Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

23
avr 2010
Hélico-Nantermod
Posté dans Politique par Dani à 2:00 | 1 réponse »

Réponse de Philippe Nantermod (Union des indépendants) à une pétition contre l’Héliski (dépêche ATS)

http://uniondesindependants.wordpress.com/2010/04/21/l%E2%80%99udi-en-faveur-des-guides-de-montagnes-et-de-l%E2%80%99heli-ski/

Hélico-Nantermod dans Politique heliski_airglacierpetit

.
Il s’agit d’une pétition émanant d’organisations écologistes et qui demande la fin de « l’Héliski » (le fait de se faire déposer par hélicoptère sur les sommets pour jouir du plaisir de la descente hors-piste sans consentir l’effort de la montée à peaux de phoque !). 14’000 signatures ont été déposées afin que la Suisse rejoigne les pays voisins qui ont d’ores et déjà interdit (ou fortement limité) cette pratique complètement à rebours des efforts écologiques que les Etats commencent enfin à mettre en place. Signalons au passage que la moitié des places d’atterissage consacrées à l’héliski se trouvent dans des zones qui font partie de l’inventaire fédéral des paysages d’importance nationale et que la zone du glacier d’Aletsch subit à elle seule 3000 vols par année.

On connaissait Helicopter-Ben (Ben Bernanke, président la Réserve fédérale des Etats-Unis qui arrose l’économie de dollars, presque comme avec des lâchers par hélicoptère), on connaît désormais Helicopter-Nantermod, un jeune politicien prometteur qui fait beaucoup parler de lui depuis quelques année. En effet, la pétition a fait réagir au quart de tour le jeune radical qui y a répondu dès sa publication dans les journaux. Sauveteur d’hélicos !

Il a donc rédigé, au nom de »l’Union des indépendants » un texte défendant l’héliski. Curieux, je suis allé le lire pour en découvrir les arguments. Et je n’en ai trouvé en définitive qu’un seul : il faut défendre les EMPLOIS offerts par cette activités. L’héliski « offre du travail à de nombreux guides indépendants« , « les citoyens méritent que leur environnement économique soit préservé » (on appréciera l’expression paronymique…). Il précise aussi en passant « qu’interdire l’héliski est dangereux » parce qu’il permettrait l’entraînement des pilotes pour le secours en montagne. Si on le suit, les autorités françaises et allemandes ont donc rendu leurs montagnes plus dangereuses que les Suisses, puisque ces deux pays ont interdit l’héliski. Absurde.

J’ai voulu tester un peu le politicien en lui écrivant sur son compte Twitter : j’étais curieux de voir s’il y avait autre chose que « les emplois ». Mais il n’y avait effectivement rien d’autre… Une provocation de ma part comparant l’attitude destructrice vis-à-vis de l’environnement des privilégiés héliskieurs à des descentes nocturnes en ville pour casser des vitres (cela générerait pourtant des emplois de vitriers…) ou une comparaison avec les emplois perdus dus aux économies de M. Merz (le haras national, par exemple…) ne l’ont pas incité à dépasser cette argumentation sur « les emplois ». Est-ce que certains emplois, certains intérêts lui tiendraient plus à coeur que d’autres ?

Au fond, la différence essentielle entre casser des vitres et pratiquer l’héliski, c’est que le premier de ces deux « vandalismes » est illégal alors que le second est légal. Mais argumenter contre une pétition invitant à interdire par cet argument consiste à dire que « c’est légal, parce que c’est légal ». Bof.

Cet argument de « l’emploi » est complètement déplacé à la fois d’un point de vue économique et d’un point de vue écologique. Le but de l’économie n’est pas et n’a jamais été de »créer des emplois », comme le montrent tous les efforts faits pour informatiser, automatiser, robotiser, remplacer des humains par des systèmes autonomes. De plus, des activités plus en accord avec le respect de l’environnement en montagne créeraient autant, voire plus d’emplois. Mais cela demanderaient aux copains de Nantermod quelques efforts d’adaptation… évidemment. Et si la préservation d’emplois doit suffire à s’opposer aux activités destructrices, on est singulièrement mal barré : les accidents de voiture, les épidémies, la pollution des eaux, l’insécurité aussi sont fortement pourvoyeurs d’emplois. Faut-il renoncer à agir sous ce seul prétexte ? Y a-t-il au moins un argument valable en faveur de l’héliski ?

L’héliski est le symbole d’une époque révolue, consacrée au gaspillage de quelques uns, mais dont tous paieront les pots cassés. Il est voué à disparaître et cette disparition s’accompagne sans surprise des traditionnels combats d’arrière-garde qui ont toujours défendu les activités désuètes.

Daniel

PS : j’avais dit que la réplique ne serait plus réservée aux médias… ;-)


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

Une réponse:

  1. Richard écrit:

    Merci bcp Daniel pour le lien !

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni