparaître.

    Je suis souvent frappé de voir comment, dans l’imaginaire de gauche, les milliardaires (est-ce que zurichois fait vraiment encore plus dégoûtant?) sont le miroir exact de ce que nous reprochons à l’extrême droite vis-à-vis des étrangers: un groupe déshumanisé érigé en bouc-émissaire. Comme s’ils étaient tous semblables, comme si pour un Blocher à droite il n’y avait pas un Soros à gauche.

    Le pouvoir occulte des riches, qu’il faudrait absolument abolir, est un mythe démenti par les faits et par l’histoire. Ses racines doivent plus à une haine envieuse qu’à cette Raison que tu idéalises de manière sinistre.

  3. @françois :

    Une dictature des sages ? Ai-je parlé de cela ? Tu as dû mal lire…

    D’accord avec Churchill, mais il ne connaissait par encore la démocratie-marketing à laquelle nous avons affaire ici et je serais très curieux de l’interviewer post-mortem pour savoir ce qu’il en pense. Pas sûr du tout qu’il approuverait !

    Ensuite, les milliardaires : je n’ai pas l’impression que les avoir dépeints comme l’UDC dépeint à coup d’affiches scandaleuses les étrangers, les musulmans, les basanés… J’ai fait allusion au fait que l’UDC est dirigée par des riches zurichois. Est-ce si loin de la réalité ? S’ils ne dirigent pas effectivement seuls, ils paient en tout cas les gigantesques campagnes d’affichage… (quant à Soros à « gauche », je t’en laisse la responsabilité ;-) ).

    Je précise encore que ce pouvoir n’est pas particulièrement occulte : il est même relativement visible… Il suffit de compter les affiches et les annonces pour se faire une idée assez précise des montants dépassés.

    Avec tout le respect que je te dois, j’ai envie de dire, qu’à te lire, j’ai l’impression que tu as répondu à mon billet sans le lire…

    P.S. Dis-moi s’il ne faut garder qu’un seul des deux commentaires… :-)

  4. Ahnzel écrit:

    Dictature des sages non, mais démocratie des sages pourquoi pas. Plus sérieusement, en Suisse la propagande électoraliste est déjà interdite à la télévision, une lois interdisant l’affichage et la publicité dans les journaux dehors de « zones spéciales » serait envisageable.

  5. @Ahnzel :

    Merci ! Je me sens moins seul… ;-)

    Accessoirement, ce politologue propose aussi des solutions similaires : http://www.hebdo.ch/pourquoi_il_faut_defendre_la_democratie_directe_99392_.html

  6. Ahnzel écrit:

    Ah oui c’est l’assistant de Biancamaria Fontana, je comprend pourquoi je retrouve des expressions familières dans son discours. Sinon son analyse est pertinente mais les solutions qu’il propose sont « tiède ».

    Je ne crois pas aux lois sur le financement des partis, ni à la transparence. On sait déjà que les grandes entreprises subventionnent les partis, l’impact sur les habitudes électorales serait minimal. En votant PLR on s’attend bien à trouver des gens proche des milieux économiques. Après les lois sur les financements des partis sont contournable, il y a également une part d’arbitraire et de subjectivité quand à la définition des « sommes acceptable ».
    Non je pense qu’il faut vraiment quelque chose de solide qui ne laisse pas matière à des interprétations et qui réduirait substantiellement l’impact des fortunes à dispositions dans les campagnes électorales.
    Réduire le rôle de l’argent plutôt que réduire l’argent lui-même me semble avoir le double l’avantage de non seulement diminuer les moyens des partis riche sans passer par des législations compliquées et de réduire l’exposition du peuple à de la propagande simpliste.

  7. @Ahnzel :

    En fait, je faisais allusions à ses propos-là : « Il faut également interdire la publicité commerciale. Les campagnes d?initiative et de référendum ou d?élections ne devraient se faire que sur des panneaux d?affichage mis à disposition par les municipalités et pas sur des affiches payantes ou dans des tous ménages« .

    C’est là que je discernais une inclination à « réduire le rôle de l’argent » comme vous le dites très bien.

    C’est aussi ma préférence, contre le vent dominant : redonner à la politique son rôle en la rendant indépendante du pouvoir économique.

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni