Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2008
Archive pour octobre, 2008


De la merde, de l’ATS jusque dans les quotidiens !

31 octobre, 2008
Scène médiatique | 4 réponses »

Une dépêche de l’ATS reprise par pas mal de monde : Edicom, 20 minutes, Le Matin bleu, 24 heures, Bluewin, Swissinfo, le Journal du Jura, Romandie.com, La Liberté, La Tribune de Genève Le Nouvelliste…

Je n’ai pas l’habitude d’être grossier sur ce blog, mais j’estime que là, décidément, la descente dans le cloaque des enfers dépasse les bornes. A plusieurs occasions, il avait déjà été possible de noter que la presse, particulièrement les gratuits mais aussi les autres, avait tendance à rechercher de plus en plus l’anecdotique et l’insolite que ce qui permettrait réellement de comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons.

De plus en plus, ce sont les agences de presse qui vont elles-mêmes rechercher ce genre d’informations, sachant que cela sera abondamment repris par les divers organes de presse et l’ATS s’est régulièrement distinguée à ce petit jeu depuis quelques temps. On va même jusqu’au bout du monde pour chercher un assassinat sordide, un accident idiot ou les frasques d’un politicien local. Et ces « informations » trouvent tout naturellement place dans les « pages internationales ».

Aujourd’hui, il est possible de contempler dans toute sa splendeur cette regrettable évolution : la presse romande parle de « merde », certains journaux même en première page ! De quoi s’agit-il ? Notre agence de presse nationale est allé chercher jusqu’en Australie (donc, cette fois vraiment au « bout du monde ») un fait divers tout simplement dégoûtant : un cuisinier, par vengeance vis-à-vis d’une famille qui se serait plainte de la musique dans son restaurant, aurait servi un dessert glacé contenant des boules d’excréments. Le Matin bleu a d’ailleurs réussi à mettre cette information dans un langage particulièrement accessible que même les enfants qui s’emparent parfois des gratuits sauront saisir : « On nous a servi une glace au caca !« .

Voici une information qui condense à elle seule toute la souffrance de cette presse contemporaine qui ne cherche plus qu’à attirer le client par tous les moyens parce qu’il faut justifier d’un certain nombre de lecteurs pour conserver ses annonceurs. Tout y passe : l’horrible, le dégoûtant, le terrifiant, le surprenant, l’insolite, l’idiot, l’exagération… jusqu’au « merdique ». L’ATS est prête à aligner 20’000 kilomètres pour aller chercher en Australie une histoire de caca. Et ensuite, tout le monde ou presque reprend son texte sans discuter, en tout cas sur les pages d’accueil de nombreux médias romands. Voyez plutôt :

Site de Bluewin24 heuresSwissinfoLe Journal du JuraRomandie.com

La LibertéLa Tribune de GenèveLe NouvellisteLe Matin20 minutes

Un gigantesque copier-coller de « merde »… ! Heureusement qu’on a pas encore inventé les médias odorants… Tout le monde s’y colle ou presque, y compris des sites et des journaux qui se voudraient sérieux et consacrés à une réelle information du citoyen. N’y a-t-il donc personne qui filtre les dépêches d’agence en se demandant si elles ont un minimum d’intérêt ou si elle peuvent être choquantes. Jusqu’où ira-t-on ainsi dans cette course à la médiocrité ?

Aujourd’hui, grâce à cet élan scatologique, la presse romande a vraiment touché le fond !

Dani

P.S. : Merci aux journaux qui ont su filtrer cette « merde » !

Schizophrénie d’une page à l’autre…

30 octobre, 2008
Divers | Commentaires fermés

Dans le « 24 heures » du 29 octobre 2008, mais fréquent dans d’autres journaux aussi

Le quotidien vaudois de ce mercredi 29 octobre publie un article au titre alarmiste, sous la plume de Philippe Dumartheray : « La récession écologique menace l’humanité« . Loin de moi l’idée de critiquer cet article bien écrit et percutant. En effet, en écho au rapport « Planète vivante » du WWF qui vient d’être publié, voici une information qui doit absolument parvenir jusque dans les chaumières à une heure où on se préoccupe précisément de « récession », mais dans une acception bien différente du mot.

Les termes de la question sont assez édifiants : « L’homme consomme presque 30 % de plus que ce que la Terre peut lui offrir« . Ce rapport présente une situation qui montre que la pression de l’humanité sur l’écosystème de la planète a tout simplement doublé sur les 50 dernières années. Si toute la population mondiale consommait comme les Suisses, il faudrait 2,4 planètes ! L’auteur de l’article conclut en laissant une ouverture : en clair, « il est encore possible de prévenir une récession écologique irréversible« . Les termes utilisés sont orientés vers une prise de conscience et des mesures de limitation du gaspillage (nous avons massivement gaspillé les ressources de la planète, nous allons vers inéluctablement vers un resserrement de notre crédit écologique, la pression est due à une hausse rapide de la consommation individuelle, il s’agit de transformer nos modes de vie). Voici un article qui ne plaisante pas…

Très naturellement, le lecteur va continuer de tourner les pages de son journal et va arriver trois pages plus tard à la rubrique économie où une dépêche de l’ATS titre triomphalement : « En septembre, les Suisses ont consommé plus« . Mais la joie du rédacteur de l’article est relativisée par les inquiétudes : « le perspectives s’assombrissent« , « la détérioration en cours » et les « répercussions négatives« . Bref, l’évolution de la consommation est notre baromètre moral et il est d’ailleurs question du « moral des ménages » qui évoluerait négativement. Un article voisin de la même rubrique dit que, pour l’instant, « les voyagistes gardent le moral« . On s’inquiète : si nous ne consommons « pas assez », tout ira mal…

Difficile de savoir. La page 8 nous incite à limiter notre consommation pour sauver la planète et la page 11 insiste dans le sens contraire en disant que la bonne santé de notre économie dépend d’une augmentation de notre consommation. Et il en va ainsi tous les jours : des publicités vantent toutes sortes de produits, nous incitant à travailler dur pour gagner les moyens de se les approprier, et dans le même temps, des informations plus rares nous rappellent régulièrement que nous allons ainsi droit dans le mur.

Souvenons-nous aussi en passant que notre surconsommation occidentale a été soutenue par un endettement massif, qui est en train d’imploser dans une crise financière. Alors, qui ramènera un peu de cohérence dans tout ça ? Est-ce que la presse, notamment, s’inquiète des contradictions qui figurent dans ses propres pages, elle qui contribue puissamment à former le sentiment des citoyens sur ce genre de questions ?

Nous sommes bien complètement schizophrènes…

Dani

Petites sottises médiatiques – VIII

29 octobre, 2008
Divers | 4 réponses »

Dans la presse et les médias, du 25 au 29 octobre 2008

 

Dans Le Matin du 25 octobre 2008 : Trois cafés et vos seins diminuent

En manchette : « Trois cafés par jour et vos seins diminuent ! » Mais ce n’est pas tout, le titre de l’article y revient de manière encore plus synthétique… L’article commence par « des chercheurs suédois ont établi un lien entre la quantité de café qu’ingurgite une femme et la taille de ses seins« . Et : « D’après eux, boire trois tasses, ou plus, de café par jour pourrait faire rétrécir le volume de la poitrine« .

Peut-être que certains lecteurs atteindront la deuxième moitié de l’article qui précise que la découverte ne concerne qu’un « petit groupe de femmes qui étaient porteuses d’une certaine variante du gène codant pour le CYP1A2, l’enzyme du foie qui métabolise la caféine« . Bref, le « vos seins » était abusif, puisqu’il ne concernait potentiellement qu’un tout petit groupe de lecteurs…

Donc, ne vous étonnez pas si vous entendez désormais des gens vous expliquer que le café fait diminuer les seins. C’était la contribution du Matin à l’inculture scientifique !

 

Dans « 24 heures » du 27 octobre 2008 : DSK blanchi par le FMI

Les origines de Dominique Strauss-Kahn, le président du FMI iraient-elles chercher du côté de l’Asie centrale et son fort caractère lui viendrait-il de ses ancêtres putatifs Genghis Khan et Kubilaï Khan ? C’est en tout cas ce que pourrait laisser supposer l’orthographe adoptée ce jour par le quotidien vaudois (Khan)… Et ce n’est pas une faute de frappe : elle revient 3 fois !!! Brrrrr… le retour des Tartares ! ;-)

 

Dans « 24 heures » du 29 octobre 2008 : Le portrait de Michel Zendali

En dernière page de l’édition du jour, « 24 heures » consacré une grosse demi-page au portrait de ce journaliste. Une phrase finit par attirer l’attention : Ariane Dayer, au moment de l’engagement de Michel Zendali à l’Hebdo quand elle était rédactrice en chef, avait déclaré : « Un grand macho poilu, c’est ce qu’il nous faut !« . Alors, si on s’étonne encore de son arrivée au Matin, on peut juste remarquer qu’elle avait déjà les préoccupations nécessaires à son poste actuel…

 

A bientôt pour la prochaine récolte…

Dani

Pédagogues de la semaine – 14 (Du 19 au 25 octobre 2008)

28 octobre, 2008
Divers | 2 réponses »

Dans la presse et les médias, du 19 au 25 octobre 2008

 

Dans « le Temps » du 20 octobre 2008, article de Myret Zaki : UBS, Berne et Washington

http://www.letemps.ch/template/transmettre.asp?page=23&contenuPage=&article=242116&quickbar=

Les Suisses paieraient pour les américains : démonstration.

 

Une interview de Michel Rocard dans le Temps du 22 octobre 2008 : «Le déclin de l’empire romain a commencé comme ça»

http://www.letemps.ch/template/international.asp?page=4&article=242294

Une remise en perspective de la crise financière et de l’évolution économique sur les 50 dernières années. En dehors de la « caresse » adressée à Sarkozy, un peu complaisante, beaucoup de choses intéressantes.

 

Sur le site de l’hebdomadaire « Marianne », le 22 octobre 2008 :Quand la Chine vacille… les Etats-Unis trinquent

http://www.marianne2.fr/Quand-la-Chine-vacille-les-Etats-Unis-trinquent_a92496.html

Le rapport économique et financier entre la Chine et les Etats-Unis est une des données de base fondamentales de la crise financière. Les explications de Jacques Sapir. Quelques idées intéressantes…
Sur « Largeur.com », le 22 octobre 2008 : Gardez vos billes, très cher Monsieur Ospel

http://www.largeur.com/expArt.asp?artID=2717

Exactement ce que j’avais envie de dire sur le « sauvetage » d’UBS par la BNS et la Confédération ! Voilà un langage clair…

 

Dans « Le Temps » du 24 octobre 2008, la chronique de M.H. Miauton : Presse dans la tourmente

http://www.letemps.ch/template/opinions.asp?page=6&article=242408

Je suis étonné, j’apprécie de plus en plus souvent ses chroniques… En voici une sur les journaux gratuits. Pertinent !

A propos, voici un autre article sur le même thème, par quelqu’un que je connais bien : http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/9944.shtml

 

Bonne lecture

Dani

Matin bleu : Caisses maladie et populisme

27 octobre, 2008
Divers | Commentaires fermés

Le Matin bleu du 24 octobre 2008 : « Ils sont trop fainéants pour changer de caisse maladie »

http://www.lematin.ch/fr/actu/economie/primes-d-assurance-maladie-combien-paient-les-elus-des-romands_11-270950

Quand le Matin bleu parle de politique, c’est pour stigmatiser les élus, dans un grand élan de populisme facile. Ce vendredi, il nous gratifie d’un « Ils sont trop fainéants » pour évoquer le non-changement de caisse maladie par les élus interrogés dans les pages des jours précédents. Il est plus facile d’affubler les élus du préjugé de fainéantise plutôt que de pousser la réflexion un chouia plus loin. Il faudrait par exemple éviter d’oublier que la vie des élus en vue est plutôt trépidante : souvent à raison de 60 à 70 heures par semaine. Alors, ce n’est pas forcément la fainéantise qui est en cause…

Et pourtant, le Matin bleu a « une solution pour eux ». Il leur suffirait tout simplement de changer de caisse maladie et de prendre la plus grosse franchise possible et gagner ainsi « 2000 francs par an sur leurs primes« . Oui, en théorie…

En ce qui concerne le changement de caisse, Le Matin propose en douce « Assura » comme modèle le moins cher (en rouge !). L’assureur a-t-il payé pour cette publicité gratuite… on ne le saura pas. Mais on peut tout de même relativiser quelque peu la chose. Expérience personnelle : mon épouse était chez cet assureur et ma vigilance a été mise à rude épreuve. Sur une seule année, j’ai trouvé 3 « erreurs » (c’est en tout ce qu’on m’a expliqué les trois fois au téléphone !) dont une comptabilisation de franchise lors d’une grossesse alors que cela ne devait pas être le cas. Ces « erreurs » auraient coûté sensiblement plus que la différence avantageuse sur les primes. Et tout ça sans parler des délais de remboursement… Peut-être qu’ils se sont améliorés depuis, mais il n’en reste pas moins que les prestations n’étaient pas « exactement les mêmes » comme tente de le faire accroire l’article.

Ensuite, la deuxième condition est bien sûr de choisir la franchise la plus haute : 2500 francs. C’est d’ailleurs cette mesure qui permet en réalité d’obtenir le plus gros gain et permettrait aux 5 élus cités de gagner ainsi de 1980 à 3082 francs. Le changement de franchise joue le rôle décisif dans la baisse de prime et il n’est pas très honnête de laisser supposer que c’est le changement de caisse mis en exergue. Mais là aussi, les choses ne sont pas aussi simples : facile de préconiser le changement de franchise quand on ne connaît pas la situation précise des individus concernés. Peut-être qu’ils ont une affection qui nécessite des soins fréquents et qui rend donc le choix de la franchise en question absolument pas intéressante. D’autre part, certaines caisses ont des primes attractives pour les enfants, ce qui incite les familles à des choix différents de l’individu, ce qui n’est pas non plus pris en compte ici. On ne peut décidément pas conclure pour quelqu’un d’autre…

Alors, oui, évidemment que le changement de caisse pourrait faire gagner un peu d’argent. Mais peut-être aussi que les édiles se sont rendus compte de la course absurde que cela impliquait : changer de caisse, laisser ses réserves dans l’ancienne et obliger la nouvelle caisse à se doter de nouvelles réserves afin de faire monter le total des réserves, puis recommencer l’année suivante parce que la nouvelle est devenue plus chère. Plus cher en tout cas pour tout le monde à l’arrivée ! Au fond, ceux qui ne changent pas font une sorte de cadeau à la collectivité.

Au ras des pâquerettes, comme d’habitude. Bref, tout ça pour dire que les choses ne sont pas si simple… du moins pas aussi simple que le souhaiterait le rédacteur du Matin qui se fait un plaisir de stigmatiser « ces élus qui peuvent tout se permettre, même gaspiller de l’argent ». Le but de l’article était probablement là… à moins qu’il ait été de promouvoir une caisse parmi d’autres…

Dani

Commentaires : le Matin censure les critiques !

26 octobre, 2008
Divers | 3 réponses »

Sur le site du Matin – 26 octobre 2008

Lettre à Luc Petitfrère – Rédacteur en chef adjoint et responsable du site internet du Matin

Bonjour M. Petitfrère,

Je reprends un vieux message et une invitation de votre part à demander un complément d’information. Vous vous souvenez que je m’étais étonné de la manière de modérer ou de ne pas modérer les messages sur votre site (l’affaire des appels au meurtre contre des Roms).

Je remarque que des messages haineux, vindicatif voire racistes restent de façon permanente sur votre site. Certains deviennent même calomnieux à l’occasion, sans pourtant être modérés. Mais ce matin, par contre, deux de mes messages ont été supprimés, alors qu’ils ne contreviennent en aucune manière à la charte des commentaires (pas de lien, pas d’injures, pas de diffamation) Mes messages sont bien apparus, mais on été supprimés par la suite. Mais je me suis permis de critiquer le Matin parce qu’ils n’avait pas parlé auparavant du financement des partis politiques (c’est dans cette discussion que mes messages ont été supprimés) et ensuite j’ai fait une remarque sur la suppression de mes messages critiques qui a disparu elle aussi !!!

Alors, êtes-vous allergiques à la critique ? Pratiquez-vous une modération en forme de censure de tout ce qui ne plait pas ? Quels sont donc les critères de votre modération ?

Merci d’avance

DSB

—–

Luc Petitfrère a écrit:
Bonjour,

Ce matin sur la RSR, j’ai répondu en direct à votre interview. J’ai trouvé vos critiques très constructives et vous en remercie. Je me tiens à votre disposition pour tout complément d’information.
Bien à vous

Luc Petitfrère

Dani

Ce petit exercice a été ma manière personnelle vérifier ce dont j’avais parlé ici : http://pikereplik.unblog.fr/2008/10/24/le-matin-des-commentaires-qui-font-pschitt/

 

Charte des commentaires : http://www.lematin.ch/fr/aide/charte_des_commentaires/index.php

P.S. : Je propose à mes lecteurs d’essayer de mettre des commentaires critiques à l’égard du Matin sur son site, pour voir ce qui reste et ce qui disparaît ! – Tenez moi au courant -

(En étant un peu insistant, j’ai réussi à laisser quand même des commentaires…)

Meurtre virtuel au Japon : le délire !

25 octobre, 2008
Divers | Commentaires fermés

Sur le site de « 20 minutes » le 24 octobre, mais aussi dans le « 24 heures » du 25 octobre 2008

http://www.20min.ch/ro/multimedia/stories/story/14557048

Meurtre virtuel au Japon : le délire ! maplestory5of-1

Deux articles rédigés (donc pas de simples reprises de dépêches d’agences pour une fois) pour nous annoncer un fait particulièrement insolite. Dans 20 minutes « En prison pour avoir tué son mari virtuel » et dans 24 heures « Une pianiste japonaise détenue pour avoir tué son mari virtuel sur internet« . Je me dis qu’il s’agit encore une fois de titres accrocheurs qui se dégonglent ensuite à la lecture de l’article… Même pas !

Dans 24 heures, le rédacteur nous assure dans le chapeau de son article que « Même en jouant sur internet, exécuter le personnage incarnant son ex-mari peut coûter très cher » et que « La criminelle attend son jugement dans le monde réel« . La peine maximale de 5 ans de prison est évoquée car la justice japonaise l’envisagerait pour punir une femme « qui a tué sur internet son mari virtuel« . Suite à un divorce tout aussi virtuel, cette femme aurait « tué » virtuellement son mari de jeu. Le rédacteur de 24 heures finit par lâcher en fin d’article qu’elle est « accusée d’avoir utilisé l’identité et le mot de passe de celui-ci pour accéder au jeu et commettre l’irréparable : le meurtre en ligne de son avatar de mari« . Mais nulle part il ne consent à clarifier le propos : quelles sont les charges qui pèsent réellement sur cette femme et qui justifieront sa condamnation ?

Dans « 20 minutes », on nous assure qu’elle a été « arrêtée pour le meurtre de son mari virtuel et risque 5 ans de prison« , si elle est reconnue « coupable du meurtre de son cyberépoux« . Là aussi, on signale qu’elle est accusée d’avoir « accédé au profil d’un employé de bureau de 33 ans, dont l’avatar était marié au sien et d’avoir tué le personnage que son mari virtuel avait passé un an à créer« . Il est encore précisé que l’homme a porté plainte suite à la découverte du « crime ». Rien de plus.
Il vaut la peine de faire quelques recherches sur internet et de visiter les nombreux sites d’information ou de discussion qui ont relayé la même nouvelle de la même manière. On y trouve de nombreux commentaires qui montrent que le lectorat de ces informations croit fermement que la pianiste est inculpée pour meurtre au Japon ! Ces articles sont assez généreux en vocabulaire évocateur (tué, criminelle, meurtre, crime) pour que l’esprit humain se satisfasse de cette idée : les japonais sont suffisamment dingues pour inculper de meurtre quelqu’un qui supprime un personnage virtuel dans un jeu sur internet !

Or, les charges qui vont peser sur cette femme se justifieront parce qu’elle s’est introduite illégalement dans un ordinateur et qu’elle a utilisé des données contre son ex-partenaire de jeu. Rien à voir avec un meurtre. Je vais donc tenter de sonder une partie du lectorat ces prochains jours pour savoir ce qu’il a retenu de cette information et pour confirmer mon intuition qu’un préjugé tenace à l’égard des japonais incline parfois à croire des choses assez surprenantes. Mais on ne m’empêchera pas de penser que les quotidiens devraient faire l’effort de transmettre ici une information complète en expliquant aussi les motifs qui expliquent l’arrestation et l’inculpation de la personne en question. Juste une question de clarté.

Dani

Petites sottises médiatiques VII

25 octobre, 2008
Divers | Commentaires fermés

Dans la presse du 20 octobre au …

 

Dans le Matin bleu du 20 octobre 2008 : Carambolage dans le brouillard

…où on peut lire « cet accident, qui semble avoir été provoqué par le brouillard, amplifié par un feu de fourrage près d’une grange ». Encore une fois, ce sont les éléments qui sont incriminés a priori (depuis quand un brouillard provoque-t-il des carambolages, par exemple sur une route déserte ?)… alors que ce sont les conducteurs qui n’adaptent pas leur comportement aux circonstances. Trop vite, trop près les uns des autres…

 

Sur le site d’information Swissinfo, le 23 octobre 2008 :Neuf jeunes Romands sur dix parlent «racaille»

On aurait pu penser que ce genre de titre était réservé aux journaux à scandale et aux journaux gratuits, mais là c’est ce site d’information qui se veut habituellement sérieux qui en vient à pondre un titre mensonger et stigmatisant. Non, il n’est pas vrai que 9 jeunes sur 10 parlent « racaille ».Ils utilisent parfois le « parler jeune » (est-ce que tous les jeunes sont des « racailles » ?), mais ce n’est pas leur langage unique…

 

Dans « Le Matin » (orange) du 23 octobre 2008 : Tromper, mode d’emploi

Vous vous souvenez du « Père la morale » Rothenbühler… On l’a vu plusieurs fois stigmatiser ceux qui s’écartaient du droit chemin. Ariane Dayer avait annoncé un journal impertinent : voici donc que le Matin s’avise de donner des conseils pratiques aux femmes qui souhaitent tromper leur mari ! Quel progrès…

 

Dans « Le Matin » (orange) du 24 octobre 2008 : Il se déguise en faux-policier !

Je n’ai malheureusement pas pu me procurer ce titre et le voir de mes yeux, mais je ne résiste pas à le communiquer tant il est magnifique. Il m’a été signalé par un lecteur (merci !).

 

A bientôt pour la suite des sottises…

Dani

Le Matin : des commentaires qui font « pschitt » !

24 octobre, 2008
Divers | 2 réponses »

L’hebdo du 23 octobre 2008 : « Le Matin, c’est vous », mais avec modération

Uniquement dans la version papier du magazine

En voilà une que j’aurais bien eu envie de trouver moi-même… L’Hebdo de cette semaine rapporte une boulette du « Matin online » qui avait publié le week-end dernier sur son site un article intituté « Laura Smet : mon papa Guillaume Depardieu« . Suite à des commentaires postés par les internautes pour signaler l’erreur, Laura Smet avait été « rendue » à Johnny Halliday et le titre corrigé en « Louise Depardieu : mon papa Guillaume Depardieu« . Une erreur… cela peut arriver à tout le monde.

Mais le piquant de l’histoire, c’est ce que l’Hebdo signale ensuite : « Faute avouée, à moitié pardonnée ? Oui. Sauf que les modérateurs du site ne se sont pas contentés de changer le titre. Ils ont également effacé les commentaires qui soulignaient l’erreur de paternité. Un excès de zèle qui sonne un peu faux pour un journal affichant fièrement le slogan « le Matin c’est vous ».

Cela ne vous rappelle rien ? La modération des commentaires sur le site du Matin… Manifestement, le Matin joue les apparences de l’ouverture en permettant des masses de commentaires sur son site en-bas des articles publiés. Mais dans la réalité, la modération de ces commentaires obéit à des principes qui servent surtout à protéger les intérêts du journal.

Laisser voir qu’une erreur a été faite (surtout sur un des thèmes de prédilection du quotidien) semble trop demander. Et tous ceux qui, comme moi, ont parfois déposé des commentaires sur ce site savent que ceux-ci disparaissent parfois sans que l’on en comprenne bien les raisons. Un commentaire un peu trop dérangeant qui critique de manière un peu trop ciblée un article du journal risque de faire « pschitt » sans explication, alors que les pires inepties et les idées reçues les plus injurieuses sont accueillies avec une satisfaction béate.

Ici, il s’agissait d’une erreur légère et sans enjeu. Avec l’article sur les Roms, c’était déjà quelque chose de sensiblement plus grave. Qui sait ce que les manipulations informatiques des modérateurs du Matin cachent d’autre… ? Peut-on faire confiance à une rédaction qui adopte un tel comportement ? Autant dire que la notion d’erratum doit leur être complètement étrangère…

Cela m’aura donné au moins une fois l’occasion de réagir à une information « People » et de remettre encore une couche sur la question de la modération des commentaires. Intervenir sur les manipulations des journaux les plus proches du caniveau peut sembler dérisoire et inutile, mais il ne faut pas oublier qu’ils sont parmi ceux qui ont les plus forts tirages. Dénoncer les manipulations devient une tâche de salubrité publique !

Dani

calimero.jpg

Coup de fil : encore répondre au Matin ?

24 octobre, 2008
Divers | Commentaires fermés

Le Matin du 23 octobre 2008 -Le coup de fil : Louise Kasser

http://www.lematin.ch/fr/actu/suisse/le-coup-de-fil-louise-kasser_9-280958#

Coup de fil : encore répondre au Matin ? kasser_article

 

J’avais déjà eu l’occasion d’évoquer un « coup de fil » du Matin; c’était en août, suite au camp fédéral des scouts et le journaliste du Matin focalisait complètement sur les rapports sexuels ! D’ailleurs, les critiques des lecteurs sur le site avaient été nombreuses et on aurait pu s’attendre à ce que la rédaction en prenne de la graine. Peine perdue, voici un nouveau coup de fil… tout aussi lamentable !

A nouveau, le rédacteur en chef a mandaté pour cette interview téléphonique un monomaniaque. Cette fois, celui-ci n’est pas un obsédé sexuel, mais un être terrifié par les « panthères grises » (personnes âgées) élues en si grand nombre à la Constituante genevoise. Il téléphone donc à la plus jeune élue, Louise Kasser, pour l’interroger. De nombreux sujets pourraient être évoqués, même brièvement, dans la perspective de l’engagement de cette élue de 23 ans, mais non. On ne parlera que des « vieux » !

Jugez plutôt des questions posées :

- Qu’allez-vous faire dans cet EMS politique ?

- Ce sera quoi, cette collaboration ? Etre une béquille pour vos aînés ?

- Avouez que cette Assemblée aura plutôt tendance à inscrire dans la Constitution le droit à toucher l’AVS que celui à la formation… (et là, on remarque au passage que le journaliste semble ignorer que l’AVS est une compétence fédérale !)

- Vous allez devoir faire attention : pas de langage jeune et surtout parler assez fort pour que les plus de 70 ans vous entendent…

A-delà du fait que certaines des questions peuvent avoir un caractère légèrement insultant, l’ensemble de la conversation (liée à 8 questions) ne tourne qu’autour de cette obsession de la « jeunette parmi les vieux ». La jeune élue doit mettre toute son énergie à contrer des inepties gratuites et des affirmations à l’emporte-pièce. On imaginerait pourtant que Louise Kasser aurait pas mal de choses intéressantes à dire dans une interview, mais en dehors de l’ultime question (vous allez dire quoi lors de votre premier discours ?) on ne se souciera pas de lui donner la parole sur un thème ayant réellement un rapport avec sa tâche d’élue. Sans cesse reviendra le même leitmotiv : « Qu’allez-vous faire avec tous ces vieux ? »

Alors, naturellement, on peut avec ce rédacteur regretter que les résultats de ces élections ait abouti à l’élection d’une moitié d’assemblée au-delà de 60 ans. On aurait naturellement souhaité une représentation plus équilibrée des âges de la population ainsi qu’une place plus importante pour les femmes. Il n’empêche que ces gens ont été élus démocratiquement !

Mais, au fond, s’il y a si peu de jeunes à la constituante genevoise, c’est peut-être parce que ceux-ci n’ont pas été très nombreux à voter… Seulement 33 % de participation, et comme trop souvent une très faible participation des jeunes face à une mobilisation efficace des aînés. Mais si le Matin (et d’autres journaux ciblant les jeunes) en avait parlé un peu plus sérieusement au lieu de consacrer toute son énergie aux frasques des « people » et aux faits divers, peut-être que la mobilisation des jeunes aurait pu être plus significative. La « presse idiote » porte aussi une part de responsabilité dans le désintérêt pour la « chose publique ».

Après une interview aussi mauvaise, et étant donné que ces faits se reproduisent, faut-il encore répondre aux « coups de fil » du Matin !

Dani

123

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni