Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

9
oct 2009
Contre l’affiche anti-minarets : le détournement ?
Posté dans Propagande par Dani à 1:10 | 17 réponses »

Après les discussions sur l’interdiction, on peut aussi réfléchir à des détournements possibles

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=11319024 (page de la TSR sur cette question)

antiminaretsmodif.jpg

Comme lors de chaque campagne, les affiches de l’UDC font la « Une » de l’actualité. Elles réussissent à diviser leurs opposants entre ceux qui souhaitent les interdire et ceux qui privilégient une large liberté d’expression.

Je ne suis pas sûr qu’il y ait véritablement une bonne réponse à cette question. Avec ses créations provocatrices, l’UDC réussit à placer un « double bind » (une double contrainte) : soit on interdit l’affiche et l’UDC a gagné le rôle de martyr qu’elle adore, soit on autorise l’affiche et on accepte qu’elle bénéficie à fond des effets de son odieuse campagne. Dans les deux cas, les défenseurs de la tolérance sont perdants. A chaque fois, c’est bien joué…

Bien sûr, la liberté d’expression fait partie des valeurs cardinales d’une démocratie comme la nôtre et nous voudrions lui laisser libre cours sans être mis devant des cas de conscience. Toutefois, nous sommes en droit de nous poser des questions sur l’essence même de cette liberté d’expression (et il est d’ailleurs assez piquant d’entendre les protestations des partisans d’une interdiction des minarets face à l’interdiction d’une affiche…).

L’article 16 de la Constitution fédérale protège la « liberté d’opinion et d’information » : « Toute personne a le droit de former, d’exprimer et de répandre librement son opinion« . C’est ce que font les partisans de cette initiative anti-minarets depuis des mois. Leur liberté d’expression n’a pas été bridée. Mais avec l’affiche, on passe à une autre forme de langage, beaucoup plus émotionnel. Dès lors, on peut se demander jusqu’où on va. A la limite, est-ce que la liberté d’expression doit aussi inclure la liberté d’insulter, de diffamer ou de calomnier. Non, bien sûr : il est donc légitime d’envisager des limites. Cette affiche relève précisément d’une forme de vulgarité ou d’indécence. En ce sens, il devient défendable de l’interdire, que ce par des communes ou des journaux.

Nous devons admettre que nous ne savons pas qu’elle est la meilleure attitude à adopter dans ce « double bind ». Cela mériterait une attitude approfondie, dans laquelle pourraient s’investir des psychologues, des sociologues et des spécialistes de la communication. Ils pourraient aider à mesurer les véritables effets du laisser-faire ou de l’interdiction.

Parce que l’interdiction va faire de la publicité aux initiants, c’est sûr. Ils vont pouvoir « jouer les martyrs« , c’est tout aussi sûr. Mais d’un autre côté, on est encore bien loin de la la votation et l’oubli fera son oeuvre. Et si les murs ne sont pas littéralement couverts de ces affiches (comme les moutons il y a deux ans), on peut aussi imaginer une perte d’impact de la campagne. On peut encore penser qu’à force d’engager des frais pour des affiches finalement interdite, l’UDC retrouverait un langage plus digne. Dilemme.

En attendant, on peut toujours tenter une troisième voie : le détournement. J’ai joué au petit graphiste (jeu éducatif).

Mon essai :

antiminaretsmodif.jpg

 

Qui dit mieux ?

Daniel


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

17 réponses:

  1. Chris écrit:

    Très réussi, ce détournement ! Les motifs de substitution et le slogan sont particulièrement recherchés. On se croit revenus au bonnes vieilles eighties de tonton Ronald…

    Cela me rappelle pourtant les nombreux détournements suscités par l’affiche du mouton noir. « Saine réaction citoyenne ! » pense-t-on d’abord avec soulagement. Et puis, à regarder de près les affiches du contre-feu, on se dit qu’elles sont trop gentilles, trop unanimistes, à l’évidence moins OUTRAGEANTES que l’originale. C’est alors que vient nous hanter le sinistre slogan de Le Pen : « Préférez l’original à la copie ! »

  2. @Chris :

    C’est le dilemme de base qui reste toujours : réagir ou ne pas réagir ?

    Et les détournements, ou les arrachages (dans le cas de celle des moutons) rencontrent la même difficulté : réagir fait de la publicité et ne pas réagir fonctionne comme un consentement passif.

    C’est pourquoi je m’interroge : est-ce que finalement interdire ne serait pas une manière de trancher le noeud gordien, de sortir du dilemme ?

    Si des élèves de mes classes sont grossiers et irrespectueux, je ne vais ni me moquer d’eux (détournement), ni ne pas réagir (ignorer…) : je vais les sanctionner ou les mettre à la porte. Cela correspondrait à l’interdiction de l’affiche dans le cas présent.

    Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il s’agit de liberté d’expression. Personne n’a interdit d’argumenter pour l’interdiction des minarets. C’est juste la vulgarité et la provocation inutile qui est visée…

  3. Joe Bar écrit:

    Bien vu le détournement !!

    Et la meilleure chose à faire c’est d’aller voter en masse NON à cette bande de *?!£$* (on peut toujours rêver…)

  4. Julien écrit:

    Que la force soit avec toi… ;-)

    je suis d’accord avec toi: il faut interdire cette affiche.

  5. Doubomir écrit:

    La meilleure attidude est peut-être celle adoptée par le MCG : condamner l’affiche et cependant ne rien avoir en commun avec les arracheurs d’affiches pourtant donneurs de leçons de tolérance à tout crin.

  6. biloute écrit:

    Situation cornélienne, oui, mais : si interdire ou/et voter n’empêchaient la montée ou la stabilité de l’électorat extrémiste, est-ce que cela aurait été la solution, une « bonne gestion du désastre » ? Evitons la pente fatale mais si en les pénalisant ils acquièrent davantage de galons sur l’échelle de la martyrisation, ne donnerait-on pas d’autant plus raison à leur position victimaire ? On peut aussi (re)poser la question « est-ce que l’on peut tout dire aussi bien politiquement qu’artistiquement (je pense notamment à l’ambiguïté « artistico-politique » de Dieudonné en France)? » Il me semble qu’interdire, voter c’est encore accréditer la Justice, croire à la politique, au moindre mal…

    On ne peut être forcément d’accord mais il y avait ce livre —> http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Rien_n_est_sacre__tout_peut_se_dire-9782707154934.html

  7. @biloute : merci pour le lien…. ce livre a l’air intéressant !

  8. Très joli le détournement ! ça serait pas possible d’en faire pour de vrai et en mettre quelques-unes à des lieux stratégiques ?

    Sinon je suis contre une interdiction qui leur permettrait de se poser en martyrs, d’autant que leur affiche est totalement disproportionnée ce qui la rend un peu ridicule.

    Peut-être rappeler plutôt de manière tout à fait objective les buts de l’UDC, comme de démantellement de l’Etat-providence et d’arriver à un capitalisme débridé… Ne cherchent-ils pas à masquer les vrais problèmes ? Et ça marche ! Tout le monde a les yeux rivés sur l’Islam, que ce soit pour l’attaquer ou le défendre. Et les problèmes économiques, auquels nos chers financiers UDC ou proches participent bien ? Oubliés ? Ne leur faisons pas ce plaisir ! ;)

  9. Bonjour Anne !

    Je dois vous donner raison sur toute la ligne, même si je dois avouer que je trouve l’interdiction très tentante :

    - Elle va contribuer à faire de la publicité à l’affiche, c’est certain. Mais a-t-elle besoin de cette publicité étant donné que de toute manière elle va occuper les esprits dans les éditoriaux, sur les blogs, dans les rues… ? Je ne suis pas sûr que l’interdiction « ajoute » beaucoup de publicité.

    - Il y a une forme de réflexe pavlovien qui crie « liberté d’expression » comme une forme de réflexe conditionné qui me dérange presque. J’aurais assez envie de tester des affiches utilisant des symboles nazis ou mussoliniens, ou encore des affiches d’intégristes islamistes carrément anti-chrétiennes pour voir si on évoquerait là aussi la liberté d’expression. Que se passerait-il si quelqu’un publiait des affiches avec les visages de politiciens remplacés par des anus… est-ce qu’on invoquerait encore la liberté d’expression ? Parce qu’au fond, la liberté d’afficher « Oui à l’interdiction des minarets » n’a jamais été remise en question par personne.

    Mais je reste perplexe : en fait je ne sais pas s’il est mieux d’interdire ou pas.

    Par contre, je suis sûr qu’il y aurait quelque chose à faire dans le sens de votre dernier paragraphe. Démasquer !!!

    PS : et n’hésitez pas à utiliser le détournement si le coeur vous en dit… ;-)

  10. Tiens, ce soir, sur Infrarouge… j’ai entrevu un autre moyen de réagir à cette affiche : l’explication pédagogique du langage publicitaire utilisé par l’UDC.

  11. biloute écrit:

    Daniel : de rien. Il existe un autre opuscule d’orientation plus libérale, tout aussi richement concis. (Ne pas tenir compte du faible nombres de pages.) L’auteur revient notamment sur « l’affaire Présumé Innocent » à Bordeaux en 2000, les mises en examens et les « lois liberticides » qui ont suivi, sur les soi-disant bien fondés de ces actes, le bon sentiment, sur les différences entre offenses et préjudices… –> http://www.lamusardine.com/lamusardine/BOU2/bin/fiche.cgi

    Pour le reste, il y a effectivement deux poids deux mesures. Sur le champ politique ici archi-rétrograde, user de la liberté d’expression extrême est dangereux : stéréotypes, ressentiment, haine projetée « l’autre »… (René Girard dit des choses intéressantes sur la notion de bouc émissaire.) Le piège est de confondre et/ou mélanger art et politique, d’être attiré par « qui a la plus grosse » ; ce que font pas mal d’apôtres du couple Soral-Dieudonné ici en France.

    Anne : en tant que libertaire, l’Etat-Providence est une illusion, mais bon, c’est bien trop long à développer. Néanmoins, je viens de lire un article qui remet en question de façon radicale la xénophobie, et plus implicitement le dit Etat-Providence (« gérant » du Capital) –> http://www.hapoel.fr/documents-importants/moishe-postone-brochure/

  12. biloute écrit:

    Oups! Le lien de la Musardine ne fonctionne pas chez moi. Le titre c’est « La liberté d’offenser. L’art, le sexe, la morale » par Ruwen Ogien.

  13. @ Dani, oui j’ai utilisé le détournement, je l’ai affiché à l’école sociale ;-P

    Je ne parlais pas de publicité, mais de victimisation. Mais vous avez totalement raison sur le deux-poids deux-mesures de la liberté d’expression. Le côté très fin de l’UDC et leurs sbires, c’est l’ambiguïté… Ils vont vous dire que vous avez mal interprété, que c’est pas ça qu’ils voulaient dire, etc. etc. (pensons à l’affiche des moutons, qui avait un double sens). A la fin ils sont des incompris, on veut leur empêcher de dire ce qu’ils veulent dire parce qu’on est pas d’accord avec leurs idées, etc.

    Et puis en même temps… plus ils vont loin, mieux c’est : ils se démasquent. Auraient-ils été moins dans la provocations, ils auraient pu toucher plus de monde.

    Avez-vous su que le comité qui a lancé cette initiative avait invité un sionniste intégriste pour donner une conférence ? A l’issue de laquelle tout le monde était convaincu que Allah = Satan… Je me demande, si on faisait venir Ben Laden donner une conférence, s’ils seraient également convaincus que les Israéliens et les Américains sont le diable en personne… :-S

    Mais la liberté de poser cette affiche a été remise en question : à Lausanne elle est interdite. A Genève non : ils ont déjà leur minaret donc ça ne changerait pas grand-chose :D Mais c’est plutôt la pertinence du sujet qui devrait être remise en question, faut-il vraiment voter là-dessus ? Sachant que c’est anticonstitutionnel et que ça n’a pas grand-chose à faire dans une constitution. Il y a déjà l’obligation de demander un permis de construire et tout un chacun peut faire opposition. On tient déjà compte des habitants alentours pour les questions autant esthétiques que pratiques.

    @ Biloute, je vous rejoins par rapport à l’Etat-Providence, il a été créé surtout pour éviter les révoltes. Dans une configuration idéale, il ne serait pratiquement pas nécessaire (juste pour des situations transitoires, et encore). Mais je ne crois pas à une autorégulation de l’économie, des fossés se sont créés causant de grands déséquilibres. Chacun devrait être libre de travailler plus ou moins ce qui ferait varier le revenu, mais les salaires devraient être justes pour tous, pas sur- ou sous-évalués. Et l’argent n’était pas prévu pour dormir, mais pour circuler, il sert à faciliter les échanges, dans l’espace et dans le temps. Il y a une différence entre économiser de l’argent pour s’offrir une voiture ou une maison, ou prévenir un coup dur, et le planquer dans un paradis fiscal où il « travaille » => regardez l’argent travailler dans « LET’S MAKE MONEY » ! Un film à voir absolument.

    Donc en fait la notion de liberté est compliquée. Oui à la liberté si elle est accompagnée de responsabilité. Mais l’être humain en est-il capable ? Alors peut-être, pour assurer la liberté de chacun, faut-il des outils de régulation de l’économie.

    Qu’est-ce qu’être libertaire ? Comment vous voyez-vous en tant que libertaires ? Je ne me perçois ni comme libertaire, ni comme liberticide, dans le sens où je perçois la liberté de manière ni positive, ni négative, ça dépend du contexte. En fait, vivant tous en communauté, il arrive nécessairement un moment où la liberté de l’un, si elle n’est pas freinée, empiète sur la liberté de l’autre. Je pense donc qu’elle ne saurait être totale, sous peine de ne l’être que pour certains, au détriment d’autres qui n’en profiteraient pas du tout. La loi de la jungle, dont nous ne sommes pas tant éloignés !

  14. biloute écrit:

    Je serai complètement hors sujet mais bon.

    Il y a des tonnes de livres et de brochures sur la « tradition » libertaire. Avec mes positions légèrement néo-marxiennes (Situationnisme, Guy Debord, les revues Krisis et Exit!,…), je suis souvent en désaccord avec le mouvement sur l’analyse des catégories fondamentales de la société (salariat, travail, marchandise, etc.), mais voici les grandes lignes :

    « L’anarchisme aujourd’hui » http://www.subsociety.org/anarchisme_aujourdhui.htm

    « Manifeste pour une Alternative libertaire. Pour un communisme libertaire  » http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?rubrique23

    Au Livre de Poche, le « Petit lexique philosophique de l’anarchisme. De Proudhon à Deleuze » par Daniel Colson.

    Donc, pour vous répondre en bref :

    C’est bien le problème avec l’Etat : quel qu’il soit l’Etat tente d’empêcher les révoltes. L’Etat est essentiellement coercitif voire tyrannique. Donc, à mon sens, toute révolte à sa raison d’être.

    L’autorégulation de l’économie ? Il se fait que depuis la révolution néolithique et plus encore sous le capitalisme, l’être humain est réduit à un agent économique, ce que les « Droits de l’homme » ou plutôt les « Droits déguisés en devoirs de l’homme » se goinfrent. Si les rapports marchands (l’échange) sont abolis, il est probable que les structures mentales changent puisque « les structures objectives se font petit à petit « subjectives. » (Le Capital n’est pas que Argent> Marchandise> Plus d’Argent, exploitation…, mais un rapport social). Abolition logique du salariat puisqu’il est une caractéristique du capitalisme.

    La liberté effectivement exige une certaine « éthique », responsabilité. Je ne suis pas libéral mais John Stuart Mill, entre autres, a dit des choses intéressantes sur la « police morale »… Disons que l’humain est à la fois « bon » et « mauvais », mais il est surtout (comme disait G. Sand) nuancé. La responsabilité passe aussi par une « élévation culturelle », par un « travail » intellectuel, notamment par l’instruction autodidacte et libertaire, la maïeutique… et pourquoi pas la psychanalyse radicale (à la racine) ?

    Etre libertaire, autrement dit « être de l’anarchie », c’est être anti-autoritaire (refuser de commander comme d’être commandé), être « partisan » de l’égalité « socio-économique » et l’émancipation des individus. Mais ça va bien au-delà : Daniel Colson rappelle dans son livre cité ici que le mot « anarchie » vient du grec « anarkhê » (absence de principe premier, de Dieu, d’abstraction métaphysique…). Le libertaire est généralement individualiste : il ne voit que des êtres singuliers, l’humain dans sa singularité. L’égoïsme c’est autre chose. Quant à la communauté/société, nous visons un « communisme libertaire (« A chacun ses besoins, à chacun ses moyens »).

    La loi de la jungle, à mon avis, c’est bien ce que les libertariens, anarcho-capitalistes et autres minarchistes « veulent » en réduisant aussi la liberté à un individu monnayable. Gilles Chatêlet dans son livre « Vivre et penser comme des porcs » en donne une définition infaillible. Le libertarien est radicalement différente du libertaire, d’où souvent la confusion. Ils nient et/ou sont inconscients car leur analyse des bases du monde social (marchandise, travail…) est insuffisante. Et en effet le « tous contre tous », on en est pas loin. C’est aussi pourquoi revenir à un capitalisme d’Etat à la sauce keynesienne, capitalisme dont se goinfre toute la gauche (êxtrême y compris) est un leurre. En gros ça veut dire quoi ? Plus d’Etat (interventionniste dans le champ « autonome » de l’économie, pour protéger « la cage de fer » des « gros méchants capitalistes ») pour moins d’Etat (répressif)? L’équipe Chomsky (même lui), Baillargeon, Onfray, Mermet etc. sont tombés dans la fourberie.

    Je ne nie pas qu’une impasse est probable. Tout changement ou utopie en crée. Et si on glisse sur la pente savoneuse du « l’homme n’est capable que du pire », je suis incapable de savoir quel sens le monde prendra (bien que je crois que l’humain est constitué d’un minimum de bons sens). Ce que je peux dire c’est que le système pseudo-démocratique actuel est pourrissant et je ne vois pas en quoi on devrait pourrir avec lui, en attendre quelque chose si ce n’est faisander davantage, comme si le « capitalisme vert » à la mode allait nous sauver… La démocratie représentative (et souvent directe) et la citoyenneté ? Un « ananar » risque fort de dire que « le pouvoir n’est pas à conquérir mais à détruire », que LA politique est une histoire d’expropriation et que LE politique n’a existé qu’en des sociétés dites primitives, ou encore dans les mouvements ouvriers/libertaires de par le monde. Qu’il faut changer la marmite plutôt que, pour mieux la faire passer en bouche, allonger encore et encore la purée brûlée depuis trop longtemps…

    Bakounine disait au sujet de la liberté : « La liberté des autres étend la mienne à l’infini », ce qui est bien différent du lieu commun « Ma liberté s’arrête-t-elle où commence celle d’autrui ».

    J’ai noté pour le film.

  15. biloute, j’aime beaucoup ce que vous écrivez, même si je ne comprends pas toujours tout, et même si je ne suis pas toujours d’accord avec vous. tout ça est simplement… complexe :D et de loin je préfère ce genre de réflexion qui laisse voir la complexité, à trop de simplisme ;) merci pour ces lignes :)

    je serais tout à fait d’accord avec la phrase de Bakounine, si tout le monde était responsable. ce n’est malheureusement pas tout à fait le cas :’(

    comme vous le dites, l’être humain est nuancé… vous proposez l’anarchie, quel sera le garde-fou ? qu’est-ce qui empêchera à l’un de nuire aux autres en cédant totalement à ses pulsions ?

  16. Et les créatifs de l’UDC viennent à nouveau de faire école (comme ils l’avaient déjà fait avec la célèbre affiche des moutons).

    Cette fois, c’est au Royaume-Uni : http://4.bp.blogspot.com/_AQ8QN1EYRw0/Sth3A2CW9LI/AAAAAAAAAfI/vzH0SWJVfj4/S1600-R/minaret-poster-t-shirt-website01.jpg

    L’UDC, nouveau modèle pour l’ensemble de l’extrême-droite européenne ?

    Après le chocolat, les montres, les services bancaires et la chimie… la Suisse a un nouveau produit d’exportation.

  17. Bas dis donc, que le web est petit !
    Quel affiche, ca le fait !

    En ce jour, j’ai quand même honte que cette loi soie passée !
    Heureusement qu’il ait encore des gens comme vous pour expliquer la peur et
    mieux la combattre !

    Cordialement un ancien élève d’ECG.

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni