Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

5
juil 2010
Presse quotidienne : où en est-on en 2010 ?
Posté dans Scène médiatique par Dani à 12:12 | 3 réponses »

La Liberté du 30 juin 2010 : Le groupe Hersant devient actionnaire majoritaire du Nouvelliste

 http://www.laliberte.ch/index.php?contenu=toutelajournee&depeche=70357

Presse quotidienne : où en est-on en 2010 ? dans Scène médiatique Caissettes_journaux

 

Le groupe français Hersant est désormais actionnaire majoritaire du quotidien valaisan « Le Nouvelliste ». Entre la reprise des publications d’Edipresse par l’éditeur alémanique Tamedia et les visées du français Hersant, la presse suisse romande semble devenue un terrain de conquête médiatique. C’est l’occasion d’un petit bilan (intermédiaire…).

Alors, quels sont les quotidiens romands aujourd’hui. Fermez les yeux et tentez de faire une liste sans tricher…

Combien sont-ils ? Quelle est leur importance ? A qui appartiennent-ils ?

Liste :

Le Temps (Suisse romande)  – 146’000 lecteurs – Tamedia et Ringier + quelques autres actionnaires

La Tribune de Genève – 153’000 – Tamedia

Le Courrier (GE et Suisse romande) – 24’000 – Association NAC

24 heures (Vaud) – 228’000 – Tamedia

Le Matin (Suisse romande) – 253’000 – Tamedia

20 Minutes (Suisse romande) – 523’000 – Tamedia

La Côte (Vaud) – 31’000 – Hersant

Le Nouvelliste (Valais) – 112’000 – Hersant

La Liberté (Fribourg) – 99’000 – Imprimerie St-Paul

L’Agefi (Suisse romande) – 17’000 – Groupe international AGEFI (Il s’agit d’un quotidien économique).

L’Express (Neuchâtel) – 62’000 – Hersant

L’Impartial (Neuchâtel) – 40’000 – Hersant

Le Journal du Jura (Jura BE) – 25’000 – Gassmann SA

Le Quotidien jurassien (Jura) – 47’000 – D+P SA

Remarque : le nombre de lecteurs figurant ici provient de l’étude REMP de mars 2010 citée dans ce document.

 

Vous avez bien compté ? 14 quotidiens… Cela reste proportionnellement plus (par rapport au nombre d’habitants) que dans les pays voisins, mais ce nombre a considérablement diminué pendant les dernières décennies (des fusions, des disparitions et peu ou pas de créations).

Ce bref bilan appelle quelques remarques :

1) 5 quotidiens (avec les 5 plus gros lectorats) appartiennent totalement ou partiellement (dans le cas du Temps) à l’éditeur Tamedia (Tages Anzeiger- ZH). 4 autres quotidiens (les viennent-ensuite…) appartiennent désormais à Hersant. Restent 5 quotidiens : le Journal du Jura (intégré à une plateforme commune éditoriale avec les 4 du groupe Hersant – combien lui reste-t-il de temps ?), l’AGEFI qui appartient à un groupe international et 3 quotidiens qu’on peut alors qualifier d’indépendants : Le Courrier, La Liberté et le Quotidien jurassien (moins de 200’000 lecteurs à eux trois…).

2) Dans cette recherche, tous les quotidiens romands sont qualifiés « d’indépendants » (voir à partir de la page 58).Tous appartiennent à des groupes de presse, et pas à des fabricants d’armements ou d’automobiles, là réside probablement la raison du qualificatif. Au fait, c’est quoi l’indépendance ? Et d’abord, indépendant vis-à-vis de qui, de quoi ?

3) Pour l’essentiel, les quotidiens romands ont encore des bases « cantonales ou locales ». Les exceptions sont : « Le Temps » (qui se préoccupe effectivement d’information au niveau national), « Le Matin » (dont les manchettes racoleuses concernent toute la région romande), « 20 minutes » (qui est abandonné sous les sièges de la plupart des autobus du pays), « Le Courrier » (qui propose désormais des pages GE, VD et NE, mais qui reste très genevois), « L’Agefi » (qui ne parle que d’économie).

4) Pour arriver au « lectorat » du seul journal gratuit, il faut grosso modo additionner toutes les publications hors Tamedia. C’est probablement un indice qui devrait faire considérer différemment la définition des deux lectorats. Au fond, le lectorat de 20 minutes est comparable à celui des imprimés publicitaires distribués dans les boîtes à lettres (les textes parviennent au lecteur sans qu’il fasse d’effort et sont gratuits). Rien à voir avec des journaux payants et qui demandent une lecture attentive et plus longue qu’un trajet en bus.

5) Au-delà de la concentration économique déjà relevée, on peut aussi remarquer que les collaborations entre journaux se sont multipliées. Lorsqu’un ami de Genève me signale un article dans la Tribune, j’ouvre le 24 heures pour le lire aussi. Lorsque j’achète occasionnellement « La Liberté », je ne gagne que peu d’informations par rapport aux pages de ce quotidien publiées par « Le Courrier », à moins de rechercher spécifiquement les informations régionales sur Fribourg. Les journaux de Hersant et le Journal du Jura ont unifié leurs informations et vont étendre le processus au « Nouvelliste ».Plusieurs journaux reprennent des pages entières d’autres publications…

6) La Suisse romande n’a pas encore vu l’apparition d’un quotidien en ligne à proprement parler.

Au fond, c’est surtout à la lecture des différents quotidiens qu’on peut juger de leur indépendance (d’esprit !). Il est toujours frappant, sur une journée particulière, de constater à quel point tous ou presque parlent des mêmes choses, s’abreuvent aux mêmes sources. Et c’est là que j’apprécie plus particulièrement mon abonnement au « Courrier » qui m’apporte au moins quelques pages porteuses de thèmes différents de la masse quotidienne…

Daniel


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

3 réponses:

  1. Gregoire écrit:

    Etes-vous certain que les titres d’Edipresse sont offciellement vraiment déjà en main majoritaire de TAmedia? Pour ma part, je n’arrive pas à suivre…

    http://www.edipresse.com/fr/presse/2010/edipresse-et-tamedia-la-première-phase-de-la-transaction-est-désormais-effective

    Edipresse et Tamedia: la première phase de la transaction est désormais effective
    Le 23 Avril 2010 – Edipresse Group
    Lausanne et Zurich, le 23 avril 2010 ? Les sociétés Edipresse et Tamedia ont aujourd’hui juridiquement finalisé la première étape de leur projet de fusion. Tamedia a désormais une participation à hauteur de 49,9% de la société PPSR SA qui détient l’essentiel des activités d’Edipresse en Suisse.

    Dans la deuxième phase, Tamedia achètera 0,2% supplémentaire de PPSR début 2011, puis les 49,9% restants début 2013. Une partie du prix de la dernière tranche d’acquisition sera payée en actions, de sorte qu’Edipresse deviendra un actionnaire important de Tamedia. De cette fusion émergera, dès 2013, une société de médias suisse avec un fort ancrage régional.

    Le conseil d’administration de la société PPSR sera composé de cinq personnes, trois étant nommées par Edipresse et deux par Tamedia: Pierre Lamunière, président, Pietro Supino, vice-président, Tibère Adler, administrateur-délégué, Martin Kall et Michel Preiswerk. Pierre Lamunière, président du conseil d’administration d’Edipresse, a été élu membre du conseil d’administration de Tamedia lors de l’assemblée générale du 12 mai 2009.

  2. Manifestement, je ne suis pas assez bien les événements… ;-)

    Admettons qu’il s’agit pour l’instant que de Edipresse/Tamedia.

  3. Pensez BiBi écrit:

    Des nouvelles que tu ne trouveras pas dans le Nouvelliste d’Hersant…
    Bibien à Toi.

    http://www.pensezbibi.com/les-voyages-de-bibi/coucou-la-suisse-4193

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni