Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Divers
  • > Lettre ouverte à Luc Petitfrère, responsable du « Matin online »
14
mar 2009
Lettre ouverte à Luc Petitfrère, responsable du « Matin online »
Posté dans Divers par Dani à 11:13 | 16 réponses »

Le Matin online, articles parus ces dernières semaines

http://www.lematin.ch/

J’ai hésité quelque peu avant de décider d’écrire cette lettre. Mais, à la réflexion, je me suis dit que je souhaitais interpeller directement le responsable de ce site internet du Matin sur les « fausses informations » publiées et la censure des commentaires critiquant ces « fausses informations ». Ce n’est pas complètement sans enjeux : cette manière de faire de l’information pourrait aussi toucher des sujets beaucoup plus sensibles et entraîner un jour ou l’autre des conséquences dramatiques. Je reviens donc encore une fois sur le Matin et sa politique d’information… en espérant une réponse de leur part.

S’il y a des suggestions pour « à qui envoyer copie », je suis preneur….

Daniel 

 

Lettre ouverte à Luc Petitfrère, responsable du Matin online

Monsieur le rédacteur,

Ces dernières semaines, votre site Internet a publié à trois reprises avec fracas et gros titres des informations qui se sont avérées rapidement fausses pour l’essentiel. Vous avez annoncé qu’une jeune femme avait été agressée et lacérée au cutter par des skinheads, puis qu’un enfant de 5 ans avait poignardé sa sœur pour un jeu vidéo. Comme si cela ne suffisait pas, alors que vous auriez dû commencer à vous méfier de ce genre de choses, vous avez encore affirmé qu’un inconnu avait fait irruption dans un parking et tué une jeune fille à bout portant sans raison apparente.

Bien sûr, d’autres journaux et sites Internet ont également rapporté ces fausses informations. Toutefois, seul votre journal l’a fait à chaque fois et surtout sans user ni de points d’interrogation, ni du conditionnel, ni en émettant des réserves quant à la véracité des faits. Vous semblez donc prêt à persister sur la même voie et à continuer à publier régulièrement de pareilles allégations comme si elles étaient d’ores et déjà confirmées. C’est contre toute déontologie journalistique.

Mais vous ne vous contentez pas de publier impunément des informations frelatées. En effet, lorsque des internautes viennent évoquer ces manquements en inscrivant un commentaire critique sur votre site, vous vous dépêchez de le faire disparaître, pratiquant ainsi la censure plutôt que la modération. J’ai moi-même fait l’expérience de votre pratique lundi passé en intervenant à plusieurs reprises pour signaler que les informations publiées étaient régulièrement fausses. A chaque fois, mes messages ont été supprimés alors qu’ils ne contenaient aucun propos contraire à la charte de votre site. Finalement, vous avez même été jusqu’à supprimer mon identifiant.

Par contre, vous tolérez sans aucune difficulté un nombre invraisemblable de messages haineux et d’échanges répugnant parmi ces commentaires. Vous semblez ainsi favoriser l’expression d’émotions agressives au détriment des critiques rationnelles affectant vos écrits. Je tiens d’ailleurs à préciser que je me fais aussi le porte-parole des nombreux internautes qui dénoncent votre pratique de la censure et qui voient eux aussi régulièrement leurs messages disparaître. On a donc droit à deux marques de manque de respect vis-à-vis du lecteur : les informations non fondées, puis la sélection très discutable des commentaires. Ces pratiques injustifiées ne font pas honneur à votre profession

Je souhaiterais vraiment que vous ayez l’obligeance et le courage de prendre position clairement sur les faits énoncés ici. En espérant que vous aurez la courtoisie de me répondre, je vous prie d’agréer, Monsieur le rédacteur, mes salutations distinguées.


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

16 réponses:

  1. Alain Hubler écrit:

    Et pourquoi pas une petite plainte au Conseil suisse de la presse ?
    http://www.presserat.ch

  2. Euh… comment on fait ?

  3. Alain Hubler écrit:

    Ben, on envoie une lettre de plainte au Conseil suisse de la presse.
    Art 6 : 1 Chacun est légitimé pour déposer plainte.
    et suivants.
    http://www.presserat.ch/Documents/Reglementfranz2008.pdf

  4. Merci. C’est plus simple et léger que je ne l’aurais pensé…

    Je vais déjà voir si on répond à ma lettre. ;-)

  5. Michelle écrit:

    Dani,
    http://www.presserat.ch est un bel exemple de site Web 1.0. La communication va du site vers le public, mais rien n’est prévu pour accueillir l’info dans l’autre sens.
    On peut lire :
    « Le Conseil suisse de la presse est à disposition du public et des journalistes tant qu’instance de plainte pour des questions relevant de l’éthique des médias.  »
    mais rien, ou alors c’est bien caché, n’est indiqué sur la marche à suivre.
    Juste une adresse de contact : http://www.presserat.ch/14500.htm

    Faut vous réveiller, Mmes et MM du Conseil suisse de la presse, le web a fêté hier ses vingt ans et le Web 2.0 est passé dans les moeurs.

    A part ça, tu devrais faire un groupe sur Facebook, c’est tendance et la presse adore dire combien ces groupes sont efficaces pour attirer l’attention des politiques sur ce qui préoccupe le public. Ça doit marcher aussi pour qu’on puisse dire à la presse suisse qu’on attend d’elle un peu plus de professionnalisme et d’éthique.

  6. Blondesen écrit:

    Bonjour !
    Les yeux perdus sur le bleu Léman, les journalistes de la presse écrite romande s’interrogent gravement sur leur avenir cuisiné du côté de la Limmat.
    « On s’étonne… », « On se perd en conjectures… », « La perte de lecteurs… », « Les annonceurs choisissent d’autres médias… »
    Ah bon ? pourquoi ?
    :o )

  7. Matts écrit:

    Excellente initiative, Dani !
    Reste à savoir si Luc Petitfrère vous répondra et, dans l’affirmative, ce qu’il vous répondra. Aura-t-on droit à un mea culpa comme quoi effectivement des manquements sont intervenus dans le contrôle des messages publiés, promis on ne le fera plus cette fois on a pris des mesures, après quoi on se remettra à nouveau à publier les pires horreurs comme avant ?

    De mon côté, j’attends toujours la réponse du webmaster du Matin à deux de mes mails, envoyés en janvier, et dans lesquels je lui demandais si les commentaires étaient lus avant d’être mis en ligne, et quels étaient les critères de publication de ceux-ci. J’avais joint à ces deux mails plusieurs copies de commentaires particulièrement abjects. J’avais également mentionné dans mon message que des commentaires d’appel au calme et à la raison que j’avais envoyés n’avaient, eux, pas été publiés.

    De là à croire que, pour le Matin, plus c’est abject et dégueulasse, et plus ce sera publié, il y n’y a qu’un pas qui semble pouvoir être franchi.

    Il semble en effet que les commentaires du Matin soient considérés par les responsables de ce journal, et par nombre d’internautes, comme un vaste défouloir, un défrustroir, un hurloir au sein duquel n’existe presque aucune limite, et où toutes sortes de cinglés (certains semblent y passer leurs jours et leurs nuits) peuvent voir leurs délires hystériques et paranoïaques, leurs insultes, leurs calomnies, leur haine de tout et tout le monde, leurs appels au meurtre et à la violence être publiés. Et cela au nom de la liberté d’expression, visiblement considérée par certains comme la liberté d’insulter, de rabaisser, de stigmatiser, d’humilier, en somme la liberté de vivre ses pires fantasmes dans un rassurant anonymat.

    On est en droit de se demander si les motivations profondes de certains de ces commentaires ne sont pas similaires à celles qui animaient les auteurs de lettres de dénonciation (évidemment anonymes) de Juifs à la Gestapo, dans les années 40…

  8. La lettre est aussi relayée ici : http://www.infoendanger.net/?p=110

    [j’ai encore signalé ici : http://www.mediateur.edipresse.ch/?p=73

    Si vous souhaitez la relayer vous aussi, n’hésitez pas ! (copier-coller autorisé et encouragé ! ;-) )

    PS : @Matts : la réponse ne semble pas le point fort des responsables du Matin. J’avais déjà écrit une fois à ce rédacteur, sans jamais obtenir de réponse. C’est pourquoi je pratique donc la « lettre ouverte ». Faites une recherche en écrivant « Luc Petitfrère » sur Google… juste pour voir ! ;-)

  9. raph écrit:

    et une quatrième erreur avec les « aveux sur internet » du tueur allemand, une fausse info reprise sans aucun conditionnel par tous les médias…

  10. @raph :
    J’ai un billet presque prêt qui relève ce nouveau cas (mais le Matin n’est de loin pas seul en cause cette fois…)… ;-) Je le mets en ligne ce soir.

  11. kalvin écrit:

    C’est quoi comme ordre monacal ce petit frère là ? encore un qui a fait voeu de silence ?

  12. Et hop… reprise :

    http://lausannebondyblog.net/news/de-la-veracite-de-l-information-sur-les-sites-web-des-medias-romands

    Je suis curieux des réactions sur ce blog !

    @Blondesen : Bonjour ! En effet, on se demande bien pourquoi…. ;-)

  13. J’ai un début de bout de réponse… avec une proposition de discussion téléphonique. J’ai redemandé une prise de position par écrit (quitte à bavarder ensuite).

    Si le destinataire de la lettre ne s’oppose pas au fait que je fasse apparaître ses propos sur le blog, je ferai un billet avec nos échanges (sinon, il n’y aura que mes réponses).

    A suivre…

  14. René écrit:

    Reprise de la lettre ouverte aussi sur
    http://www.gauchebdo.ch/? Mefiance-media
    avec interview d’Henri Maler d’Acrimed sur
    http://www.gauchebdo.ch/?L-information-est-un-bien-public

  15. Bonjour René !

    Merci pour le relais ! L’accumulation va peut-être contribuer à faire réagir…

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni