Piques et répliques – 2

Quelques réflexions critiques sur tout et rien

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 septembre 2008
Archive pour le 17 septembre, 2008


Les petits « fans » et « cancres » de 20 minutes…

17 septembre, 2008
Divers | 1 réponse »

20 minutes du 17 septembre 2009 : Petits Romands fans de la marche et cancres du vélo

http://www.20min.ch/ro/news/romandie/story/24307388

Les petits

Définition de « cancre » selon le Petit Robert : « Ecolier paresseux et nul ».

Donc, si on comprend bien le journal, les petits romands « adorent » la marche et « sont nuls » à vélo ! De quoi s’agit-il en réalité (en prenant un peu de distance avec ce que dit le journal – NDLR) ? Le sociologue Daniel Sauter a étudié les statistiques de l’OFS sur la mobilité et constaté que les enfants utilisent principalement « les transports en commun et la marche à pied » (en passant, peut-on marcher autrement qu’à pied ?) pour se déplacer et n’utilisent que très peu les vélos qu’ils sont pourtant très nombreux à posséder. L’utilisation du vélo serait même en baisse, moins de 2 % des jeunes romands les utilisant contre 4 % il y a dix ans…

Mais le fait qu’ils choisissent d’aller à pied n’implique en rien qu’ils soient « fans » de ce mode de locomotion et il est tout à fait imaginable qu’ils utilisent peu le vélo parce que c’est devenu de plus en plus dangereux (et pas forcément parce qu’ils en sont incapables ou cancres) !!! (et on sait notamment que de nombreux parents l’interdisent pour aller à l’école). La façon de présenter les choses est ici complètement « à côté de la plaque ».

A force de vouloir « ne pas réfléchir à la place du lecteur« , les rédacteurs du journal gratuit en viennent à renoncer à réfléchir eux-mêmes…

Dani

Matin bleu : Crise boursière… alors, l’information ?

17 septembre, 2008
Divers | 5 réponses »

Le Matin bleu du 16 septembre 2008 : Le « lundi noir » qui fait frémir les Bourses du monde entier

Lors de son passage à l’antenne sur RSR 1 (Médialogues), Grégoire Corthay, responsable de la rubrique économie du Matin bleu a tenté de défendre l’idée que les journaux gratuits faisaient réellement de l’information, contrairement aux critiques entendues. Etant donné les événements économiques et financiers des derniers jours, c’est le moment ou jamais de le mettre à l’épreuve…

Que disait-il de son journal, le Matin bleu ?

- qu’il a mis de côté l’aspect « on va vous expliquer comment il faut réfléchir »

- qu’il se contente de sélectionner les informations

- que le but est de laisser les lecteurs réfléchir par eux-mêmes

- que l’information donnée va à l’essentiel

En somme, il nous assurait que son journal était véritablement un organe d’information digne de ce nom, et qu’il avait pour qualité une forme d’objectivité consistant à ne transmettre que des faits, sans aucun commentaire, en évitant de s’étendre et en se limitant aux éléments les plus importants de l’information. C’est un peu l’argument-choc des gratuits : « Nous, on ne donne que des faits ! » Et Grégoire Corthay ajoutait avec insistance que ce travail était fait par des journalistes confirmés, histoire de nous assurer du sérieux de l’affaire.

Matin bleu : Crise boursière... alors, l'information ? swisstxt20080916_9728874_1

 

Aujourd’hui, ce rédacteur disposait d’un événement de premier plan, susceptible de bousculer la planète : une crise boursière ! Les autres journaux y ont d’ailleurs consacré ce mardi de nombreuses pages spéciales (24 heures : 2 pages, Le Temps : 4 pages). Quelle information la rubrique économique nous a-t-elle donc donné ?

En « Une » : « Le « lundi noir » qui fait frémir les Bourses du monde entier.

On y apprend que les actions UBS ont perdu 20 %, que la bourse suisse a « plongé » comme les autres, que les cours du pétrole ont suivi le mouvement et que les prix des carburants à la pompe devraient donc baisser.

En page 11, un article d’une demi-page : « Le « lundi noir » a aussi du bon : le prix du pétrole dégringole !

On y retrouve les informations de la « Une », avec les détails des prix du pétrole négociés dans chaque capitale boursière. La faillite de Lehman Brothers est évoquée d’abord en tant que « mise en faillite », puis plus loin comme « quasi-faillite ». On revient sur la chute de l’action UBS, ainsi que sur les cours à la baisse de Crédit suisse et de Swiss Re. Un petit encadré rassurant dit que Joseph Stiglitz a estimé que cette crise serait moins grave que celle de 1929, mais qu’il faut se garder d’un excès de confiance.

Et c’est tout !!!!

Alors, évidemment, nul doute qu’on s’abstient ici d’expliquer au lecteur comment il doit réfléchir ! On lui demanderait même presque de NE PAS réfléchir… Cet article ne contient que quelques chiffres jetés à la figure du lecteur sans aucune explication : aucune tentative de répondre aux questions « comment » ou « pourquoi ». Je ne sais pas si le lecteur va réfléchir après ça, mais s’il le souhaite, il lui faudra d’abord s’informer… mais ailleurs que dans le Matin bleu ! Si le but est « de laisser les lecteurs réfléchir par eux-mêmes », le journal est en tout cas bien décidé à ne pas les aider…

Le journal gratuit se contente de « sélectionner » les informations. Ici, manifestement, la sélection a été faite au profit de la baisse du prix du pétrole, aspect « corollaire » de la crise boursière. Cette sélection laisse délibérément de côté tout ce qui pourrait permettre de saisir ces événements dans leur contexte et elle n’est en rien « objective »… Et le moins qu’on puisse dire est que cette conception de « l’essentiel » ne permet absolument pas de décoder l’information du jour !

Le lecteur reste donc seul avec ses questions… Quelles sont les origines de la faillite ? Pourquoi les autorités américaines n’ont pas sauvé cette banque aussi ? Quelles sont les risques pour le dollar ? La place financière suisse risque-t-elle d’en ressentir aussi les effets ? L’économie « réelle » est-elle menacée dans l’immédiat ? Quels sont les enjeux ?

Et surtout, aucun élément pour jauger la gravité de la situation…

Bref, rien… ou presque rien !!!

Alors, j’espère que les lecteurs suivront les conseils avisés de Grégoire Corthay, et qu’ils iront chercher leur information dans d’autres journaux ou sur internet. En somme, le journal gratuit aura servi de signal… Mais si son rôle se cantonne à ça, une simple liste des sujets du jour placardée sur les murs suffirait…

A noter que le quotidien valaisan « Le Nouvelliste » (pourtant pas spécialisé)  a réussi à proposer un article meilleur,  explicatif, tout à la fois court et simple : http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/economie/detail.php?idIndex=15&idContent=104294

Que le Matin bleu en prenne donc de la graine : c’est court, ça va à l’essentiel, il n’y a pas de commentaire, c’est sérieux et pas uniquement anecdotique !
Si seulement les responsables du Matin bleu avaient l’honnêteté de reconnaître qu’ils ne font que du divertissement !

Dani

Ajout le lendemain :

Deux petites colonnes pour continuer l’information sur le sujet : l’UBS vacille mais ne devrait pas sombrer, alors que son action s’est effondrée + quelques chiffres en passant.

Vous voulez comprendre ? Achetez un vrai journal !

kass les nuts !!!! |
CDI Toulouse-Lautrec |
NEW DAY RELOOKING |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hhrmo
| Pourquoi boycotter le Danem...
| ronni